Laudato Si & a Marist's Thesis

mundo-eco-integral_edited 7th Anniversary of Laudato Si - Encyclical of Pope Francis

Fr Samuela Tukidia sm, Fijian Marist, completed a Thesis in Rome last December which is good for us to share as we approach the seventh Anniversary of the Encyclical of Pope Francis - Laudato Si - on May 24th.  

Samu's 145 page thesis has 4 Chapters:  

 1. Setting the Scene - The Roots of the Ecological Crisis and the Search for An Integral Ecology

2. The Creator and Creation: Thomistic Perspectives on Divine Action, Emergence, Analogia Entis, and the Eschatological Challenges of Ecology

3. The Relationship of Human Beings to Creation

4. The Sacramentality of the Cosmos

Following are his own words of reflection when he shared his Thesis with the other members of the Marist Ecology Commission on the completion of his thesis:

Samu Tukidia sm

Within the context of the Marist Fathers ecology commission and the context of Oceania, I suppose that the best contribution this thesis gives is the bringing of creation into the center of our faith.

One of the struggles of implementing the Laudato si' teachings is the predominant view that creation/this world/matter/the body, are in the periphery of the faith. Laudato si' teachings can be considered as just another fashionable 'new theology' that will be soon forgotten. One of the arguments of this thesis is the centrality of creation to the Christian faith. This is usually well-known but what is not well known is the flight from creation that has dominated modern and contemporary theology.

The sacramental vision (the deep connectedness of all entities in the cosmos) that was part of the medieval Christian worldview was slowly but surely fragmented by modern developments including, nominalism, Cartesian dualism, Kantian influence, the turn to the subject of modernity, etc. To talk of the deep connectedness of all things without examining the deep fragmentation that has occurred between God-humanity, humanity-creation, God-creation, is probably one of the reasons why there is a lot of hesitancy among confreres and the faithful. Included in this disconnectedness from creation/nature/material world/body are:

-a dualistic understanding of the human person, focusing on the spiritual and a demeaning of the body;

-our teachings of our final end in God are usually reduced to heaven, in which an individualized bodiless union with God is emphasized; while the new heaven and new earth taught in Scriptures (which is material and involves the whole of creation) is usually forgotten;

-modern Christian theology turned to the human person, cultures, history and the letting go of the study of nature to be the monopoly of modern science, this has led Christians to unconsciously adopt modern science's understanding of nature as inert, a mere raw material, to be used and controlled for humanity's needs;

-our understanding of human beings as imago dei tended to be taught by using non-rational creation as a conceptual foil to emphasis human dignity, hence there is a need to develop a view of the proper dignity of non-rational creation without sacrificing the proper dignity of human beings as imago dei;

-our understanding and teachings of the sacraments have been restricted to its spiritual aspects especially the grace that necessarily is given in the celebration of the sacraments, neglecting the sacramental vision- the ontological foundation of the sacraments, which is the proper Christian vision of the cosmos.

God so loved the Cosmos -  John 3:16

However, the various movements that have dominated the response to ecological questions also have problematic notions that are detrimental not only to the faith, but also to human beings and other creation. I have labeled these movements: identity philosophies. Problematic notions in these movements include:

-the tendency to start focusing on the deep interconnectedness of all things but ending up in the extreme of collapsing all differences between human beings and creation;

-the focus on interconnectedness has made panentheistic ideas more attractive to us, hence these are adopted without examining their roots and logical consequences to our faith;

-a major danger in the adoption of panentheistic notions is the removal of the distinction between God and creation, leading to a notion of a very limited god, reliant on creation; very different from the God of Scriptures;

-the adoption of eco-centric notions from secular ecological scholarship, has pushed for a dismissal of all anthropocentric views of the world leading to views in which the dignity of the human person is flattened to that of all creatures, the logical consequences of these are drastic, for together with the anti-life (abortion mentality) mentality that dominates the contemporary period, these lead to the dignity of the human person being threatened.

These are just a few points I can come up with now regarding the contributions of this thesis. I suppose you just have to read the whole 150 pages of it to get a better understanding of its arguments rather than just relying on my poor attempt to summarize it here!

Fraternally,  Sam Tukidia SM

Fr Samuela Tukidia sm - Mass of Thanksgiving - St Agnes Parish - Suva, Fiji 2021.

Le P. Samuel Tukidia, Mariste fidjien, vient d'achever en décembre une thèse à Rome qu'il est intéressant pour nous de connaître, au moment où approche le septième anniversaire de l'encyclique « Laudato Si » du pape François, le 24 mai.

La thèse de 145 pages du P. Samu est divisée en quatre chapitres :

1.La position du cadre : les racines de la crise écologique et la recherche d'une Ecologie intégrale

2.Le Créateur et la création. Des perspectives thomistes sur l'action divine, l'émergence, l'Analogie de l'être (Analogia entis), et les défis exchatologiques de l'écologie

3.La vie de relation entre les êtres humains et la création

4.La sacramentalité du cosmos.

Voici le texte même qu'il a partagé, à partir de cette thèse, avec les autres membres de la Commission mariste pour l'Ecologie, au moment où il vient de l'achever :

« Au sein de la commission pour l'Ecologie des Pères maristes et dans le contexte de l'Océanie, je pense que la meilleure contribution que peut apporter cette thèse est de placer la création au centre de notre foi.

L'un des fronts sur lesquels il faut lutter pour mettre en œuvre les enseignements de Laudato Si est la vision globale qui consiste à situer à la périphérie de la foi la création en même temps que ce monde, la matière et le corps. Les enseignements de Laudato Si peuvent ainsi être considérés comme rien d'autre qu'une « nouvelle théologie » à la mode que l'on oubliera rapidement. L'un des point forts de cette thèse est d'insister sur la centralité de la Création dans le foi chrétienne. C'est un fait qui estcommunément reconnu. Mais ce qui reste ignoré, c'est les raisons pour lesquelles la théologie moderne et contemporaine a été marquée de manière dominante par la fuite de la création.

La vision sacramentelle de la profonde connexion de toutes les entités du cosmos, essentielle à la conception du monde du christianisme médiéval, a été, lentement mais sûrement, démantelée par le développement de la modernité, à travers le nominalisme, le dualisme cartésien, l'influence de Kant, la mise au centre du sujet caractéristique de la modernité, etc. Parler de la profonde connectivité de toutes choses, sans examiner la fragmentation profonde qui est apparue entre Dieu et l'humanité, l'humanité et la création, Dieu et la création, est probablement une des raisons pour lesquelles il y a tant d'hésitation dans l'attitude des confrères et des chrétiens. Voici quelques-uns des traits caractéristiques de cette déconnexion de la création, de la nature, du monde matériel et du corps :

-Une conception dualiste de la personne humaine, centrée sur le spirituel et méprisant le corps ;

-Nos enseignements sur les fins dernières, en Dieu, se réduisent ordinairement à la position d'un ciel dans lequel on présuppose une union avec Dieu de type individuel et incorporelle, alors que « les cieux nouveaux et la terre nouvelle » dont parlent les Écritures, qui sont d'ordre matériel et qui impliquent la totalité de la Création, sont généralement passés sous silence ;

-La théologie chrétienne moderne s'est tournée vers la personne humaine, les cultures, l'histoire, et a laissé tomber l'étude de la nature, la considérant comme le monopole de la science moderne. Cela a conduit les chrétiens, inconsciemment, à adopter le point de vue de la science moderne sur la nature, la voyant comme inerte, comme un pur matériel brut qu'il revient à l'homme d'utiliser en fonction de ses besoins ;

-Nous avons tendance à exposer notre compréhension des êtres humains comme images de Dieu (imago Dei) en nous servant de la création non-rationnelle comme d'un fond, qui sert à mettre en évidence la dignité humaine. Pour cela, il est nécessaire de développer une vision de la dignité propre de la création non-rationnelle, sans sacrifier la dignité propre des êtres humains comme images de Dieu.

-La manière dont nous comprenons les sacrements et l'enseignement que nous en donnons ont été restreints à leur aspect spirituel, spécialement en ce qui concerne la grâce qui est nécessairement conférée par la célébration des sacrements, négligeant une vision sacramentelle liée à leur fondement ontologique, qui est le vision du Cosmos propre au christianisme.

Pourtant les divers mouvements qui ont commandé la réponse aux question écologiques comportent aussi des aspects problématiques, qui portent atteinte, non seulement à la foi, mais aussi aux êtres humains et au reste de la création. J'ai caractérisé ces mouvements comme des philosophies de l'identité. Parmi les notions problématiques qu'ils véhiculent, il y a :

-la tendance à partir de la profonde interconnexion de toutes choses, mais en finissant par faire disparaître toutes les différences entre les êtres humains et la création ;

-L'insistance sur l'interconnexion a rendu forte pour nous l'attirance pour les idées panthéistes, et c'est pourquoi ces idées sont adoptées sans qu'on examine leurs racines et les conséquences logiques qu'elles entraînent pour notre foi ;

-Un danger majeur de l'adoption de notions panthéistes réside dans l'effacement de la distinction entre Dieu et la création, menant à une conception de Dieu très limitée, très différente du Dieu des Écritures.

-L'adoption des notions éco-centrées de la recherche écologique séculière a conduit à l'abandon de toutes les visions anthropocentriques du monde. Elles aboutissent à un aplatissement de la dignité de la personne humaine, ramenée au niveau de la dignité de toutes les créatures. Leurs conséquences sont dramatiques, car elles concourent, avec la mentalité d'hostilité à la vie (mentalitéfavorable à l'avortement) qui domine l'époque contemporaine, à menacer la dignité même de la personne humaine.

Ce sont là juste quelques points que je peux avancer, en ce qui concerne les apports de cette thèse. Il vous suffit, je pense, de lire la totalité des 150 pages pour avoir une meilleure compréhension de ses objectifs, plutôt que de faire confiance à cet humble essai fait ici pour les résumer. »


×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

Laudato Si - Marist Asia Foundation
Inter-Faith encounter: a Marist's experience
 

Comments 2

Guest
Guest - Paul Frechette on Monday, 16 May 2022 01:33

Thank you Ben and Samuela for this excellent thesis and background research! I have not had the time yet to read it all, but will.! it is an inspiration!

Paul SM

Thank you Ben and Samuela for this excellent thesis and background research! I have not had the time yet to read it all, but will.! it is an inspiration! Paul SM
Guest
Guest - Phil Cody on Monday, 16 May 2022 04:37

Well done Samuel
I love that integrity

Well done Samuel I love that integrity
Already Registered? Login Here
Guest
Tuesday, 28 June 2022