Inter-Faith encounter: a Marist's experience

1_edited L'Arche - Interfaith - Indian Batique - note the Centre

Sr Catherine Jones - a Marist Missionary Sister from NZ - recently shared something of her life and work,  with our Marist Commission for Inter-religious Dialogue.  She began with the Batique, from India, in the cover photo - which she said was designed for one of the first Inter-Faith L'Arche communities in the world. Their symbol is the center piece of the Batique.  

Catherine was professed in 1970 and applied for a Fiji Mission appointment, knowing that Fiji was both a multi-religious and multi-faith society.  She was no stranger to inter-faith encounters, since they began for her with the Buddhists in Shotover River Valley, Central Otago, NZ, where she grew up. There is a Buddhist cemetery there, of the earliest Chinese miners - which is now a place of pilgrimage for their families. 

Catherine taught a Course in World Religions at Pacific Regional Seminary, Suva from 1984 - 1990; where Fr Larry Sabud, now Chair of our Marist Commission for Inter-religious Dialogue, was one of her students. One of her memories from those days was, when visiting a Hindu temple with a group of seminarians, one of them said it was his first time to have had that experience - a moment of beauty. 

Catherine's next 10 years were spent in the SMSM Province of Eur-Africa - mainly in Algeria.  In 2001 she returned to NZ, with a desire to do further studies in understanding Islam, and to minister to Muslims in NZ.  In 2008 the NZ Bishops Conference requested the SMSM for a member to establish a  committee for "inter-faith relations" - a title that was eventually chosen, after discernment, because the emphasis was to be on relationship building with people of other faith communities, including the Jewish community, and the Church of the Latter Day Saints.  This Inter-faith relations group sent out the regular messages from the Pontifical Council of Inter-religious Dialogue on the occasions of major festivals of other faiths. 

While ministering at Notre Dame de France, in more recent years Catherine befriended a refugee who began his life as a Salim Kahn - a Muslim - who later became a Hindu, known as Mukesh Kumar - who lived homeless in England for 9 years, without being recognized as a having a right to permanent residence or citizenship.  Through his friendship with Catherine, and other members of the NDF Team, he was able to obtain permanent residency, and transitional housing.  He was then found to be  with cancer. He asked for, and received the sacrament of baptism his death. 

Salim Khan - Mukesh Kumar - a Faith Journey

 Catherine recounted to the group the four forms of Dialogue as outlined by the Pontifical Council for Inter-religious Dialogue: dialogue of Life, dialogue of Social Action, dialogue of Social Encounter, and dialogue of Religious Experience.  She related how these had been put into practice in various projects she has been engaged in: both in NZ and in London.  She also adds a 5th form of Dialogue, which she and other inter-faith practitioners have discovered, through experience over the years - namely, Inner Dialogue. 

Inner Dialogue means engaging honestly with the questions and inner struggles that arise in contact with other believers and their belief systems, e.g. religious violence, the centrality of Jesus Christ for Christians, prayer and perseverance. It is this inner dialogue of each individual, and each community that makes all other forms of dialogue authentic and a true encounter - with the other and with God. 


A MARIST PERSPECTIVE on Inter-religious dialogue can be found in the smsm constitutions No 34 (1984)

34.The Spirit and the Church urge us to dialogue with non-Christians. We share in this dialogue by our presence and service trying to create bonds of true friendship, in respect for the particular journey of each person and for where each one is through the grace of God.

Catherine has found, when teaching Ecclesiology and Catholic Social Teaching, that there if a very fruitful marriage here for Inter-Faith Relations. 

In her work with the Notre Dame Refugee Centre in London, with Asylum seekers, she was able to develop an Art Therapy Group, combined with domestic talent development - which was able to award a Certificate enabling Asylum seeker women to find employment. 


Certificate - Notre Dame Refugee Centre - London

Catherine shared many highlights of her inter-faith Journey: The Year of Abrahamic Faiths - with pilgrimages, talks and hospitality among Jews, Christians and Muslims; the Year of Mercy - with practical projects like cleaning up the environment, and sharing meals together - and visiting rest home residents of different faiths and singing for them.  

On the 50th Anniversary of Nostra Aetate, there was no rabbi in Wellington, and Catherine with the committee of interfaith relations invited Rabbi Fred Morgan, of Melbourne, Australia, to conduct the High Holy Day services in NZ. This further led to her being asked to conduct sessions with the NZ Catholic Bishops Conference IRD Committee throughout the country.

Another highlight has been at St Martin-in-the-Fields Anglican Church, London, where each year Prayer is held for people who have died on the streets of London that year. A Choir "Choir with no name" sings in their honor, and a Table is laid with the Card of each Person who died, honoring their life and their name. 

Currently Catherine is now back in NZ engaged in programs, initiated by Pope Francis, on Synodality: they are also engaging Muslims in the conversation, especially around the insights of Fratelli Tutti, and a dialogue for Peace. This work builds on the positive response to the Muslim people in NZ on the occasion of the massacre of 51 of their members on 15th March 2019, at two of their mosques in Christchurch. 

St Martin-in-the-fields: each Card names and honors someone who died on the streets of London in the last Year.

Rencontre interreligieuse, l'expérience d'une Mariste

Sr Catherine Jones, Soeur Missionnaire de la Société de Marie, s'est récemment exprimée, au sein de notre Commission mariste pour le dialogue inter-religieux, sur son expérience de vie et sur son travail. Elle est partie d'une image-symbole, un batik, [tissu indien finement décoré], qui a été créé pour l'une des premières communautés inter-religieuses de L'Arche dans le monde. C'est le symbole de ces communautés qui est au centre du batik.

Catherine a fait profession en 1970 et a été affectée à la mission de Fidji. Elle savait que Fidji était une société à la fois multi-religieuse et multi-confessionnelle. Les rencontres inter-religieuses ne lui étaient pas étrangères, elles avaient commencé, pour elle, avec les Bouddhistes de la Shotover River Valley, dans l'Otago Central , en Nouvelle-Zélande, là où elle a passé son enfance. Il reste là un cimetière bouddhiste où reposent les mineurs chinois des anciens temps, et cet endroit reste un lieu de pèlerinage pour leurs familles.

Catherine a assuré un cours sur les religions du monde au Séminaire régional du Pacifique, à Suva (Fidji), de 1984 à 1990. Le P. Larry Sabud, maintenant président de notre commission mariste pour ledialogue inter-religieux, a été l'un de ses étudiants. De ces jours lui revient un souvenir marquant. Pendant la visite d'un temple hindouiste avec un groupe de séminaristes, l'un de ceux-ci a dit que c'était la première fois qu'il entrait dans un tel temple, et que c'était pour lui une remarquable expérience de la beauté.

Catherine a ensuite passé dix ans dans la Province d'Eurafrique de sa congrégation. Et d'abord en Algérie. En 2001 elle est revenue en Nouvelle-Zélande avec le désir étudier l'islam de manière plus approfondie, tout en exerçant un ministère auprès des musulmans du pays. En 2008, la Conférence des évêques de Nouvelle-Zélande a demandé à la congrégation des SMSM une religieuse qui participe à la création d'une « Commission pour les relations inter-religieuses ». Ce titre a été retenu après un sérieux discernement, car l'insistance devait porter sur l'établissement de relations avec des communautés de religions différentes, parmi lesquelles la communauté juive et l'Église des Saints des Derniers Jours [Mormons]. Ce groupe de dialogue inter-religieux a relayé régulièrement les messages du Conseil Pontifical pour le dialogue inter-religieux, à l'occasion des fêtes principales des différentes religions.

Pendant qu'elle travaillait à Londres dans ces dernières années, Catherine a fait la connaissance d'un réfugié qui avait commencé sa vie sous le nom de Salim Khan – un nom musulman. Ensuite il est devenu hindouiste, se faisant appeler Mukesh Kumar. Il a vécu dans la rue pendant neuf ans en Angleterre sans pouvoir obtenir les droits de résident permanent ni même de documents attestant de sa nationalité. Grâce à l'amitié qu'il a nouée avec Catherine et avec d'autres personnes proches de Notre-Dame de France à Londres, il a fini par se voir accorder une autorisation de séjour permanente et un logement provisoire. On a découverit alors qu'il avait un cancer. Il a demandé le baptême et l'a reçu avant de mourir.

Catherine a rappelé au groupe les quatre formes de dialogue définies par le Conseil Pontifical pour le dialogue inter-religieux : le dialogue par la vie, le dialogue par l'action sociale, le dialogue par les rencontres instituées et le dialogue à travers l'expérience religieuse. Elle a rapporté comment elle a vu ces orientations mises en pratique dans différents projets auxquels elle a participé, en Nouvelle-Zélande comme à Londres. Elle en ajouterait volontiers une cinquième, qu'elle a découverte avec d'autres acteurs du dialogue inter-religieux, au cours de ses longues années d'expérience, c'est le dialogue intérieur.

Il consiste à se confronter sincèrement avec les questions et les luttes intérieures qui naissent du contact avec d'autres croyants et avec les systèmes religieux qu'ils professent. Par exemple la question de la violence religieuse, du caractère central de la personne du Christ pour les chrétiens, de la prière et de la persévérance dans la prière. C'est ce dialogue, intérieur à chaque personne individuelle et à chaque communauté, qui fait de toutes les autres formes de dialogue des rencontres en vérité, avec l'autre et avec Dieu.

Les Constitutions de 1984 de la congrégation des smsm donnent une perspective mariste sur le dialogue inter-religieux, au n° 34 :

"34. L'Esprit et l'Eglise nous pressent de dialoguer avec les non-chrétiens. Nous participons à ce dialogue par la présence et le service, nous efforçant de créer les liens d'une véritable amitié, dans le respect du cheminement particulier de chaque personne et de la situation dans laquelle chacun se trouve par la grâce de Dieu."

En enseignant l'Ecclésiologie et la Doctrine sociale de l'Eglise, Catherine a découvert qu'il y avait là le lieu d'une rencontre fructueuse pour les relations inter-religieuses.

Dans le centre de réfugiés de Notre-Dame de France à Londres, travaillant avec des demandeurs d'asile, elle a développé une forme d'art-thérapîe en groupe qui, combinée avec le développement de compétences dans les tâches domestiques, a pu permettre à des femmes en demande d'asile d'obtenir un certificat qui a facilité leur accès à l'emploi.

Catherine a fait part des nombreux temps forts qui ont marqué son parcours inter-religieux : l'année des religions abrahamiques, avec des pèlerinages, des conférences et un accueil mutuel entre Juifs, Chrétiens et Musulmans ; l'année de la miséricorde, avec des projets pratiques comme le nettoyage du cadre de vie ; les repas partagés ; et les visites à des résidents de différentes religions, en maisons de repos, en venant chanter pour eux.

À l'occasion du 50e anniversaire de Nostra Aetate, il n'y avait pas de rabbin à Wellington, et Catherine, avec le comité des relations interreligieuses, a invité le rabbin Fred Morgan, de Melbourne, en Australie, à diriger les offices du jour saint en Nouvelle-Zélande. Cela l'a amenée à être invitée à diriger des sessions avec le comité IRD de la Conférence des évêques catholiques de Nouvelle-Zélande dans tout le pays.

Elle a pris part à autre temps fort qui se déroule chaque année dans l'église anglicane de St Martin-in-the-Fields, à Londres. Une prière y est organisée pour les personnes qui sont mortes dans la rue,. Un choeur "Sans Nom" chante en leur mémoire, et une table est dressée, avec un carton portant le nom de chacune des personnes décédées, honorant ainsi leur vie et leur nom.

Maintenant Catherine, revenue en Nouvelle-Zélande, est engagée dans les programmes lancés par le pape François sur la Synodalité. Elle est aussi en relation avec les musulmans, en particulier à partir des perspectives ouvertes par Fratelli Tutti. Et elle s'est aussi engagée dans le dialogue pour la Paix. Ce travail repose sur la réaction positive des musulmans de Nouvelle-Zélande au massacre qui a coûté la vie à 51 d'entre eux, dans deux mosquées de Christchurch, le 15 mars 2019.

×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

Laudato Si & a Marist's Thesis
Walking for Wilai - Stateless children
 

Comments 3

Ben sm on Tuesday, 10 May 2022 09:39

Pleased to read Sr Catherine's smsm personal-life input, a "great woman" we can be proud of. Thanks, François [Grossin]

Pleased to read Sr Catherine's smsm personal-life input, a "great woman" we can be proud of. Thanks, François [Grossin]
Guest
Guest - Paul Frechette on Tuesday, 10 May 2022 14:58

Ben.What a journey through life sr. Catherine has been on and continues to do so! Thank you for posting for all of us Marists to read, to be engaged and inspired!

Ben.What a journey through life sr. Catherine has been on and continues to do so! Thank you for posting for all of us Marists to read, to be engaged and inspired!
Guest
Guest - MARILYN FARLEY on Sunday, 15 May 2022 10:58

Thank you for bringing us up to date on Sr. Catherine's journey. It is a joy to read.
Marilyn Farley smsm

Thank you for bringing us up to date on Sr. Catherine's journey. It is a joy to read. Marilyn Farley smsm
Already Registered? Login Here
Guest
Friday, 20 May 2022