Economic-Justice / Justice économique – Partie 3 sur 3

Donut-Econ---Ideal_edited

Changing How Economy Works                                                                Traduction française - voir ci-dessous

Capitalist economy, especially in its neoliberal, financial version, is ecologically and socially unsustainable, and it is the main driver of the poly-crisis we are today experiencing. Therefore, we need to change how the economy works. This will take a social transformation, that is, a systemic change that transforms both socio- economic structures and the worldview that underpins them.

Having understood that the problem with today's financial capitalism is the fact that it is based on unabated growth for capital accumulation, we need to usher in an alternative system able to enhance well-living for all within the finite possibilities of ecosystems. It must be a stable system, that does not require growth and is able to deliver all essential goods for satisfying people needs. And such an alternative economy is possible, within the de-growth paradigm. This is about "reducing the material and energy output of the economy to bring it back into balance with the living world, while redistributing income and resources more fairly, liberating people from needless work and investing in the public goods that people need to live" (Hickel 2020).

In order to make a transition to a post-growth society, Hickel (2020) suggests 6 elements that we need to take into consideration, namely:

- Reducing energy demands

- Reducing systemic wastage of resources

- Reducing working hours

- Reducing inequality

- De-commodify public goods and expand the commons

- Neutralize debt

Reducing energy demands

This is key to reducing greenhouse gases emissions by half by 2030, and get to real zero emissions by 2050, as scientists proved is necessary in order not to overshoot an increase of 1.5°C by the end of the century, which would have devastating and irreversible effects. In fact, making an energy transition to renewable energy alone would not be enough for a sustainable future.

Reducing energy demand inevitably entails slowing down the economy, which under normal circumstances may cause a recession. But a recession is what happens when a growth dependent economy stops growing: it's a disaster. But in a type of economy that does not necessarily require growth, this wouldn't be catastrophic.

Reducing systemic wastage of resources

Wastage of resources has a significant impact on ecosystems balance, biodiversity loss, and climate change. There are at least five things we can do to reduce systemic wastage of resources:

  • 1. End planned obsolescence: in order to sell more products, capitalist production has resorted to design goods that become soon obsolete, unusable or not repairable. This has an awful impact on the extraction of natural resources and on the level of waste production. But it can be reduced by introducing new legal requirements from producers, such as:

- a mandatory extended warranty on products for the duration of a maximum feasible life span;

- a right to repair, with the obligation of supplying affordable replacement parts;

- switching to a lease model for large appliances and devices, requiring manufacturers to assume full responsibility for all repairs, with modular upgrades to improve efficiency whenever possible.

  • 2. Cut advertising: that provokes people to consume far beyond their needs. This could be done by:

- introducing quotas to reduce total expenditure in advertising;

- legislating against the use of psychologically manipulative techniques;

- liberating public spaces from adverts.

  • 3. Shift from ownership to usership: there are already many good practices in place, such as

- car sharing, bike sharing;

- investing in affordable and adequate public transport;

- organizing community workshops, where people can borrow needed tools.

  • 4. End food waste: up to 50% of food produced in the world is today wasted (2 billion tons). There are many initiatives that can be taken towards this end, like for example preventing supermarkets from wasting food, by donating what goes unsold to charities. But more importantly, we need to rethink food systems and the supply chains.
  •                                                                                                                                                                                                                         5. Scale down ecologically destructive industries: for example, the fossil fuels industry, or the arms industry. The case of the beef industry is also very interesting. It takes 60% of global agricultural land, either directly for pastures or indirectly for producing fodder. It is also a driver for deforestation. All that for supplying just 2% of the calories which human consume.

Reducing working hours

Reducing wastage and increasing efficiency of the economic system means that eventually less labor is needed. What about jobs, then? The solution is to work less and distribute necessary labor more evenly among the working population, while maintaining full employment. There are already interesting experiences in this line, for example with the working week reduced to 5 days (in Australia and the UK), which have been quite successful so far. Besides, when people have to work less, they have more time and energy for caring, leisure and nurturing relationships. Research demonstrates that shorter working hours leave people more satisfied with their jobs, happier, and with greater gender equality both at work and at home.

Besides, there is need to roll out retraining programs so that people laid off from shrinking industries can transition to others, such as public services, renewable energy, caring services, etc.)

This strategy, in a nutshell, brings a triple advantage: reduced unemployment, increase in the quality of life, and reduced environmental pressures.

Reducing inequality

Inequality perpetuates an artificial scarcity of income, time, and of a personal sense of adequacy. As we shorten the working week we need to ensure that wages remain adequate for people to live well. For example, we could introduce a living wage policy that is pegged to the week or the month, rather than the working hour. That would mean reversing the appropriation of productivity gains, which currently are appropriated by capital and it is what makes inequality grow.

Such a wage policy could be funded in two complementary ways, namely:

- Reducing inequality of income, by introducing a cap in wage ratio at 10 to 1. Note that in 1965 a CEO would earn about 20 times more than the average worker, while in 2020 that ratio has increased up to 300 times. Therefore, we could say on a national scale that incomes higher than a given multiple of the minimum wage face 100% taxation,

- Reducing wealth inequality: the richest 1% in the world hold 50% of global wealth. There could be a wealth tax, or we may call it solidarity tax. Taxes can be used also to accomplish significant reductions on material output without any negative impact on human welfare. For example, taxes on red meat, or ending subsidies to beef farmers; or taxing fossil fuel industries for the damage they are doing to the planet.

Taxes alone, however, are not enough. We need to cap resource and energy use at existing levels and ratchet them down each year until we get back within planetary boundaries. This has to be done in a just and equitable way, that is, by ensuring at the same time that everyone has access to needed resources and livelihood.

Oxfam (2023) is calling for every country to implement a mix of taxes that would ensure the richest 1% pay significantly higher rates of tax, paying, for example, 60% of their income in tax, and for multi-millionaires and billionaires to pay higher rates still. This would be a percentage of their total income, from work and from their capital investments.

Rates of around this level would require at least a doubling of today's average tax rate of just 31% on the personal income of the highest earners across 100 countries, and a quadrupling of the rate on capital gains, which is currently only 18% on average across 123 countries. 52 Marginal tax rates of 60% and above on personal income of the rich were the norm for large parts of the 20th century. 53 For the super-rich – that is, those with multi-million or billion-dollar fortunes – tax rates should be 75% or higher, to discourage sky-high executive pay.

If governments are to tax income comprehensively, they must ensure that they tax gains from capital at least as much, and preferably more, than income from work. Income from capital is, in most countries, the most important source of income for the rich, and in most jurisdictions, it is currently taxed at much lower rates than income from work.

Governments must use the tax tools at their disposal to turn back this tide of inequality, following these four steps to a more equal world:

  • 1. Introduce one-off solidarity wealth taxes and corporate windfall taxes as well as much higher taxes on dividend payouts to stop crisis profiteering.
  • 2. Permanently increase taxes on the richest 1%, for example to a minimum of 60% of their income from both labor and capital, with higher rates for multi-millionaires and billionaires.
  • 3. Tax the wealth of the super-rich at rates high enough to systematically reduce extreme wealth and lower power concentration and inequality.
  • 4. Use the revenues from these taxes to increase government spending on inequality-busting sectors, such as healthcare, education and food security, and to fund the just transition to a low-carbon world.

De-commodify public goods and expand the commons

Artificial scarcity has been imposed on public goods, through the mechanisms of debt and privatization. Universal Basic Services (healthcare, education, public transport, internet, basic quotas of energy and water) could be publicly funded with progressive taxation on wealth, land, carbon etc. so as to guarantee everyone access to a decent, dignified life.

That will improve the welfare purchasing power of incomes, so that people don't need ever higher incomes to access what they need to live well. Restoring commons – or creating new ones – would significantly contribute to render ever increasing incomes unnecessary.

Neutralize Debt

The Global South has fallen into the debt trap, and it is impossible to get out of it. That has occurred starting from the '70s and '80s, when the US Federal Reserve raised interest rates bringing the debt burden to unsustainable levels. Another part of the debt was then incurred by dictators with no democratic mandate, with loans that did not benefit the population.

As a matter of social justice, that type of debt should be cancelled. But unless the financial system changes, impoverished countries would soon find themselves within the debt trap again. This is because money itself is debt based. Banks sell a product (money) that they produce out of nothing, for free, and then require borrower to go out into the real world, extract and produce real value to pay for interests on the loans. With the so called "fractional reserve banking", banks are required to back the loans they issue with just 10% of those amounts in their reserves, or even less. That means lend out 10 times more money than they have. They literally loan money into existence. So, banks create the principal for all the loans the give, but they don't create the money needed to pay the interest. In this way they push competition in the real world, forcing borrowers to find ways to get money to pay back their debt, by extracting it all from labor and nature.

Instead of letting commercial banks create credit money, we could have the State create it – free of debt – and then spend it into the economy instead of lending it. While banks should back loans with 100% reserves.

REFERENCES

Gesualdi, F. (2014) Cambiare il sistema. Milano: Altraeconomia.

Hickel, J. (2020) Less is More. How Degrowth Will Save the World. London: William Heinemann Oxfam (2023) Survival of the Richest. How we must tax the super-rich now to fight inequality.

United Nations (2023) World Economic Situation and Prospects.

Circular Economy - Boundary over-reach - Kate Raworth

Mission JPIC : Une transformation systémique pour le bien commun de toute la création

La justice économique, une priorité pour le Sud

Fr. Alberto Parise, des Missionnaires Comboniens  Rome, 23 janvier 2024

Troisième partie

Changer le fonctionnement de l'économie

L'économie capitaliste, en particulier dans sa version néolibérale et financière, n'est pas durable d'un point de vue écologique et social, et elle est le principal moteur de la polycrise que nous connaissons aujourd'hui. Nous devons donc changer le mode de fonctionnement de l'économie. Cela passe par une transformation sociale, c'est-à-dire un changement systémique qui transforme à la fois les structures socio-économiques et la vision du monde qui les sous-tend.

Ayant compris que le problème du capitalisme financier actuel réside dans le fait qu'il est basé sur une croissance ininterrompue de l'accumulation de capital, nous devons mettre en place un système alternatif capable d'améliorer le bien-être de tous dans le cadre des possibilités finies des écosystèmes. Il doit s'agir d'un système stable, qui ne nécessite pas de croissance et qui est capable de fournir tous les biens essentiels pour satisfaire les besoins des personnes. Une telle économie alternative est possible dans le cadre du paradigme de la décroissance. Il s'agit de "réduire la production matérielle et énergétique de l'économie pour la remettre en équilibre avec le monde vivant, tout en redistribuant les revenus et les ressources de manière plus équitable, en libérant les gens du travail inutile et en investissant dans les biens publics dont les gens ont besoin pour vivre" (Hickel 2020).

Afin d'assurer la transition vers une société post-croissance, Hickel (2020, voir 2ème partie) propose six éléments à prendre en considération, à savoir :

- Réduire la demande d'énergie

- Réduire le gaspillage systémique des ressources

- Réduire le temps de travail

- Réduire les inégalités

- Dé-marchandiser les biens publics et étendre les biens communs

- Neutraliser la dette

Réduire la demande d'énergie

C'est la clé pour réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 et parvenir à des émissions réellement nulles d'ici 2050, comme les scientifiques l'ont prouvé, afin de ne pas dépasser une augmentation de 1,5 °C d'ici la fin du siècle, ce qui aurait des effets dévastateurs et irréversibles. En fait, la transition énergétique vers les énergies renouvelables ne suffirait pas à elle seule à assurer un avenir durable.

La réduction de la demande d'énergie entraîne inévitablement un ralentissement de l'économie, ce qui, dans des circonstances normales, peut provoquer une récession. Or une récession, c'est ce qui arrive lorsqu'une économie dépendante de la croissance cesse de croître : c'est un désastre.

Mais dans un type d'économie qui n'a pas nécessairement besoin de croissance, ce ne serait pas catastrophique.

Réduire le gaspillage systémique des ressources

Le gaspillage des ressources a un impact significatif sur l'équilibre des écosystèmes, la perte de biodiversité et le changement climatique. Il y a au moins cinq choses que nous pouvons faire pour réduire le gaspillage systémique des ressources :

1. Mettre fin à l'obsolescence programmée : afin de vendre davantage de produits, la production capitaliste a eu recours à la conception de biens qui deviennent rapidement obsolètes, inutilisables ou irréparables. Cela a un impact considérable sur l'extraction des ressources naturelles et sur le niveau de production de déchets. Mais il est possible de le réduire en introduisant de nouvelles exigences légales à l'égard des producteurs, telles que

- une extension obligatoire de la garantie sur les produits pour la durée de vie maximale réalisable ;

- un droit à la réparation, avec l'obligation de fournir des pièces de rechange à un prix abordable ;

- le passage à un modèle de location pour les gros appareils et dispositifs, exigeant des fabricants qu'ils assument l'entière responsabilité de toutes les réparations, avec des mises à niveau modulaires pour améliorer l'efficacité chaque fois que cela est possible.

2. Réduire la publicité, qui incite à consommer bien au-delà des besoins. Cela peut se faire en

- introduisant des quotas pour réduire les dépenses totales depublicité ;

- légiférant contre l'utilisation de techniques de manipulation psychologique ;

- libérant les espaces publics de la publicité.

3. Passer de la propriété à l'usage : il existe déjà de nombreuses bonnes pratiques, telles que :

- le covoiturage, le vélo en libre-service ;

- l'investissement dans des transports publics abordables et adaptés

- l'organisation d'ateliers communautaires où l'on peut emprunter les outils dont on a besoin.

4. Mettre fin au gaspillage alimentaire : jusqu'à 50 % de la nourriture produite dans le monde est aujourd'hui gaspillée (2 milliards de tonnes). De nombreuses initiatives peuvent être prises dans ce sens, comme par exemple empêcher les supermarchés de gaspiller la nourriture en donnant les invendus à des associations caritatives. Mais surtout, nous devons repenser les systèmes alimentaires et les chaînes d'approvisionnement.

5. Réduire les industries écologiquement destructrices : par exemple, l'industrie des combustibles fossiles ou l'industrie de l'armement. Le cas de l'agro-industrie bovine est également très intéressant. Elle occupe 60 % des terres agricoles mondiales, soit directement pour les pâturages, soit indirectement pour la production de fourrage. Elle est également à l'origine de la déforestation. Tout cela pour ne fournir que 2 % des calories consommées par l'homme.

Réduire le temps de travail

La réduction du gaspillage et l'augmentation de l'efficacité du système économique signifient qu'à terme, le besoin de main-d'œuvre est moins important. Qu'en est-il alors des emplois ? La solution consiste à travailler moins et à répartir plus équitablement le travail nécessaire entre les actifs, tout en maintenant le plein emploi. Il existe déjà des expériences intéressantes dans ce domaine, par exemple avec la semaine de travail réduite à 5 jours (en Australie et au Royaume-Uni), qui ont été couronnées de succès jusqu'à présent. En outre, lorsque les gens doivent travailler moins, ils disposent de plus de temps et d'énergie pour s'occuper d'autrui, se divertir et entretenir des relations. La recherche démontre que la réduction du temps de travail rend les gens plus satisfaits de leur travail, plus heureux et avec plus d'égalité entre les hommes et les femmes, tant au travail qu'à la maison.

En outre, il est nécessaire de mettre en place des programmes de reconversion afin que les personnes licenciées dans des secteurs en déclin puissent se reconvertir dans d'autres secteurs, tels que les services publics, les énergies renouvelables, les services de soins, etc.

En résumé, cette stratégie présente un triple avantage : réduction du chômage, amélioration de la qualité de vie et diminution des pressions sur l'environnement.

Réduire les inégalités

Les inégalités perpétuent une pénurie artificielle de revenus, de temps et le défaut d'un sentiment personnel d'adéquation. En réduisant la semaine de travail, on doit veiller à ce que les salaires restent suffisants pour permettre à chacun de vivre correctement. Par exemple, on pourrait mettre en place un salaire de subsistance fixé à la semaine ou au mois, plutôt qu'à l'heure de travail. Cela reviendrait à inverser l'appropriation des gains de productivité, qui sont actuellement accaparés par le capital et qui sont à l'origine de l'accroissement des inégalités.

Une telle politique salariale pourrait être financée de deux manières complémentaires.

- Réduire l'inégalité des revenus, en plafonnant le ratio des salaires à 10 pour 1. Il convient de noter qu'en 1965, un PDG gagnait environ 20 fois plus que le travailleur moyen, alors qu'en 2020, ce rapport a augmenté jusqu'à 300 fois. Par conséquent, on pourrait décider qu'à l'échelle nationale, les revenus supérieurs à un multiple donné du salaire minimum sont imposés à 100 %,

- Réduire les inégalités de richesse : les 1 % les plus riches du monde détiennent 50 % de la richesse mondiale. Il pourrait s'agir d'un impôt sur la fortune ou d'un impôt de solidarité.

Les taxes peuvent également être utilisées pour réaliser des réductions significatives de la production matérielle sans impact négatif sur le bien-être humain. Par exemple, des taxes sur la viande rouge, ou l'arrêt des subventions aux éleveurs de bovins, ou encore des taxes sur les industries de combustibles fossiles pour les dommages qu'elles causent à la planète.

Cependant, agir sur les taxes ne suffit pas. Nous devons plafonner l'utilisation des ressources et de l'énergie aux niveaux actuels et les réduire chaque année jusqu'à ce que nous revenions dans les limites des possibilités de la planète. Cela doit se faire de manière juste et équitable, c'est-à-dire en veillant à ce que chacun ait accès aux ressources et aux moyens de subsistance nécessaires.

Oxfam (2023) demande à tous les pays de mettre en œuvre un système d'imposition qui garantirait que les 1 % les plus riches paient des taux d'impôts nettement plus élevés, par exemple 60 % de leurs revenus, et que les multimillionnaires et les milliardaires paient des taux encore plus élevés. Il s'agirait d'un pourcentage de leur revenu total, provenant de leur travail et de leurs investissements en capital.

Des taux de l'ordre de ce niveau nécessiteraient au moins un doublement du taux d'imposition moyen actuel de 31 % sur le revenu personnel des plus hauts revenus dans 100 pays, et un quadruplement du taux sur les plus-values, qui n'est actuellement que de 18 % en moyenne dans 123 pays. 52 Les taux marginaux d'imposition de 60 % et plus sur le revenu personnel des riches ont été la norme pendant une grande partie du 20e siècle. 53 Pour les super-riches - c'est-à-dire ceux qui possèdent des fortunes de plusieurs millions ou milliards de dollars - les taux d'imposition devraient être de 75 % ou plus, afin de décourager les rémunérations mirobolantes des dirigeants.

Si les gouvernements veulent taxer les revenus de manière globale, ils doivent veiller à taxer les revenus du capital au moins autant, et de préférence plus, que les revenus du travail. Les revenus du capital sont, dans la plupart des pays, la source de revenus la plus importante pour les riches et, dans la plupart des juridictions, ils sont actuellement imposés.

Les revenus du capital sont, dans la plupart des pays, la principale source de revenus des riches et, dans la plupart des juridictions, ils sont actuellement imposés à des taux bien inférieurs à ceux des revenus du travail.

Les gouvernements doivent utiliser les outils fiscaux à leur disposition pour inverser la tendance à l'inégalité, en suivant ces quatre étapes vers un monde plus égalitaire :

1. Introduire des impôts uniques de solidarité sur la fortune et des impôts sur les bénéfices exceptionnels des entreprises, ainsi que des taxes beaucoup plus élevées sur les distributions de dividendes, afin de mettre un terme aux profits tirés de la crise.
2. Augmenter de façon permanente les impôts sur les 1 % les plus riches, par exemple jusqu'à un minimum de 60 % de leurs revenus du travail et du capital, avec des taux plus élevés pour les multimillionnaires et les milliardaires.
3. Taxer la richesse des super-riches à des taux suffisamment élevés pour réduire systématiquement l'extrême richesse et diminuer la concentration et l'inégalité du pouvoir.
4. Utiliser les revenus de ces taxes pour augmenter les dépenses publiques dans les secteurs qui réduisent les inégalités, tels que les soins de santé, l'éducation et la sécurité alimentaire, et pour financer une transition juste vers un monde à faible émission de carbone.

Dé-marchandiser les biens publics et étendre les biens communs

La rareté artificielle a été imposée aux biens publics par les mécanismes de la dette et de la privatisation. Les services universels de base (soins de santé, éducation, transports publics, internet, quotas de base pour l'énergie et l'eau) pourraient être financés par l'État au moyen d'une taxation progressive de la richesse, de la terre, du carbone, etc. afin de garantir à chacun l'accès à une vie décente et digne.

Cela améliorera le pouvoir d'achat des revenus, de sorte que les gens n'aient pas besoin de revenus toujours plus élevés pour accéder à ce dont ils ont besoin pour vivre correctement. La restauration des biens communs - ou la création de nouveaux biens communs - contribuerait de manière significative à rendre inutile l'augmentation constante des revenus.

Neutraliser la dette

Le Sud est tombé dans le piège de la dette et il est impossible d'en sortir. Cela s'est produit à partir des années 70 et 80, lorsque la Réserve fédérale américaine a augmenté les taux d'intérêt, portant le fardeau de la dette à des niveaux insoutenables. Une autre partie de la dette a ensuite été contractée par des dictateurs sans mandat démocratique, avec des prêts qui ne profitaient pas à la population.

Dans un souci de justice sociale, ce type de dette devrait être annulé. Mais si le système financier ne change pas, les pays appauvris ne tarderont pas à retomber dans le piège de la dette. En effet, l'argent lui-même est basé sur la dette. Les banques vendent un produit (l'argent) qu'elles produisent à partir de rien, gratuitement, et demandent ensuite aux emprunteurs d'aller dans le monde réel, d'extraire et de produire de la valeur réelle pour payer les intérêts sur les prêts. Avec ce que l'on appelle le "système bancaire à réserves fractionnaires", les banques sont tenues de garantir les prêts qu'elles accordent avec seulement 10 % des montants de leurs réserves, voire moins. Cela signifie qu'elles prêtent 10 fois plus d'argent qu'elles n'en ont. Elles prêtent littéralement de l'argent pour qu'il existe. Ainsi, les banques créent le capital de tous les prêts qu'elles accordent, mais elles ne créent pas l'argent nécessaire pour payer les intérêts. Elles poussent ainsi à la concurrence dans le monde réel, obligeant les emprunteurs à trouver des moyens d'obtenir de l'argent pour rembourser leur dette, en l'extrayant entièrement du travail et de la nature.

Au lieu de laisser les banques commerciales créer de la monnaie par le crédit, nous pourrions demander à l'État de la créer - sans dette - et de la dépenser dans l'économie au lieu de la prêter. Quant aux banques, elles devraient garantir leurs prêts à 100 % sur leurs réserves.

RÉFÉRENCES

Gesualdi, F. (2014) Cambiare il sistema. Milano : Altraeconomia.
Hickel, J. (2020) Less is More. Comment la décroissance sauvera le monde. Londres : William Heinemann Oxfam (2023) Survival of the Richest. Comment nous devons taxer les super-riches maintenant pour lutter contre l'inégalité.
Nations unies (2023) Situation et perspectives de l'économie mondiale.

Bro Alberto Parise - author
×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

ECOLOGICAL TRANSFORMATION: Testimony and Invitati...
Economic Justice - Justice économique - Part 2 of ...
 

Comments

No comments made yet. Be the first to submit a comment
Already Registered? Login Here
Guest
Monday, 15 April 2024