ECOLOGICAL TRANSFORMATION: Testimony and Invitation TRANSFORMATION ÉCOLOGIQUE - Témoignage et Invitation

Ecol-transformn-4 Ecological Transformation

by Nik Rodewald, Theology Teacher and Campus Minister, Marist School, Atlanta, Georgia         Traduction française ci-dessous

Over the last few years, in response to Pope Francis's encyclical, Laudato Si', I have been on a journey to a more authentic ecological conversion. The article that follows is a musing on the concrete steps that journey has taken, and an invitation for you, dear reader, to consider your own journey into God.

Awareness and Action

God is always at work trying to "do a new thing" (Isaiah 43:19). Yet for this "new thing" to come to completion, I must learn to discern how God's Spirit is moving, stirring me away from my old ways and tired habits, inviting me to be transformed into a new creation.

Since God's Spirit works in space and in time, I must live with eyes wide open, should I want to glimpse the Spirit at work. When it comes to ecological conversion, this entails making concrete efforts to see how my life choices impact the environment.

Energy Usage

Home energy and transportation have, for most of us, the greatest impact on our carbon footprint. By using the EPA's Carbon Footprint Calculator https://bit.ly/3tz5pp4 (or any one of several carbon footprint apps, such as Joro, Clima, or Earth Hero), I visualize how our energy usage impacts our carbon footprint. This provides a baseline from which I can consider ways to reduce or offset my carbon emissions. Some of these ways include:

  • •Checking with my electricity provider to see if I can be involved in an alternative energy program
  • •Checking with my natural gas provider to see if I can opt into a carbon offset program
  • •Installing a "smart" thermostat and adjusting my home's temperature to minimize use of heat and air-conditioning
  • •Replacing incandescent lightbulbs with LEDs
  • •Doing laundry in cold water; line-drying clothes instead of using a dryer
  • •Choosing energy-efficient appliances, when possible
  • •Opting to use public transportation, when possible
  • •Performing regular maintenance on personal vehicles
  • •Reducing the number of miles I drive
  • •Choosing to drive, rather than fly, when going on vacation

There are things I would like to do to reduce my footprint that simply are not feasible. What matters, however, is that I take the time and effort to be aware of my carbon footprint and that I pay attention to the ways in which I can reduce or offset my carbon emissions. By making these decisions with intentionality, I become more aware of the interconnected nature of reality.

Nik's Compost: By composting organic material, we have the opportunity to divert food waste away from landfills, thereby reducing methane emissions from landfills. Homemade compost provides a natural fertilizer for home gardens, reducing the need for chemical fertilizers, improving soil quality and reducing erosion.
  • Single-Use Materials
  • While home energy and transportation contribute most to my carbon footprint, the day-to-day decisions that I make as a consumer offer many small ways to be mindful of how my purchasing habits impact the environment. As I peruse the aisles of retail stores, there are several practical steps that I can take to assess the environmental impact of my shopping and make positive changes. For example, I can:
    • •Consider whether I really need what I have set out to buy
    • •Look for ways to reduce the amount of "stuff" I purchase
    • •Purchase clothing or home goods secondhand, especially from Saint Vincent de Paul and other thrift stores that support charitable organizations
    • •Purchase fresh produce over frozen or canned produce, using reusable produce bags to reduce plastic waste
    • •Choose to buy things packaged in more easily recyclable materials (e.g. paper, metal, and glass) as opposed to things packaged in plastic
    • •Avoid purchasing single-use utensils, plates, cups, and napkins (and, when I really do need to purchase those products, purchasing compostable and metal products over plastic)
    • •Avoid purchasing individually wrapped or single-serving food products

  • Recycling

It can be very tempting for me to presume that, just because I put something in my curbside, single-stream recycling bin, it will be diverted from a landfill, reduce waste and help the environment. Unfortunately, recycling is not this simple or easy. By opening my eyes to see the complex reality of recycling, I can make better decisions about the waste I produce.

First, I need to be aware of how truly difficult it is to recycle plastic: to start, plastic polymers significantly degrade each time they are heated; as such, any single bit of plastic can only be reused a couple of times before it becomes useless. Then, roughly half of the plastic bales that arrive at reprocessing plants are unable to be recycled, usually because much of the plastic in the bales is not clean or has been otherwise contaminated. Moreover, regardless of what a single-stream recycler tells you, it is very rare for plastics other than numbers 1 and 2 to get recycled on a regular basis (for more information, see this recent New Yorker article (https://bit.ly/3ZPXAYc).

This knowledge has significant consequences: first, it means that I can no longer simply buy single-use plastics and presume that they will ever really be recycled, underscoring the importance of avoiding plastic whenever possible. Second, it reminds me how important it is to avoid "wish-cycling," that is, putting something that may not be recyclable in with the rest of my recycling, in the hopes that it will not wind up in a landfill. Though this is well- intentioned, "wish-cycling" contaminates recycling facilities and results in more items eventually winding up in a landfill. If I am unsure of whether or not something can be recycled, paradoxically, the most environmentally-sound option is simply to throw it in the trash. Finally, this knowledge pushes me to find alternative

ways to recycle plastics numbered 3-6: in Atlanta, I am able to take them to CHaRM (the Center for Hard to Recycle Materials) https://livethrive.org/charm, which is able to recycle, reuse, or repurpose roughly 96% of materials that they receive. As for those hard to recycle plastics and Styrofoam, CHaRM partners with Nexus Fuels and Dow Chemical to turn them into home insulation and biofuels.

My sustainability journey has led to the planting of a small pollinator garden. Planting flowers that attract pollinators can support global food production, help preserve native plants, prevent erosion, purify water, and increase soil quality.

Meat Consumption

Opening my eyes to the reality of climate change also means recognizing how my dietary choices impact the environment. The meat industry accounts for roughly 18% of all global greenhouse gas emissions, while also causing significant deforestation and using far more land than plant-based agriculture. Simply put, one of the best things that I can do for the climate is to reduce or eliminate the amount of meat that I consume. Abstaining from meat has a rich history and potential as a spiritual practice.

According to the first creation story in Genesis, human beings were not meat-eaters in their original state (Gen.1:30); indeed, it is not until after Cain kills Able and violence enters the world that human beings begin to eat meat. In fact, it is only after God blesses Noah following the Great Flood that God says, "All things crawling about that live, for you shall they be, for eating, as with the green plants, I now give you all" (Gen. 9:3). Thus, I have chosen to stop eating meat, hoping that this might have the potential to remind me of my nature as a human (adam), arising from the earth (adama).

Gratitude

In Laudato Si', Pope Francis emphasizes our interconnectedness with creation and the way that this interconnectedness calls us not only to conversion, but to gratitude. I have found that, the more I keep my eyes open to my environmental impact, the more mindful I become of daily choices that once I took for granted. In turn, I have noticed that prayers of gratitude come more freely, and that I spend more of my time gardening, turning compost and being nearer to the earth.

Compared with the global problem of climate change, my personal actions are not even a drop in the bucket. Yet I do them not simply because "every little bit helps," but because they renew my life and spirit. This conversion brings me to a place of gratitude, where I rediscover the natural urge to say, along with the Holy Father, "Laudato Si', Signore!"

Nik Rodenwald - author

La transformation écologique : témoignage et invitation

par Nik Rodewald, professeur de théologie et aumônier du campus, Marist School, Atlanta, Géorgie (États-Unis)

Au cours des dernières années, en réponse à l'encyclique du pape François, Laudato Si', j'ai commencé un parcours vers une conversion écologique plus authentique. L'article qui suit est une réflexion sur les étapes concrètes de ce voyage et une invitation pour vous, cher lecteur, à considérer votre propre voyage en Dieu.

Conscience et action

Dieu est toujours à l'œuvre, voulant "faire du neuf" (Isaïe 43:19). Cependant, pour que cette "chose nouvelle" puisse advenir, il me faut apprendre à discerner comment agit l'Esprit de Dieu, me détournant de mes chemins anciens et de mes vieilles habitudes, m'invitant à être transformé en une nouvelle création.

Puisque l'Esprit de Dieu agit dans l'espace et dans le temps, je dois vivre les yeux grands ouverts, si je veux apercevoir l'Esprit à l'œuvre. En ce qui concerne la conversion écologique, cela implique des efforts concrets pour voir comment mes choix de vie ont un impact sur l'environnement.

L'utilisation de l'énergie

L'énergie domestique et les transports ont, pour la plupart d'entre nous, le plus grand impact sur notre empreinte carbone. En utilisant le calculateur d'empreinte carbone de l'EPA (United States Environmental Protection Agency, Agence pour la protection de l'environnement des Etats-Unis) : https://bit.ly/3tz5pp4, ou l'une des nombreuses applications de calcul de l'empreinte carbone, telles que Joro, Clima ou Earth Hero, je visualise l'impact de notre consommation d'énergie sur notre empreinte carbone. Cela fournit une base de référence à partir de laquelle je peux envisager des moyens de réduire ou de compenser mes émissions de carbone. Voici quelques-uns de ces moyens :

-Vérifier auprès de mon fournisseur d'électricité si je peux participer à un programme d'énergie alternative

-Vérifier auprès de mon fournisseur de gaz naturel si je peux participer à un programme de compensation des émissions de carbone.

-Installer un thermostat "intelligent" et régmer la température de mon domicile pour minimiser l'utilisation du chauffage et de la climatisation.

-Remplacer les ampoules à incandescence par des LED

-Faire la lessive à l'eau froide ; faire sécher les vêtements sur une corde à linge au lieu d'utiliser un sèche-linge

-Choisir des appareils électroménagers économes en énergie, lorsque c'est possible

-Opter pour les transports en commun, lorsque cela est possible

-Entretenir régulièrement les véhicules personnels

-Réduire le nombre de kilomètres parcourus en voiture

-Choisir de prendre la voiture plutôt que l'avion pour partir en vacances.

Il y a des choses que j'aimerais faire pour réduire mon empreinte qui ne sont tout simplement pas réalisables. Ce qui compte, cependant, c'est que je prenne le temps et que je fasse l'effort d'être conscient de mon empreinte carbone et que je sois attentif aux moyens de réduire ou de compenser mes émissions de carbone. En prenant ces décisions intentionnellement, je prends davantage conscience de la nature interconnectée de la réalité.

Les matériaux à usage unique

Si l'énergie domestique et les transports contribuent le plus à mon empreinte carbone, les décisions quotidiennes que je prends en tant que consommateur offrent de nombreux petits moyens d'être attentif à l'impact de ma manière d'acheter sur l'environnement. En parcourant les allées des commerces de détail, je peux prendre plusieurs mesures pratiques pour évaluer l'impact de mes achats sur l'environnement et y apporter des changements positifs. Par exemple, je peux

-Me demander si j'ai vraiment besoin de ce que j'ai l'intention d'acheter

-Chercher des moyens de réduire la quantité de "choses" que j'achète.

-Acheter des vêtements ou des articles ménagers d'occasion, en particulier auprès de la Société de Saint Vincent de Paul ou d'autres magasins d'occasion qui soutiennent des organisations caritatives.

-Acheter des produits frais plutôt que des produits surgelés ou en conserve, en utilisant des sacs réutilisables pour réduire les déchets plastiques.

-Choisir d'acheter des produits emballés dans des matériaux plus facilement recyclables (papier, métal et verre, par exemple) plutôt que des produits emballés dans du plastique.

-Éviter d'acheter des ustensiles, des assiettes, des gobelets et des serviettes à usage unique (et, lorsque je dois vraiment acheter ces produits, acheter des produits compostables et en métal plutôt qu'en plastique).

Le recyclage

Je peux être tenté de supposer que, simplement parce que je mets une chose dans ma poubelle de tri sélectif, cela empêchera sa mise en décharge, réduira les déchets et contribuera à la protection de l'environnement. Malheureusement, le recyclage n'est pas aussi simple ni facile. En ouvrant les yeux sur sa réalité complexe, je peux prendre de meilleures décisions concernant les déchets que je produis.

Tout d'abord, je dois prendre conscience de la difficulté réelle de recycler le plastique :

D'abord, les polymères plastiques se dégradent chaque fois qu'ils sont chauffés ; ainsi, un objet en plastique ne peut être réutilisé qu'un nombre limité de fois avant de devenir inutilisable. Ensuite, environ la moitié des balles de plastique qui arrivent dans les usines de retraitement ne peuvent pas être recyclées, généralement parce qu'une grande partie du plastique contenu dans les balles n'est pas propre ou a été pollué d'une manière ou d'une autre. En outre, quoi qu'en dise un recycleur à flux unique, il est très rare que des plastiques autres que ceux qui sont numérotés 1 et 2, les plus faciles à recycler, soient traités de manière régulière (pour plus d'informations, voir cet article récent du New Yorker).

Cette connaissance a des conséquences importantes : tout d'abord, cela signifie que je ne peux plus me contenter d'acheter des plastiques à usage unique en pensant qu'ils seront sûrement recyclés. Cela souligne l'importance d'éviter le plastique chaque fois que c'est possible.

Deuxièmement, cela me rappelle à quel point il est important d'éviter le "wish-cycling", c'est-à-dire de mettre quelque chose qui n'est peut-être pas recyclable avec ce qui l'est, dans l'espoir que cela ne finira pas à la décharge. Même si cela part d'une bonne intention, ce type de recyclage contamine les installations de recyclage et augmente le nombre d'articles qui finissent dans les décharges. Si je ne sais pas si un objet peut être recyclé ou non, paradoxalement, l'option la plus respectueuse de l'environnement est de le jeter à la poubelle.

Enfin, cette connaissance me pousse à trouver d'autres moyens de recycler les plastiques numérotés de 3 à 6 : à Atlanta, je peux les apporter au CHaRM (Center for Hard to Recycle Materials, Centre de traitement des matérieux difficiles à recycler) https://livethrive.org/charm, qui est en mesure de recycler, réutiliser ou reconvertir environ 96 % des matériaux qu'il reçoit. En ce qui concerne les plastiques difficiles à recycler et le polystyrène, le CHaRM s'associe à Nexus Fuels et Dow Chemical pour les transformer en isolant domestique et en biocarburants.

La consommation de viande

Ouvrir les yeux sur la réalité du changement climatique, c'est aussi reconnaître l'impact de mes choix alimentaires sur l'environnement. L'industrie de la viande est responsable d'environ 18 % de toutes les émissions mondiales de gaz à effet de serre, tout en provoquant une déforestation importante et en utilisant beaucoup plus de terres que l'agriculture végétale. En clair, l'une des meilleures choses que je puisse faire pour le climat est de réduire la quantité de viande que je consomme ou de l'éliminer. S'abstenir de viande est une est une tradition à la riche histoire et son potentiel est reconnu comme pratique spirituelle.

Selon le premier récit de la création dans la Genèse, les êtres humains ne mangeaient pas de viande à l'origine (Gen. 1:30) ; en effet, ce n'est qu'après que Caïn ait tué Abel et que la violence soit entrée dans le monde que les êtres humains ont commencé à manger de la viande. En fait, ce n'est qu'après avoir béni Noé à la suite du grand déluge que Dieu dit : "Tout ce qui remue et qui vit vous servira de nourriture, comme déjà l'herbe mûrissante, je vous donne tout" (Gen. 9:3). J'ai donc choisi d'arrêter de manger de la viande, en espérant que cela pourrait me rappeler ma nature d'être humain (adam), issu de la terre (adama).

La gratitude

Dans Laudato Si', le pape François souligne notre interconnexion avec la création et la manière dont cette interconnexion nous appelle non seulement à la conversion, mais aussi à la gratitude. J'ai constaté que, plus je garde les yeux ouverts sur mon impact environnemental, plus je suis conscient des choix quotidiens que je considérais autrefois comme allant de soi. En retour, j'ai remarqué que les prières de gratitude venaient plus spontanément et que je passaix plus de temps à jardiner, à faire du compost et à être proche de la terre.

Comparées au problème mondial du changement climatique, mes actions personnelles ne sont même pas une goutte d'eau dans l'océan. Pourtant, je ne les fais pas simplement parce que "chaque petit geste compte", mais parce qu'elles renouvellent ma vie et mon esprit.

Cette conversion m'établit en un lieu de gratitude, où je redécouvre l'envie naturelle de dire, avec le Saint-Père, "Laudato Si', Signore !".

En haut : Mon parcours en matière de développement durable m'a amené à planter un petit jardin de pollinisateurs. La plantation de fleurs qui attirent les pollinisateurs peut contribuer à la production alimentaire mondiale, à la préservation des plantes indigènes, à la prévention de l'érosion, à la purification de l'eau et à l'amélioration de la qualité du sol.

En bas : En compostant les matières organiques, nous avons la possibilité d'éviter de mettre en décharge les déchets alimentaires, réduisant ainsi les émissions de méthane de ces dernières. Le compost fait maison constitue un engrais naturel pour les jardins familiaux, réduisant le besoin d'engrais chimiques, améliorant la qualité du sol et réduisant l'érosion.

NDT. Les textes bibliques sont cités selon la Traduction Œcuménique de la Bible (TOB).

×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

Synodality - inherently Marist / Synodalité - in...
Economic-Justice / Justice économique – Partie 3 ...
 

Comments

No comments made yet. Be the first to submit a comment
Already Registered? Login Here
Guest
Monday, 15 April 2024