Economic Justice - Justice économique - Part 2 of 3

Economic-Justice - Justice économique Economic-Justice - Justice économique - Part 2 of 3

Social implications of Economic Justice                            Traduction française - voir ci-dessous

With the end of the bipolar system (Western capitalist world Vs Eastern communist system) Trans National Corporations (TNCs) pushed for a globalization of markets, seeking an expansion that could secure growth. Having reached the limits to growth within the Western consumer market, they needed to expand it. That meant pushing to turn the world into a global, single market – without any barriers of sorts – a single, interconnected financial marketplace, and a unified production system.

However, they soon realized that such a global market does not exist, because 3 billion poor people did not have purchasing capacity to absorb ever growing production. Hence, an aggressive competition rose to secure market quotas. That meant increasing competitivity by technological innovation and accelerating the delivery of goods; investing in publicity and reducing sale prices. To increase their profits, TNCs had to find ways to cut their costs, especially by reducing the cost of work.

[Note: John Locke recognized that enclosure is a theft from the commons, but he justified it morally because of increased agricultural output. The same logic was then applied to justify colonization and today virtually everything can be justified if it contributes to GDP growth. Colonization represent a second phase, expanding the process of enclosure beyond Europe and the commodification of labor and workers to the extent of reducing Africans into slavery. From a systemic point of view, all that happened under the pressing need to keep up growth. In fact, it was a response to the crisis of elite de-accumulation caused by peasants revolutions in Europe. Over three centuries, millions of people were removed from the land, triggering an internal refugee crisis. Commoners were systematically denied access to the most basic resources necessary for survival. People were left without home and food.

Growth has always relied on a process of colonization. European capitalists create a system of mass production, they needed consumers. Partly they created them by destroying self sufficient economies, creating a mass of workers-consumers. At a certain point growth needed new markets. These were created through colonial expansion, by using asymmetric trade rules to destroy the South's domestic industries, forcing them to serve not only as a source of raw materials, but also a captive market for Europe's mass-produced goods.

Economists recognized that some kind of initial accumulation was necessary for the rise of capitalism. Adam Smith called it "previous accumulation", and claimed it came because a few people worked hard and saved their earnings. In reality, it was a process of plunder.

The proponents of capitalism believed that it was necessary to impoverish people in order to generate growth. They held that traditional welfare systems made people lazy, accustomed to easy food and leisure; by removing them, they could increase their productivity under the threat of hunger and by making them compete with one another to extract ever higher yields from the land. Scarcity is created for capitalist expansion.

Enclosure and colonization were necessary preconditions for the rise of European capitalism. It destroyed subsistence economies, created a mass of cheap labor, and by generating artificial scarcity set the engines of competitive productivity in motion.

But all that alone was not enough to ensure elite accumulation. They needed also to change people's beliefs, to change their worldview, to sell a new story about nature.

Pope Francis, in Evangelii gaudium, says that this economy kills (EG 53). He explains that behind such a structure of sin there is an anthropological question, that is, a particular worldview that reduces the human person to homo oeconomicus, that is, a self- interested individual that seeks his own economic gain; nature to a resource to be exploited; and all that leads to weaken or even sweep away the filial relationship with God.

From a living organism, nature became inert matter to be controlled and manipulated, in a mechanistic worldview. Human bodies also were turned in raw material, under the justification that some people were less than human: slavery is a commodification, appropriation and exploitation of persons. - End of footnote] 

In production sectors that are technology intensive, they enhanced automation systems, which allowed them to lay off workers, who are more expensive than machines. In labor intensive sectors, instead, the strategy has been that of delocalization. Basically, TNCs transferred production to countries where they could pay lower salaries, have lower social security and environmental protection requirements, and pay less taxes. This trend caused a remarkable loss of jobs in the global North, and weakened workers' rights and bargaining power. In fact, in order to attract investments and create jobs, the political class tended to create the juridical conditions that enhanced corporate profitability, at the expense of workers and the environment. All that translated into lower salaries, precarious jobs, loss of workers' rights, and unemployment. Meanwhile, corporate profits grew, and the gap between the rich and the poor as well.

However, the impoverishment of the working class is a boomerang for the consumeristic economy, because purchasing power decreases and it becomes ever more difficult to sell the products to keep the accumulation process going.

That is why at the turn of the century, we see the rise of financial capitalism. Growing profits need to be reinvested to produce more profits, but there is a lack of confidence in the production sector – in the real economy, since sales can hardly grow. At that point, liquidity is directed to financial investments: basically, lending money at an interest rate and financial speculations. Speculation means profiting on the differential of price that happens between the purchase and the sale of something, be it a commodity, a currency, or a financial product like treasury or other bonds.

Another outstanding mechanism for making financial profits is that of expanding debt, a phenomenon that takes place whenever warehouses are full of goods that nobody buys. At that point, the capitalist system encourages families, enterprises and States to incur into debt so that each one may consume above their own possibilities.

Cultural and spiritual implications of economic justice

In Fratelli Tutti, pope Francis pointed out that

"Opening up to the world" is an expression that has been co-opted by the economic and financial sector and is now used exclusively of openness to foreign interests or to the freedom of economic powers to invest without obstacles or complications in all countries. Local conflicts and disregard for the common good are exploited by the global economy in order to impose a single cultural model. This culture unifies the world, but divides persons and nations, for "as society becomes ever more globalized, it makes us neighbors, but does not make us brothers". We are more alone than ever in an increasingly massified world that promotes individual interests and weakens the communitarian dimension of life. Indeed, there are markets where individuals become mere consumers or bystanders. As a rule, the advance of this kind of globalism strengthens the identity of the more powerful, who can protect themselves, but it tends to diminish the identity of the weaker and poorer regions, making them more vulnerable and dependent. In this way, political life becomes increasingly fragile in the face of transnational economic powers that operate with the principle of "divide and conquer". (FT 12)


[Note: One of the characteristics of bonds is that you can resell them at higher or lower price according to the reliability of the debtor. This has turned debt into a speculation mechanism.

Another common mechanism of financial speculation are the derivatives. These are financial products whose value is based on what happens to something else: two parties agree what one owes the other based on the outcome of a given event, such as the price of a commodity, or the exchange rate of a currency, or the reliability of a debtor. They are like a bet, whose outcome is that one wins and the other loses.

For example, we can agree that in six months I will sell you a given quantity of coffee, at today's market price, let's say USD 1,000. In reality, I may not have that coffee and you do not want to buy it. But in six months time, if the market value of that coffee has gone up to 1,100 USD, I will give pay you the difference, that is USD 100. If, instead, the price has gone down, let's say to USD 800, you will pay me USD 200. As you see, we are betting on the future price of a commodity, coffee in this case.

These financial instruments were created with the intention to insure investments. If you have some stocks, or a commodity to sell, it is as if you pay something to insure them in case they lose value. So, if they don't, you gain the value of your stocks. If they do lose value, you will gain from this contract that is similar to an insurance. In other words, the original intention was to stabilize investments. However, they turned out to be used for financial speculation and increased leverage for maximizing profits.

Financial speculation is way bigger than real economy. The global GDP is about USD 80 Tn, while the value of the financial market is at least ten times bigger. And it has a tremendous impact on the real economy.]

A consumerist economy promotes individualism and consumption patterns, through a sort of cultural colonization. Pope Francis underscores that the peoples who lose their culture end up losing their soul, their spirituality and their moral consistency and, in the end, their intellectual, economic and political independence (FT 14).

Economically prosperous countries impose themselves as a cultural model, at the expense of the authenticity, cultural richness and innovation capacity of developing countries. That promotes a loss of self-esteem and of the sense of identity, arriving even at «a resistance to native ways of thinking and acting, and a tendency to look down on one's own cultural identity, as if it were the sole cause of every ill» (FT 51). When a people lose self-esteem and the sense of identity, it can be easily dominated. The homogenization of the world serves the interest of the dominant economic powers, because it pre-empts the emergence of alternative socio-economic and cultural perspectives that may produce an alternative. In fact, « ignoring the culture of their people has led to the inability of many political leaders to devise an effective development plan that could be freely accepted and sustained over time» (FT 52).

Environmental implications

Expanding economies require ever more energy consumption. About half of the greenhouse gases in the atmosphere today have been released from the 1990s. These are the main driver of global warming and climate change. On the other hand, the mining industry, the industrial agriculture and extensive animal farming, and the exploitation of forests have heavily affected the regenerative potential of our common home, the planet Earth. As a result, today's environmental crisis is three-fold, including pollution, biodiversity loss and climate change. To overcome it, we need a different economic system, in connection with an energy transition away from fossil fuels, which is based both on renewable sources and a 60% reduction of energy demand.

The latest UN conference on climate change, held in Dubai in December 2023 (COP28), made it visible that an energy transition is not possible without a broader economic transition. The case of Colombia is emblematic. Its economy depends on coal and oil exports (between 40% and 50% of exports), producing 9% of the taxes collected by the state. In spite of this, President Petro, elected with a program to "give the country a green future and not a black one", has initiated an industrial reconversion, focusing on renewable energy and a just transition that does not leave the more than 100,000 workers in the fossil fuel sector unemployed. "But this has made the markets nervous" – said Susana Muhamad, Minister of the Environment and Sustainable Development – and so instead of finding support and incentives for the green transition, the country "is being punished by the financial economic system: access to financing has become more expensive, the country is threatened with downgrading in the international credit system and is being strangled with debt". Likewise, the entry of Lula's Brazil, which presents itself as a champion of climate action, into OPEC has caused a stir, at the very moment when it is said that hydrocarbons must be abandoned. This contradiction mirrors the situation in which most developing countries find themselves: in order to cope with the debt crisis and to finance adaptation to climate change, they have to exploit their own energy and mineral resources. It is clear that there can be no solution to the climate crisis without a change in the economic and financial system and without aligning the markets with the reality of the crisis and the green transition. The current world economic system, based on indefinite economic growth, is the structural cause of the world's unsustainability. It is clear that continuous economic growth is impossible in a world of finite resources, yet growth continues to be pursued. And a just transition means that nobody should be left behind: the necessary economic conversion has to include workers and populations who currently are at the margins or barely survive out of the unsustainable economic and energy systems.

Climate Justice and Decolonization of Climate Action

Besides the sovereign debt crisis, there is also a climate debt issue. Rich countries and trans-national corporations have enriched themselves at the expense of the environment. As Laudato Si' put it, «A true "ecological debt" exists, particularly between the global North and South, connected to commercial imbalances with effects on the environment, and the disproportionate use of natural resources by certain countries over long periods of time» (LS 51). And here it emerges an issue about climate justice, since those who least contributed to climate change are often the most affected by its consequences.

Whereas developing countries are held hostage with their sovereign debt, rich countries are not owning up their ecological debt (cf. LS 52). The Paris Agreement (2015) stipulates a road map for containing global warming and climate change, and established the principle of "common but differentiated responsibility" and "respective capabilities". That means that all have to contribute to the solution of the climate crisis, but those who are more responsible for it must do much more and also help the others in the transition. Likewise, those who can do more, because of their stronger economy, must do more. As also Laudato Si' put it, the developed countries ought to help pay this debt by significantly limiting their consumption of non- renewable energy and by assisting poorer countries to support policies and programs of sustainable development. The poorest areas and countries are less capable of adopting new models for reducing environmental impact because they lack the wherewithal to develop the necessary processes and to cover their costs. We must continue to be aware that, regarding climate change, there are differentiated responsibilities. (LS 52)

In many respects, climate governance needs to be decolonized. First of all, there must be a recognition of the root cause of the problem, which is the structural legacy of colonialism and capitalism. That is, an economic system based on indefinite growth, which is utterly unsustainable. Most of the so called "solutions" to the climate crisis fall within that economic paradigm, hence reproducing the problem instead of solving it. As Laudato Si' put it,

Technology, which, linked to business interests, is presented as the only way of solving these problems, in fact proves incapable of seeing the mysterious network of relations between things and so sometimes solves one problem only to create others. (LS 20)

Both Laudato Si' and Laudate Deum criticize the so called "technocratic paradigm" underlying the current process of environmental decay, namely, «a certain way of understanding human life and activity [that] has gone awry, to the serious detriment of the world around us". Deep down, it consists in thinking "as if reality, goodness and truth automatically flow from technological and economic power as such". As a logical consequence, it then becomes easy "to accept the idea of infinite or unlimited growth, which proves so attractive to economists, financiers and experts in technology». (LD 20)

Decolonizing climate action implies a shift from an extractive economy to an economy of care and stewardship. That means, at the same time, a shift in worldview, perspective and value systems, that is, an ecological conversion. Stewardship economies call for a paradigm change in development and are built on the stewardship of land and nature by Indigenous Peoples and local communities. This creates the potential for new, radically improved collective outcomes that can address the diverse crises humanity faces: climate change, rapid species extinction, increasing inequality, injustice and insecure livelihoods, and vulnerability to extreme weather events.

The respect and promotion of Human Rights and of the rights of Indigenous Peoples, including their right to self-determination, are key to the decolonization of the process. For example, plans for mitigation of carbon emissions and adaptation to climate change must consider how activities and decisions may affect the most vulnerable groups and ecosystems, and Indigenous Peoples' rights, knowledge systems, practices and ways of life.

All plans and means of implementation of climate action must be decided and implemented based on free, prior and informed consent. In fact, equal participation must be granted to Indigenous Peoples at all levels, from decision making, to planning, implementation, monitoring and evaluation. This should also include their direct access to funds, instead of trickling them down through intermediaries.

Last but not least, decisions must state how indigenous jurisdiction is integrated into climate policy, namely, how Indigenous Peoples' land and water rights and governance systems are respected. Climate action also needs to promote processes of co-production of knowledge through respectful ethical, and equitable collaboration and partnership with Indigenous Peoples and their knowledge holders, considering all components of indigenous knowledge systems, including values, worldviews, traditions and customary laws.

To achieve climate justice, there is need for a reformed multilateral governance. As Pope Francis said in his speech for the inauguration of the Faith Pavilion at COP28 in Dubai,

What is the way out of this? It is the one that you are pursuing in these days: the way of togetherness, multilateralism. Indeed, "our world has become so multipolar and at the same time so complex that a different framework for effective cooperation is required. It is not enough to think only of balances of power… It is a matter of establishing global and effective rules (Laudate Deum, 42). In this regard, it is disturbing that global warming has been accompanied by a general cooling of multilateralism, a growing lack of trust within the international community, and a loss of the "shared awareness of being… a family of nations". It is essential to rebuild trust, which is the foundation of multilateralism. (…)

Let us emerge from the narrowness of self-interest and nationalism; these are approaches belonging to the past. Let us join in embracing an alternative vision: this will help to bring about an ecological conversion, for "there are no lasting changes without cultural changes" (Laudate Deum, 70). In this regard, I would assure you of the commitment and support of the Catholic Church, which is deeply engaged in the work of education and of encouraging participation by all, as well as in promoting sound lifestyles, since all are responsible and the contribution of each is fundamental.

In fact, Laudate Deum – written to promote concrete action to stabilize the climate is aware of the great limits on which the multilateral process is stuck, so much so that

Our world has become so multipolar and at the same time so complex that a different framework for effective cooperation is required. It is not enough to think only of balances of power but also of the need to provide a response to new problems and to react with global mechanisms to the environmental, public health, cultural and social challenges, especially in order to consolidate respect for the most elementary human rights, social rights and the protection of our common home. It is a matter of establishing global and effective rules that can permit "providing for" this global safeguarding. (LD 42)

All this presupposes the development of a new procedure for decision-making and legitimizing those decisions, since the one put in place several decades ago is not sufficient nor does it appear effective. In this framework, there would necessarily be required spaces for conversation, consultation, arbitration, conflict resolution and supervision, and, in the end, a sort of increased "democratization" in the global context, so that the various situations can be expressed and included. It is no longer helpful for us to support institutions in order to preserve the rights of the more powerful without caring for those of all. (LD 43)

Mission JPIC : Une transformation systémique pour le bien commun de toute la création

La justice économique, une priorité pour le Sud

Fr. Alberto Parise, des Missionnaires Comboniens  Rome, 23 janvier 2024    Deuxième partie

Implications sociales

Avec la fin du système bipolaire (monde capitaliste occidental contre système communiste oriental), les sociétés multinationales (SMN) ont poussé à la mondialisation des marchés, promouvent une expansion susceptible d'assurer leur croissance. Ayant atteint les limites de la croissance au sein du marché de consommation occidental, elles devaient l'étendre. Pour ce faire, elles ont cherché à transformer le monde en un marché unique, sans aucune barrière, en un marché financier unique et interconnecté et en un système de production unifié.

Cependant, elles se sont vite rendu compte qu'un tel marché mondial n'existait pas, car trois milliards de pauvres n'avaient pas le pouvoir d'achat nécessaire pour absorber une production toujours croissante. C'est pourquoi une concurrence agressive s'est développée pour obtenir des parts de marché. Cela signifie qu'il faut accroître la compétitivité par l'innovation technologique et accélérer la livraison des marchandises, investir dans la publicité et réduire les prix de vente. Pour augmenter leurs profits, les SMN ont dû trouver des moyens de réduire leurs coûts, notamment en réduisant le coût du travail.

Dans les secteurs de production à forte intensité technologique, elles ont amélioré les systèmes d'automatisation, ce qui leur a permis de licencier des travailleurs, qui coûtent plus cher que les machines. Dans les secteurs à forte intensité de main-d'œuvre, au contraire, la stratégie a été celle de la délocalisation (1). Fondamentalement, les SMN ont transféré leur production dans des pays où elles pouvaient payer des salaires moins élevés, où les exigences en matière de sécurité sociale et de protection de l'environnement étaient moindres et où elles payaient moins d'impôts. Cette tendance a entraîné une perte considérable d'emplois dans les pays du Nord et a affaibli les droits des travailleurs et leur pouvoir de négociation. En fait, pour attirer les investissements et créer des emplois, la classe politique a eu tendance à créer les conditions juridiques qui ont favorisé la rentabilité des entreprises, au détriment des travailleurs et de l'environnement. Tout cela s'est traduit par des salaires plus bas, des emplois précaires, la perte des droits des travailleurs et le chômage. Pendant ce temps, les profits des entreprises augmentaient, tout comme le fossé entre les riches et les pauvres.

Cependant, l'appauvrissement de la classe ouvrière est un boomerang pour l'économie consumériste, car le pouvoir d'achat diminue et il devient de plus en plus difficile de vendre les produits nécessaires au maintien du processus d'accumulation.

C'est pourquoi, au tournant du siècle, nous assistons à la montée du capitalisme financier. Les profits croissants doivent être réinvestis pour produire davantage de profits, mais il y a un manque de confiance dans le secteur de la production - dans l'économie réelle, puisque les ventes peuvent difficilement augmenter. À ce moment-là, les liquidités sont dirigées vers les investissements financiers : essentiellement, le prêt d'argent à intérêt et les spéculations financières. La spéculation consiste à profiter de la différence de prix entre l'achat et la vente, qu'il s'agisse d'une marchandise, d'une devise ou d'un produit financier comme les bons du Trésor ou autres valeurs (2).

Un autre mécanisme remarquable pour réaliser des profits financiers est celui de l'expansion de la dette, un phénomène qui se produit lorsque les entrepôts sont remplis de biens que personne n'achète. Le système capitaliste encourage alors les familles, les entreprises et les États à s'endetter pour que chacun puisse consommer au-delà de ses possibilités.

Implications culturelles et spirituelles

Dans Fratelli Tutti, le pape François a souligné ceci (FT n°12) :

''S'ouvrir au monde'' est une expression qui, de nos jours, est adoptée par l'économie et les finances. Elle se rapporte exclusivement à l'ouverture aux intérêts étrangers ou à la liberté des pouvoirs économiques d'investir sans entraves ni complications dans tous les pays. Les conflits locaux et le désintérêt pour le bien commun sont instrumentalisés par l'économie mondiale pour imposer un modèle culturel unique. Cette culture fédère le monde mais divise les personnes et les nations, car « la société toujours plus mondialisée nous rapproche, mais elle ne nous rend pas frères ». (Benoît XVI, Lettre enc. Caritas in veritate, n. 19). Plus que jamais nous nous trouvons seuls dans ce monde de masse qui fait prévaloir les intérêts individuels et affaiblit la dimension communautaire de l'existence. Il y a plutôt des marchés où les personnes jouent des rôles de consommateurs ou de spectateurs. L'avancée de cette tendance de globalisation favorise en principe l'identité des plus forts qui se protègent, mais tend à dissoudre les identités des régions plus fragiles et plus pauvres, en les rendant plus vulnérables et dépendantes. La politique est ainsi davantage fragilisée vis-à-vis des puissances économiques transnationales qui appliquent le ''diviser pour régner''.

Une économie consumériste promeut l'individualisme et ses modèles de consommation, à travers une sorte de colonisation culturelle. Le pape François souligne que les peuples qui perdent leur culture finissent par perdre leur âme, leur spiritualité et leur cohérence morale et, en fin de compte, leur indépendance intellectuelle, économique et politique (FT n°14).

Les pays économiquement prospères s'imposent comme modèle culturel, au détriment de l'authenticité, de la richesse culturelle et de la capacité d'innovation des pays en développement. Cela favorise la perte de l'estime de soi et du sens de l'identité, allant même jusqu'à "une incapacité à accepter des caractéristiques et des processus spécifiques, ce qui provoque du mépris pour l'identité culturelle comme si celle-ci était la seule cause des maux" (FT n°51). Lorsqu'un peuple perd l'estime de soi et le sens de son identité, il peut être facilement dominé. L'homogénéisation du monde sert les intérêts des puissances économiques dominantes, car elle empêche l'émergence d'autres perspectives socio-économiques et culturelles susceptibles de produire une alternative. En fait, "ignorer la culture d'un peuple empêche de nombreux dirigeants politiques de parvenir à mettre en œuvre un projet efficace qui puisse être librement assumé et soutenu dans le temps" (FT n°52).

Implications environnementales

Les économies en expansion nécessitent une consommation d'énergie toujours plus importante. Près de la moitié des gaz à effet de serre présents dans l'atmosphère aujourd'hui ont été libérés dans les années 1990. Ces gaz sont le principal moteur du réchauffement de la planète et du changement climatique. Par ailleurs, l'industrie minière, l'agriculture industrielle, l'élevage extensif et l'exploitation des forêts ont fortement affecté le potentiel de régénération de notre maison commune, la planète Terre. Par conséquent, la crise environnementale actuelle est triple : pollution, perte de biodiversité et changement climatique. Pour la surmonter, nous avons besoin d'un système économique différent, lié à une transition énergétique qui s'éloigne des combustibles fossiles et qui repose à la fois sur les sources renouvelables et sur une réduction de 60 % de la demande d'énergie.

La dernière conférence de l'ONU sur le changement climatique, qui s'est tenue à Dubaï en décembre 2023 (COP28), a rendu visible le fait qu'une transition énergétique n'est pas possible sans une transition économique plus large. Le cas de la Colombie est emblématique. Son économie dépend des exportations de charbon et de pétrole (entre 40 et 50 % des exportations), produisant 9 % des taxes perçues par l'État. Malgré cela, le président Petro, élu sur un programme visant à "donner au pays un avenir vert et non noir", a initié une reconversion industrielle, en misant sur les énergies renouvelables et une transition juste qui ne laisse pas au chômage les plus de 100 000 travailleurs du secteur des énergies fossiles. "Mais cela a rendu les marchés nerveux" - a déclaré Susana Muhamad, ministre de l'environnement et du développement durable - et ainsi, au lieu de trouver des soutiens et des incitations pour la transition verte, le pays "est puni par le système économique financier : l'accès au financement est devenu plus cher, le pays est menacé de rétrogradation dans le système de crédit international et il est étranglé par la dette". De même, l'entrée du Brésil de Lula, qui se présente comme un champion de l'action climatique, au sein de l'OPEP a fait grand bruit, au moment même où l'on dit qu'il faut abandonner les hydrocarbures. Cette contradiction reflète la situation dans laquelle se trouvent la plupart des pays en développement : pour faire face à la crise de la dette et financer l'adaptation au changement climatique, ils doivent exploiter leurs propres ressources énergétiques et minérales.

Il est clair qu'il ne peut y avoir de solution à la crise climatique sans un changement du système économique et financier et sans un alignement des marchés sur la réalité de la crise et de la transition verte. Le système économique mondial actuel, basé sur une croissance économique indéfinie, est la cause structurelle de la non-durabilité du monde. Il est clair qu'une croissance économique continue est impossible dans un monde où les ressources sont limitées, et pourtant la croissance continue d'être poursuivie. Une transition juste signifie que personne ne doit être laissé pour compte : la conversion économique nécessaire doit inclure les travailleurs et les populations qui sont actuellement en marge ou qui survivent à peine dans des systèmes économiques et énergétiques non durables.

Justice climatique et décolonisation de l'action climatique

Outre la crise de la dette souveraine, il existe également un problème de dette climatique. Les pays riches et les entreprises multinationales se sont enrichis au détriment de l'environnement. Comme le dit Laudato Si' :

"Il y a, en effet, une vraie "dette écologique", particulièrement entre le Nord et le Sud, liée à des déséquilibres commerciaux, avec des conséquences dans le domaine écologique, et liée aussi à l'utilisation disproportionnée des ressources naturelles, historiquement pratiquée par certains pays " (LS n°51).

C'est ici qu'apparaît la question de la justice climatique, puisque ceux qui ont le moins contribué au changement climatique sont souvent les plus touchés par ses conséquences. Alors que les pays en développement sont pris en otage par leur dette souveraine, les pays riches n'assument pas leur dette écologique (cf. LS n°52). L'Accord de Paris (2015) établit une feuille de route pour contenir le réchauffement de la planète et le changement climatique, et a posé le principe de "responsabilité commune mais différenciée" et de "capacités respectives". Cela signifie que tous doivent contribuer à la résolution de la crise climatique, mais que ceux qui en sont les plus responsables doivent en faire beaucoup plus, pour aider les autres dans la transition. Ceux qui peuvent faire plus, en raison de leur économie plus forte, doivent faire plus. Comme le dit Laudato Si',

"Il faut que les pays développés contribuent à solder cette dette, en limitant de manière significative la consommation de l'énergie non renouvelable et en apportant des ressources aux pays qui ont le plus de besoins, pour soutenir des politiques et des programmes de développement durable. Les régions et les pays les plus pauvres ont moins de possibilités pour adopter de nouveaux modèles en vue de réduire l'impact des activités de l'homme sur l'environnement, parce qu'ils n'ont pas la formation pour développer les processus nécessaires, et ils ne peuvent pas en assumer les coûts. C'est pourquoi il faut maintenir claire la conscience que, dans le changement climatique, il y a des responsabilités diversifiées(…)" (LS n°52)

À bien des égards, la gouvernance climatique doit être décolonisée. Tout d'abord, il faut reconnaître la cause profonde du problème, qui est l'héritage structurel du colonialisme et du capitalisme. Il s'agit d'un système économique basé sur une croissance indéfinie, qui n'est absolument pas durable. La plupart des soi-disant "solutions" à la crise climatique s'inscrivent dans ce paradigme économique, reproduisant ainsi le problème au lieu de le résoudre. Comme le dit Laudato Si',

"La technologie, liée aux secteurs financiers, qui prétend être l'unique solution aux problèmes, de fait, est ordinairement incapable de voir le mystère des multiples relations qui existent entre les choses, et par conséquent, résout parfois un problème en en créant un autre." (LS n°20)

Laudato Si' aussi bien que Laudate Deum critiquentle "paradigme technocratique" qui sous-tend le processus actuel de dégradation de l'environnement.

"C'est « une manière de comprendre la vie et l'activité humaine qui a dévié et qui contredit la réalité jusqu'à lui nuire ». Au fond, il consiste à penser « comme si la réalité, le bien et la vérité surgissaient spontanément du pouvoir technologique et économique lui-même ». En conséquence logique, « on en vient facilement à l'idée d'une croissance infinie ou illimitée, qui a enthousiasmé beaucoup d'économistes, de financiers et de technologues »." (LD n°20)

La décolonisation de l'action climatique implique le passage d'une économie d'extraction à une économie de soins et de gestion. Cela signifie en même temps un changement de vision du monde, de perspective et de systèmes de valeurs, c'est-à-dire une conversion écologique. Les économies d'intendance appellent un changement de paradigme dans le développement et sont fondées sur la gestion de la terre et de la nature par les peuples autochtones et les communautés locales. Elles offrent la possibilité d'obtenir de nouveaux résultats collectifs radicalement meilleurs, capables de répondre aux diverses crises auxquelles l'humanité est confrontée : le changement climatique, l'extinction rapide des espèces, l'accroissement des inégalités, l'injustice et l'insécurité des moyens de subsistance, ainsi que la vulnérabilité aux phénomènes météorologiques extrêmes.

Le respect et la promotion des droits de l'homme et des droits des peuples autochtones, y compris leur droit à l'autodétermination, sont essentiels à la décolonisation du processus. Par exemple, les plans d'atténuation des émissions de carbone et d'adaptation au changement climatique doivent tenir compte de la manière dont les activités et les décisions peuvent affecter les groupes et les écosystèmes les plus vulnérables, ainsi que les droits, les systèmes de connaissances, les pratiques et les modes de vie des peuples autochtones.

Tous les plans et moyens de mise en œuvre de l'action climatique doivent être décidés et mis en œuvre sur la base d'un consentement libre, préalable et éclairé. En fait, une participation égale doit être accordée aux peuples autochtones à tous les niveaux, depuis la prise de décision jusqu'à la planification, la mise en œuvre, le suivi et l'évaluation. Cela devrait également inclure leur accès direct aux fonds, au lieu de les faire transiter par des intermédiaires.

Enfin, les décisions doivent indiquer comment la juridiction autochtone est intégrée dans la politique climatique, c'est-à-dire comment les droits à la terre et à l'eau et les systèmes de gouvernance des peuples autochtones sont respectés. L'action climatique doit également promouvoir les processus de coproduction de connaissances par le biais d'une collaboration et d'un partenariat respectueux, éthique et équitable avec les peuples autochtones et leurs détenteurs de connaissances, en tenant compte de toutes les composantes des systèmes de connaissances autochtones, y compris les valeurs, les visions du monde, les traditions et les lois coutumières.

Pour parvenir à la justice climatique, il est nécessaire de réformer la gouvernance multilatérale. Comme l'a dit le pape François dans son discours d'inauguration du pavillon de la foi à la COP28 à Dubaï,

"Quelle est la porte de sortie ? Celle que vous empruntez ces jours-ci : la voie qui consiste à être ensemble, le multilatéralisme. En effet, « le monde devient tellement multipolaire, et en même temps tellement complexe, qu'un cadre différent pour une coopération efficace est nécessaire. Il ne suffit pas de penser aux rapports de force […]. Il s'agit d'établir des règles globales et efficaces » (Laudate Deum, n. 42). Il est préoccupant, en ce sens, que le réchauffement de la planète s'accompagne d'un refroidissement général du multilatéralisme, d'une défiance croissante à l'égard de la Communauté internationale, d'une perte de la « conscience commune d'être [...] une famille de nations » (S. Jean-Paul II, Discours à la 50ème Assemblée Générale de l'Organisation des Nations Unies, New York, 5 octobre 1995, 14). Il est essentiel de rétablir la confiance, fondement du multilatéralisme. (…)

Sortons des ornières des particularismes et des nationalismes, ce sont des modèles du passé. Adoptons une vision alternative et commune : elle permettra une conversion écologique, car « il n'y a pas de changement durable sans changement culturel » (Laudate Deum, n. 70). J'assure en cela l'engagement et le soutien de l'Église catholique, active en particulier dans l'éducation et la sensibilisation à la participation commune, ainsi que dans la promotion des styles de vie, car la responsabilité est celle de tous, et celle de chacun est fondamentale. "

En effet, Laudate Deum – texte écrit pour promouvoir des actions concrètes en vue de stabiliser le climat – témoigne d'une conscience aiguë des limites sur lesquelles bute le processus multilatéral, au point que

"Le monde devient tellement multipolaire, et en même temps tellement complexe, qu'un cadre différent pour une coopération efficace est nécessaire. Il ne suffit pas de penser aux rapports de force, mais aussi à la nécessité de répondre aux nouveaux défis, et de réagir avec des mécanismes mondiaux aux défis environnementaux, sanitaires, culturels et sociaux, en particulier pour renforcer le respect des droits de l'homme les plus élémentaires, des droits sociaux et la protection de la Maison commune. Il s'agit d'établir des règles globales et efficaces pour "assurer" cette protection mondiale. " (LD n°42)

"Tout cela suppose l'initiation d'un nouveau processus de prise de décisions et de légitimation de celles-ci, car ce qui a été mis en place il y a plusieurs décennies n'est pas suffisant et ne semble pas efficace. Dans ce cadre, des espaces de conversation, de consultation, d'arbitrage, de résolution des conflits et de supervision sont nécessaires, bref, une sorte de plus grande "démocratisation" dans la sphère mondiale pour exprimer et intégrer les différentes situations. Il n'est pas utile de soutenir des institutions dans le but préserver les droits des plus forts sans se préoccuper des droits de tous. " (LD n°43)

Fin de la Deuxième partie

(1) John Locke a reconnu que l'enclosure (privatisation des terres communales) est un vol de biens communs, mais il l'a justifié moralement par l'augmentation de la production agricole. La même logique a ensuite été appliquée pour justifier la colonisation et, aujourd'hui, pratiquement tout peut être justifié si cela contribue à la croissance du PIB. La colonisation a représenté une deuxième phase, étendant le processus d'enfermement au-delà de l'Europe et la marchandisation du travail et des travailleurs jusqu'à réduire les Africains en esclavage. D'un point de vue systémique, tout cela s'est produit sous l'impérieuse nécessité de maintenir la croissance. En fait, il s'agissait d'une réponse à la crise de désaccumulation des élites provoquée par les révolutions paysannes en Europe. Pendant trois siècles, des millions de personnes ont été chassées de leurs terres, déclenchant une crise interne des réfugiés. Les gens du peuple se sont vus systématiquement refuser l'accès aux ressources les plus élémentaires, nécessaires à leur survie. Ils se sont retrouvés sans maison et sans nourriture.

La croissance a toujours reposé sur un processus de colonisation. Les capitalistes européens ont créé un système de production de masse, ils avaient besoin de consommateurs. Ils les ont en partie créés en détruisant les économies autosuffisantes, créant ainsi une masse de travailleurs-consommateurs. À un certain moment, la croissance a eu besoin de nouveaux marchés. Ceux-ci ont été créés par l'expansion coloniale, en utilisant des règles commerciales asymétriques pour détruire les industries nationales du Sud, les forçant à servir non seulement de source de matières premières, mais aussi de marché captif pour les biens produits en masse par l'Europe.

Les économistes ont reconnu qu'une certaine forme d'accumulation initiale était nécessaire à l'essor du capitalisme. Adam Smith l'appelait "accumulation antérieure" et prétendait qu'elle était due au fait que certaines personnes travaillaient dur et économisaient leurs gains. En réalité, il s'agissait d'un processus de pillage.

Les partisans du capitalisme pensaient qu'il était nécessaire d'appauvrir les gens pour générer de la croissance. Ils estimaient que les systèmes traditionnels de protection sociale rendaient les gens paresseux, habitués à la nourriture facile et aux loisirs ; en les supprimant, ils pouvaient augmenter leur productivité sous la menace de la faim et en les mettant en concurrence les uns avec les autres pour tirer des rendements toujours plus élevés de la terre. La pénurie est créée pour l'expansion capitaliste.

L'enclosure et la colonisation étaient des conditions préalables nécessaires à l'essor du capitalisme européen :

= ils ont détruit les économies de subsistance

= elles ont créé une masse de main-d'œuvre et de consommateurs bon marché

= et en générant une pénurie artificielle, elles ont mis en mouvement les moteurs de la productivité compétitive.

Mais tout cela ne suffisait pas à assurer l'accumulation pour l'élite. Il fallait aussi changer les croyances des gens, changer leur vision du monde, vendre une nouvelle histoire de la nature.

Le pape François, dans Evangelii gaudium, affirme que cette économie tue (EG 53). Il explique que derrière une telle structure de péché se cache une question anthropologique, une vision du monde particulière qui réduit la personne humaine à l'homo oeconomicus, c'est-à-dire un individu intéressé, motivé par son seul profit économique ; la nature à une ressource à exploiter ; et tout cela conduit à affaiblir ou même à balayer la relation filiale avec Dieu.

D'organisme vivant, la nature est devenue une matière inerte à contrôler et à manipuler, dans une vision mécaniste du monde. Les corps humains ont également été transformés en matière première, sous prétexte que certaines personnes étaient moins qu'humaines : l'esclavage est une marchandisation, une appropriation et une exploitation des personnes.

(2) L'une des caractéristiques des obligations est qu'elles peuvent être revendues à un prix plus ou moins élevé en fonction de la fiabilité du débiteur. Cela a transformé la dette en un mécanisme de spéculation.

Les produits dérivés constituent un autre mécanisme courant de spéculation financière. Il s'agit de produits financiers dont la valeur est basée sur ce qui arrive à quelque chose d'autre : deux parties conviennent de ce que l'une doit à l'autre en fonction du résultat d'un événement donné, tel que le prix d'une marchandise, le taux de change d'une devise ou la fiabilité d'un débiteur. C'est comme un pari, dont le résultat est que l'un gagne et l'autre perd.

Par exemple, nous pouvons convenir que dans six mois, je vous vendrai une quantité donnée de café, au prix du marché actuel, disons 1 000 USD. En réalité, il se peut que je n'aie pas ce café et que vous ne vouliez pas l'acheter. Mais dans six mois, si la valeur marchande de ce café est passée à 1 100 USD, je vous donnerai la différence, c'est-à-dire 100 USD. Si, au contraire, le prix a baissé, disons à 800 USD, vous me paierez 200 USD. Comme vous le voyez, nous parions sur le prix futur d'une marchandise, le café en l'occurrence.

Ces instruments financiers ont été créés pour servir d'assurance aux investissements. Si vous avez des actions ou une marchandise à vendre, c'est comme si vous payiez quelque chose pour les assurer au cas où elles perdraient de la valeur. Ainsi, si elles ne perdent pas de valeur, vous gardez la valeur de vos actions. Si elles perdent de la valeur, vous tirerez profit de ce contrat qui s'apparente à une assurance. En d'autres termes, l'intention initiale était de stabiliser les investissements. Cependant, ils s'est avéré qu'ils étaient utilisés pour la spéculation financière et l'augmentation de l'effet de levier pour maximiser les profits.

La spéculation financière est bien plus importante que l'économie réelle. Le PIB mondial est d'environ 80 mille milliards de dollars, alors que la valeur du marché financier est au moins dix fois supérieure. Et elle a un impact considérable sur l'économie réelle.

Br Alberto Parise MCCJ - Author
×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

Economic-Justice / Justice économique – Partie 3 ...
Economic Justice - Justice économique - Part 1 of...
 

Comments

No comments made yet. Be the first to submit a comment
Already Registered? Login Here
Guest
Monday, 15 April 2024