Climate Change-impact on World's Poor / L'impact du changement climatique sur les pauvres du monde

Children-Water-Afghanistan-Vat-News-13-Nov-2023 Children collecting Water-Afghanistan-Enfants collectant de l'eau-Afghanistan Vat-News-13-Nov-2023 /

A Broader View of the Impacts of Climate Change on the World's Poor

by Ted Keating, SM                                                                                                 Traduction française - voir ci-dessous

When our Editorial Committee met to plan this issue of Today's Marists, we were embedded in the tragic news of a world on fire (western part of the United States, Canada, Greece, along with several other nations); massive, deadly flooding in spots around the globe; melting glaciers; several tropical storms emerging in the Atlantic unsure where they would hit as hurricanes (like the one pelting southern Mexico and southern California at the time). We agreed that it was time to focus part of an issue of Today's Marists on the problems of climate change. As an international religious missionary congregation, these issues reach deeply into our hearts, mainly when we focus on the impacts of climate change on the poorest nations. The Society of Mary has declared that the impacts of climate change are a priority and Marists worldwide are already at work on these concerns.

So, stepping back from the most apparent effects of severe climate changes right now, how do we build on that evident knowledge to get a broader picture? According to the Notre Dame-Global Adaptation Initiative Index (NDAII), the countries that are most suffering from climate issues now are the most vulnerable and have the least capacity to adapt. These countries are often located in tropical and subtropical regions, and they are already experiencing the impacts of climate change through extreme weather events, sea level rise, and changes in agricultural yields.

According to the NDAII, the top ten most climate-vulnerable countries in 2023 are Chad, Somalia, Syria, the Democratic Republic of Congo, Afghanistan, South Sudan, the Central African Republic, Nigeria, Ethiopia, Bangladesh.

These countries are facing a range of climate challenges, including:

  • Drought and food insecurity: Climate change is leading to more frequent and severe droughts in many parts of the world, particularly in Africa. This is devastatingly impacting food security, as farmers cannot grow enough crops to feed their families.
  • Flooding: Climate change also increases the frequency and intensity of flooding events. This is due to rising sea levels and more extreme rainfall patterns. Flooding can destroy homes and crops, and it can also lead to the spread of disease.
  • Sea level rise: Sea level rise is a significant threat to coastal communities worldwide. It is already inundating low-lying areas and displacing people. Sea level rise also increases the risk of storm surges and coastal erosion.
  • Changes in agricultural yields: Climate change is causing changes in agricultural products, as crops are more susceptible to pests and diseases in warmer temperatures. This is making it more difficult for farmers to produce enough food to meet the needs of their communities.
  • The countries listed above are particularly vulnerable to climate change impacts because they have several underlying factors that make them more susceptible, such as poverty, conflict, and weak governance.

These factors make it difficult for countries to invest in adaptation measures and to respond to climate-related disasters.

It is important to note that climate change is a global problem, and all countries will be affected in varying degrees. However, the countries listed above are already experiencing the worst impacts of climate change, and they need urgent support from the international community.

Countries that are facing the greatest impacts of from climate issues are suffering in numerous ways, including: Economic losses: Climate change is causing billions of dollars in economic losses yearly. This is due to damage to infrastructure, crop failures, and lost tourism revenue. Food insecurity: Climate change leads to more frequent and severe droughts and floods. This is disrupting agricultural production and making it difficult for people to access food.
  • Displacement: Climate change is forcing people to leave their homes due to sea level rise, flooding, and other climate-related hazards. This leads to a humanitarian crisis, as people are displaced from their homes and livelihoods.
  • Health risks: Climate change increases the risk of heat waves, wildfires, and other extreme weather events. This is leading to more deaths and illnesses.
  • Conflict: Climate change is exacerbating existing conflicts and creating new ones. This is due to competition for scarce resources such as water and land.

Here are some specific examples of how countries are suffering from climate issues now:

  • In Somalia, a severe drought is causing a famine. Millions of people are facing food insecurity and displacement.
  • In Pakistan, devastating floods have killed over 1,000 people and displaced millions more.
  • In Bangladesh, sea level rise is inundating coastal communities and forcing people to migrate inland.
  • In the United States, heat waves and wildfires are increasing frequency and intensity. This is causing deaths and illnesses and destroying homes and businesses.
  • In Oceania, stories of the earliest Marist examples of climate refugees being accepted into the larger island nations because of their inundation in the waters of the Pacific. Whole countries are suffering from this rise in water levels.

The suffering caused by climate change is not evenly distributed. The poorest and most vulnerable countries are being hit the hardest. This is because they have the least capacity to adapt to the impacts of climate change. The international community has a responsibility to help countries that are suffering from climate issues. We need to provide financial, technical and other assistance to help these countries adapt to climate change and build resilience to its impacts. Although these nations and their populations did not contribute in any significant way to the disastrous build-up of gases that have brought about these climate changes, they bear the burden for all the reasons mentioned above. This raises significant ethical questions when the wealthier nations, who by and large most contributed to the crisis, refuse to take responsibility for leading the way to solutions. As Pope Francis says in Laudato Sí':

"The human environment and the natural environment deteriorate together; we cannot adequately combat environmental degradation unless we attend to causes related to human and social degradation. The deterioration of the environment and society affects the most vulnerable on the planet: 'Both everyday experience and scientific research show the gravest effects of all attacks on the environment are suffered by the poorest.'" (Laudato Sí', 48 and the Bolivian Bishops' Conference Pastoral Letter on the Environment, 2012)

You will find an excellent article in this issue by Fr. Samu Tukidia, SM, applying the Marist mission of "Communion" to these environmental concerns. It becomes clear that our spirituality and mission become one in looking at these facts, as they always should.

I close with a portion of the Prayer of Pope Francis from Laudato Sí':

O God of the Poor,

Help us to rescue the abandoned and forgotten of this earth,

So precious in your eyes.

Bring healing to our lives,

That we may protect the world and not prey on it,

That we may sow beauty, and not pollution and destruction.

Touch the hearts of those who look only upon gain

At the expense of the poor of the earth.

Resource Note: There is an enormous amount of data in this article. It would have been quite difficult to put together without Google's new AI chatbot BARD. For more on artificial intelligence, see Mike Kelly's article, Artificial Intelligence and the Church, in this issue of Today's Marists.

Drought in Ethiopia - Vat News 13 November 2023

Une vision plus large des impacts du changement climatique
sur les pauvres dans le monde

Ted Keating, SM 

Lorsque notre comité de rédaction s'est réuni pour préparer ce numéro de Todays' Marists (Maristes d'aujourd'hui), nous étions plongés dans les nouvelles tragiques d'un monde en feu (partie occidentale des États-Unis, Canada, Grèce, ainsi que plusieurs autres nations) ; des inondations massives et mortelles dans certains endroits du globe ; la fonte des glaciers ; plusieurs tempêtes tropicales émergeant dans l'Atlantique pouvant se transformer en ouragans (comme celle qui frappait le sud du Mexique et le sud de la Californie à ce moment-là). Nous avons convenu qu'il était temps de consacrer une partie d'un numéro de « Maristes d'aujourd'hui » aux problèmes du changement climatique. En tant que congrégation religieuse missionnaire internationale, ces questions nous touchent profondément, surtout lorsque nous nous concentrons sur les impacts du changement climatique sur les nations les plus pauvres. La Société de Marie a déclaré que les impacts du changement climatique sont une priorité et les Maristes du monde entier sont déjà à l'œuvre sur ces questions.

Ainsi, en prenant du recul par rapport aux effets les plus apparents des graves changements climatiques actuels, comment pouvons-nous nous appuyer sur ces connaissances évidentes pour obtenir une vue d'ensemble ? Selon l'indice Notre Dame-Global Adaptation Initiative Index (NDAII), les pays qui souffrent le plus des problèmes climatiques sont les plus vulnérables et ont la plus faible capacité d'adaptation. Ces pays sont souvent situés dans des régions tropicales et subtropicales, et ils subissent déjà les effets du changement climatique par le biais d'événements météorologiques extrêmes, de l'élévation du niveau de la mer et de changements dans les rendements agricoles.

Selon la NDAII, les dix pays les plus vulnérables au climat en 2023 sont le Tchad, la Somalie, la Syrie, la République démocratique du Congo, l'Afghanistan, le Sud-Soudan, la République centrafricaine, le Nigeria, l'Éthiopie et le Bangladesh.

Ces pays sont confrontés à toute une série de défis climatiques, notamment

lLa sécheresse et l'insécurité alimentaire : Le changement climatique entraîne des sécheresses plus fréquentes et plus graves dans de nombreuses régions du monde, en particulier en Afrique. Ces sécheresses ont un impact dévastateur sur la sécurité alimentaire, car les agriculteurs ne peuvent pas produire suffisamment de ressources pour nourrir leurs familles.

lInondations : Le changement climatique augmente également la fréquence et l'intensité des inondations. Cela est dû à l'élévation du niveau de la mer et à des régimes de précipitations plus extrêmes. Les inondations peuvent détruire les habitations et les récoltes et favoriser la propagation des maladies.

lL'élévation du niveau de la mer : L'élévation du niveau de la mer est une menace importante pour les communautés côtières du monde entier. Elle inonde déjà les zones de basse altitude et provoque des déplacements de population. L'élévation du niveau de la mer augmente également le risque d'ondes de tempête et d'érosion côtière.

lModification des rendements agricoles : Le changement climatique entraîne une modification des productions agricoles, les cultures étant plus sensibles aux parasites et aux maladies lorsque les températures sont plus élevées. Il est donc plus difficile pour les agriculteurs de produire suffisamment de nourriture pour répondre aux besoins de leurs communautés.

Les pays énumérés ci-dessus sont particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique parce qu'ils présentent plusieurs facteurs sous-jacents qui les rendent plus vulnérables, tels que la pauvreté, les conflits et la faiblesse de leur gouvernance.

Ces facteurs font qu'il est difficile pour les pays d'investir dans des mesures d'adaptation et de répondre aux catastrophes liées au climat.

Il est important de noter que le changement climatique est un problème mondial et que tous les pays seront touchés à des degrés divers. Toutefois, les pays énumérés ci-dessus subissent déjà les pires conséquences du changement climatique et ont besoin d'un soutien urgent de la part de la communauté internationale.

Les pays qui subissent les conséquences les plus graves des problèmes climatiques souffrent de nombreuses façons, notamment

lPertes économiques : Le changement climatique entraîne des milliards de dollars de pertes économiques chaque année. Ces pertes sont dues aux dommages causés aux infrastructures, aux mauvaises récoltes et à la perte de revenus touristiques.

lL'insécurité alimentaire : Le changement climatique entraîne des sécheresses et des inondations plus fréquentes et plus graves. Cela perturbe la production agricole et rend difficile l'accès à la nourriture.

lDéplacement : Le changement climatique oblige les gens à quitter leur foyer en raison de l'élévation du niveau de la mer, des inondations et d'autres risques liés au climat. Cela conduit à une crise humanitaire, car les gens sont déplacés de leurs maisons et de leurs moyens de subsistance.

lRisques pour la santé : Le changement climatique accroît le risque de vagues de chaleur, d'incendies de forêt et d'autres phénomènes météorologiques extrêmes. Cela entraîne une augmentation du nombre de décès et de maladies.

lLes conflits : Le changement climatique exacerbe les conflits existants et en crée de nouveaux. Cela est dû à la concurrence pour des ressources rares telles que l'eau et la terre.

Voici quelques exemples concrets de la façon dont les pays souffrent actuellement des problèmes climatiques :

lEn Somalie, une grave sécheresse provoque une famine. Des millions de personnes sont confrontées à l'insécurité alimentaire et au déplacement.

lAu Pakistan, des inondations dévastatrices ont tué plus de 1 000 personnes et en ont déplacé des millions d'autres.

lAu Bangladesh, l'élévation du niveau de la mer inonde les communautés côtières et oblige les populations à migrer vers l'intérieur des terres.

lAux États-Unis, les vagues de chaleur et les incendies de forêt sont de plus en plus fréquents et intenses. Ces phénomènes provoquent des décès et des maladies et détruisent des habitations et des entreprises.

lEn Océanie, les premiers exemples maristes de réfugiés climatiques subis par les grandes nations insulaires en raison de leur submersion par les eaux du Pacifique. Des pays entiers souffrent de cette montée des eaux.

Les souffrances causées par le changement climatique ne sont pas uniformément réparties. Les pays les plus pauvres et les plus vulnérables sont les plus durement touchés. Cela s'explique par le fait qu'ils sont les moins à même de s'adapter aux effets du changement climatique. La communauté internationale a la responsabilité d'aider les pays qui souffrent des problèmes climatiques. Nous devons fournir une assistance financière, technique et autre pour aider ces pays à s'adapter au changement climatique et à renforcer leur résistance à ses effets. Bien que ces nations et leurs populations n'aient pas contribué de manière significative à l'accumulation désastreuse des gaz qui ont provoqué ces changements climatiques, elles en portent le fardeau pour toutes les raisons mentionnées ci-dessus. Cela soulève d'importantes questions éthiques lorsque les nations les plus riches, qui ont largement contribué à la crise, refusent d'assumer la responsabilité d'ouvrir la voie à des solutions. Comme le dit le pape François dans Laudato Sí' :

48. L'environnement humain et l'environnement naturel se dégradent ensemble, et nous ne pourrons pas affronter adéquatement la dégradation de l'environnement si nous ne prêtons pas attention aux causes qui sont en rapport avec la dégradation humaine et sociale. De fait, la détérioration de l'environnement et celle de la société affectent d'une manière spéciale les plus faibles de la planète : « Tant l'expérience commune de la vie ordinaire que l'investigation scientifique démontrent que ce sont les pauvres qui souffrent davantage des plus graves effets de toutes les agressions environnementales ».

(Laudato Sí', n. 48, citant la Lettre pastorale sur l'environnement de la Conférence épiscopale de Bolivie, 2012).

Vous trouverez dans ce numéro un excellent article du Père Samu Tukidia, SM, qui applique la mission mariste de " Communion " à ces préoccupations environnementales. Il devient clair que notre spiritualité et notre mission ne font qu'un en regardant ces faits, comme ils devraient toujours le faire.

Je termine par une partie de la Prière du Pape François tirée de Laudato Sí' :

Ô Dieu des pauvres,
aide-nous à secourir les abandonnés
et les oubliés de cette terre
qui valent tant à tes yeux.
Guéris nos vies,
pour que nous soyons des protecteurs du monde
et non des prédateurs,
pour que nous semions la beauté
et non la pollution ni la destruction.
Touche les cœurs
de ceux qui cherchent seulement des profits
aux dépens de la terre et des pauvres.

Note sur les ressources : cet article contient une énorme quantité de données. Il aurait été difficile de le rédiger sans le nouveau chatbot BARD de Google. Pour en savoir plus sur l'intelligence artificielle, voir l'article de Mike Kelly, Artificial Intelligence and the Church, dans le même numéro de Today's Marists.

×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

Nativity - Nativité
Global Faith Leaders - COP28 / Leaders religieux m...
 

Comments

No comments made yet. Be the first to submit a comment
Already Registered? Login Here
Guest
Monday, 15 April 2024