Buddhist & Christian Mysticism / Mysticisme bouddhiste et chrétien

1-Vipassana-Rtrt-Centre Buddhist Vipassana Retreat Centre at Kaukapakapa, Auckland / Centre de retraite bouddhiste Vipassana à Kaukapakapa, Auckland

Seeking God: Buddhist Meditation and Christian Mysticism

I recently entered into a 10-day Buddhist Vipassana Retreat. A few Marists had shared with me that they had completed a Vipassana Buddhist Retreat and I thought I would try and enter such an experience.

I was curious about the Buddhist psychology of meditation and I wanted to learn some more about Buddhist beliefs as most of the Myanmar and Thai people in Ranong, Thailand are Buddhist. I was also curious if I could make any connections between Buddhist meditation and the Christian contemplative tradition of St John of the Cross.

John of the Cross has both haunted and inspired me since my Renewal experience at Le Neyliere in 2019. His Spiritual Canticle from a prison cell amazed me, and his Ascent of Mt Carmel shone a torch light on the contemplative pathway that both resonated within me and challenged my half-heartedness.

I felt I had been immersed in the active prayer tradition with St Ignatius of Loyola for most of my life, but as I've grown older the quieter contemplative tradition seems to draw me in. I am wanting to learn more from John of the Cross and I have become curious that a variety of spirituality books compare the Buddhist path with the Christian Mystical path of John of the Cross.

I was amazed that there was such a demand for the Buddhist Retreat with online bookings filling up months in advance. With around 80-100 participants I was interested to notice most of the participants were between 20 – 40. An age group that seems to be missing from our Catholic Communities. They came from a wide variety of backgrounds and were obviously searching for meaning and a taste of something spiritual.

The 10-day Buddhist retreat involved very early mornings, no meat, and no meals after midday. We were told we were basically adopting the life of a Buddhist monk for 10-days. Although the vegetarian meals were very tasty, I did quickly drive to the nearest café at the end of the retreat and enjoyed a large serving of bacon and eggs and sausages!

The intensity of prayer for 9 hours each day for 10 days certainly created a memorable experience to not forget. There was complete silence and a helpful meditation and life rhythm. We gathered in the meditation hall very regularly for 1 hour 30 min meditation sessions. The journey began seeking to become still, trying to quieten the mind from running into the past, or running into the future. We were invited to be still and enter the silence of 'now'.

I had often thought of contemplative prayer as entering into the 'prayer of quiet' and resting in the 'now' of God's love as the end point. In the Vipassana Buddhist Retreat, days 1 to 3 are in fact leading each person on the journey to stillness. But having arrived at this stillness of 'now', the real work had only just begun.

The next 7 days began a process of slowly and carefully scanning the body for any bodily sense reactions. As the saying goes, "the opposite of contemplation is not action but distraction." And the source of distraction is the magnificent engine of the senses which are beautiful but also potentially misleading. The senses engage the ego and consequently attachment and craving or aversion (the Buddhists would say the source of all suffering). The great work of the Vipassana retreat was to become extremely aware and sensitive to the senses and any reaction we might start toward them. The repeated meditation was to try to observe the senses and not react to the senses.

At this point I couldn't help but notice points of connection and similarity with the contemplative tradition and teaching of St John of the Cross. His 'dark night of the senses' is like a transition and pathway from an active prayer tradition to a quieter contemplative prayer and state of being. The 'night of the senses' leads one from an outward sensual-attachment living to an inward spiritual-attentive living. The 'night of the spirit' becomes a continued purification of more deeply held attachments in our memory and will and spirit.

It struck me that Buddhism and Christianity have different words for what was a similar pathway for the spiritual-seeker. The Buddhist Vipassana Retreat method emphasized leading each person not into theology or theory but a retreat experienced bodily. It was certainly memorable and gave a clear practice to follow.

I reflected in my journal that the teachings of Buddhism felt a bit like a lovely doughnut. It tastes quite nice but there is a large hole in the middle as there is no concept of God. Consequently, without God, there is an incredibly amount of effort and intellectual focus on the mind and body and senses.

Sitting inside another religious tradition for 10 days made me more aware of my own Catholic traditions yet also highlighted points of similarity. Both Buddhism and Christian meditation traditions pointed toward the senses needing to undergo an education; the meta-narrative of "ego-drama" vs "Theo drama". I like to think of this as moving from EGO (Easing God out) to EGI (Easing God In). God - not the senses – now becomes the center. The God of sensual consolation withdraws the attraction and attachment to all created things, and we are moved mysteriously to learn of our essential union with God the creator. For those who persevere on this pathway they may be graced with a conscious union with God (or nuptial union as the Mystics refer to it).

Every night there were videos of the teachings of Teacher Goenka (who has been responsible for sharing the Vipassana Meditation Tradition to the world). I was interested to learn that the Vipassana Meditation tradition was maintained in Myanmar while being lost to India. The Vipassana tradition claims to link back to Buddha's teachings and original meditation practice.

Overall, the Vipassana retreat experience was like an intense re-education of the senses and deep attentiveness in meditation. It gave me a deeper awareness of the intensity of effort Buddhist followers commit to seeking freedom. I could see many connecting points with the Mystical and Contemplative tradition of the dark night of the senses and dark night of the spirit of John of the Cross – a profound self-emptying which brings one to our original nakedness and union with 'God'.

If you are interested in learning more there are many Vipassana Meditation Centres around the world https://www.dhamma.org/en/index

Frank Bird SM

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

A la recherche de Dieu : Méditation bouddhiste et mystique chrétienne

J'ai récemment participé à une retraite bouddhiste Vipassana de 10 jours. Quelques Maristes m'avaient raconté qu'ils avaient suivi une retraite bouddhiste Vipassana et je me suis dit que j'allais essayer de vivre une telle expérience.

J'étais curieux de connaître la psychologie bouddhiste de la méditation et je voulais en savoir plus sur les croyances bouddhistes, car la plupart des habitants de Ranong, au Myanmar et en Thaïlande, sont bouddhistes. J'étais également curieux de savoir si je pouvais établir des liens entre la méditation bouddhiste et la tradition contemplative chrétienne de saint Jean de la Croix.

Jean de la Croix m'a à la fois hanté et inspiré depuis mon expérience du Renouveau au Neyliere en 2019. Son Cantique spirituel depuis une cellule de prison m'a émerveillé, et son Ascension du Mont Carmel a éclairé le chemin contemplatif d'une lumière de torche qui a résonné en moi et a remis en question ma tiédeur.

J'ai eu l'impression d'avoir été immergé dans la tradition de la prière active avec St Ignace de Loyola pendant la plus grande partie de ma vie, mais en vieillissant, la tradition contemplative plus calme semble m'attirer. Je souhaite en savoir plus sur Jean de la Croix et je suis curieux de constater que divers ouvrages de spiritualité comparent la voie bouddhiste à la voie mystique chrétienne de Jean de la Croix.

J'ai été étonnée de constater qu'il y avait une telle demande pour la retraite bouddhiste et que les réservations en ligne se remplissaient des mois à l'avance. Avec environ 80 à 100 participants, j'ai remarqué avec intérêt que la plupart des participants avaient entre 20 et 40 ans. Une tranche d'âge qui semble manquer dans nos communautés catholiques. Ils venaient d'horizons très divers et étaient manifestement à la recherche d'un sens et d'un goût pour la spiritualité.


La retraite bouddhiste de 10 jours impliquait de se lever très tôt, de ne pas manger de viande et de ne pas prendre de repas après midi. On nous a dit que nous devions adopter la vie d'un moine bouddhiste pendant 10 jours. Bien que les repas végétariens aient été très savoureux, je me suis rapidement rendu au café le plus proche à la fin de la retraite et j'ai savouré une grande portion de bacon, d'œufs et de saucisses !

L'intensité de la prière, 9 heures par jour pendant 10 jours, a certainement créé une expérience mémorable à ne pas oublier. Il y avait un silence total et un rythme de méditation et de vie utile. Nous nous sommes réunis dans la salle de méditation très régulièrement pour des séances de méditation d'une heure et demie. Le voyage a commencé par la recherche de l'immobilité, en essayant de calmer l'esprit pour qu'il ne se précipite pas dans le passé ou dans l'avenir. Nous avons été invités à rester immobiles et à entrer dans le silence du "maintenant".

J'avais souvent pensé que la prière contemplative consistait à entrer dans la "prière du silence" et à se reposer dans le "maintenant" de l'amour de Dieu comme point final. Dans la retraite bouddhiste Vipassana, les jours 1 à 3 conduisent en fait chaque personne sur le chemin de la tranquillité. Mais après être arrivé à ce calme du "maintenant", le vrai travail ne faisait que commencer.

Les sept jours suivants ont été consacrés à un processus d'analyse lente et minutieuse du corps, à la recherche de toute réaction sensorielle. Comme le dit le proverbe, "le contraire de la contemplation n'est pas l'action mais la distraction". Et la source de distraction est le magnifique moteur des sens, qui sont beaux mais aussi potentiellement trompeurs. Les sens engagent l'ego et, par conséquent, l'attachement et l'envie ou l'aversion (les bouddhistes diraient que c'est la source de toute souffrance). Le grand travail de la retraite Vipassana consiste à devenir extrêmement conscient et sensible aux sens et à toute réaction que nous pourrions avoir à leur égard. La méditation répétée consistait à essayer d'observer les sens et de ne pas réagir aux sens.

À ce stade, je n'ai pu m'empêcher de remarquer des points de connexion et des similitudes avec la tradition contemplative et l'enseignement de saint Jean de la Croix. Sa "nuit obscure des sens" est comme une transition et un chemin entre une tradition de prière active et une prière et un état d'être contemplatifs plus calmes. La "nuit des sens" nous fait passer d'une vie sensuelle et attachante à une vie spirituelle et attentive. La "nuit de l'esprit" devient une purification continue des attachements les plus profonds de notre mémoire, de notre volonté et de notre esprit.

J'ai été frappé par le fait que le bouddhisme et le christianisme utilisent des termes différents pour désigner ce qui est un chemin similaire pour le chercheur spirituel. La méthode de retraite bouddhiste Vipassana mettait l'accent sur le fait qu'elle ne conduisait pas chaque personne vers la théologie ou la théorie, mais vers une retraite vécue corporellement. C'était certainement mémorable et cela donnait une pratique claire à suivre.

J'ai écrit dans mon journal que les enseignements du bouddhisme me faisaient un peu l'effet d'un joli beignet. Il a bon goût mais il y a un gros trou au milieu car il n'y a pas de concept de Dieu. Par conséquent, sans Dieu, il y a une quantité incroyable d'efforts et de concentration intellectuelle sur l'esprit, le corps et les sens.

Le fait d'être assis dans une autre tradition religieuse pendant dix jours m'a fait prendre conscience de mes propres traditions catholiques, mais a également mis en évidence des points communs. Les traditions bouddhistes et chrétiennes de méditation ont toutes deux souligné la nécessité d'éduquer les sens ; le méta-récit du "drame de l'ego" contre le "drame de Théos". J'aime à penser qu'il s'agit de passer de l'EGO (Easing God out, Laisser Dieu s'en aller) à l'EGI (Easing God In, Laisser Dieu entrer). Dieu - et non les sens - devient le centre. Le Dieu de la consolation sensuelle retire l'attirance et l'attachement à toutes les choses créées, et nous sommes mystérieusement amenés à apprendre notre union essentielle avec le Dieu créateur. Ceux qui persévèrent sur ce chemin peuvent être gratifiés d'une union consciente avec Dieu (ou union nuptiale, comme l'appellent les mystiques).

Tous les soirs, il y avait des vidéos des enseignements du professeur Goenka (qui a fait connaître la tradition de la méditation Vipassana au monde entier). J'ai appris avec intérêt que la tradition de la méditation Vipassana s'était maintenue au Myanmar alors qu'elle avait disparu en Inde. La tradition Vipassana prétend revenir aux enseignements du Bouddha et à la pratique originale de la méditation.

Dans l'ensemble, l'expérience de la retraite Vipassana a été comme une rééducation intense des sens et une profonde attention à la méditation. Elle m'a permis de mieux prendre conscience de l'intensité des efforts déployés par les adeptes du bouddhisme pour rechercher la liberté. J'ai pu constater de nombreux liens avec la tradition mystique et contemplative de la nuit noire des sens et de la nuit noire de l'esprit de Jean de la Croix - un dépouillement profond qui nous ramène à notre nudité originelle et à l'union avec "Dieu".

Si vous souhaitez en savoir plus, il existe de nombreux centres de méditation Vipassana dans le monde entier : https://www.dhamma.org/fr/index

Frank Bird SM, de Nouvelle-Zélande – ancien Directeur de Marist Asia Foundation, Ranong (Thaïlande)

Traduction DeepL revue et corrigée

Fr Frank Bird SM
×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

Laudate Deum - Summary / Laudate Deum – Un sommair...
Science-Indigenous Cosmologies-Marist Spirituality...
 

Comments

No comments made yet. Be the first to submit a comment
Already Registered? Login Here
Guest
Monday, 27 May 2024