Rise with Courage / Se dresser avec courage

Mary-Betz---Cover

This article was forwarded to us by Kiwi Marist: Phil Cody SM:  it is written by Mary Betz, an associate of Phil's in ministry:

Mary Betz: Originally from Canada and USA, Mary has lived in New Zealand for nearly thirty years. She is an ecologist, theologian and writer, has two grown daughters, and lives with her husband Peter in the Titirangi bush.https://acsd.org.nz/spiritual-director/mary-betz/

Mary Betz recommande que nous travaillions ensemble avec le courage et la résolution de l'Esprit pour réduire le chaos climatique en notre monde.   https://hail.to/tui-motu-interislands-magazine/publication/UecNnu0/article/LacE7TG      voir ci-dessous



Mary Betz

Mary Betz recommends that we work together with the courage and resolve of the Spirit to reduce the climate chaos in our world.

A FEW MONTHS ON from the two cyclones and a massive atmospheric river which wreaked havoc in northern and eastern parts of the North Island, I feel a brokenness in our land, and a sadness in our people.

Our climate, rivers, hillsides, weather, roads, power, communications, livelihoods — even our homes — no longer seem stable, reliable or predictable. Those most affected throughout the country suffer trauma, and struggle to rebuild their lives. Even we who are merely inconvenienced have developed a mistrust of rainstorms, hillsides, and low-lying areas. And we think twice, now, before visiting family or friends in the damaged areas, or planning a holiday.

A Final Warning

This upending of our lives could be one last wake-up call. Last month the IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change) issued its clearest and most dire report yet: "The pace and scale of climate action" is insufficient to keep climate warming to 1.5C or even 2C in the coming decades.

We are on track for 1.5C warming by the early 2030s, and 3.2C by 2100. The latter would be a literally unmitigated disaster for our planet and many of its species, including our own.

Today our planet is 1.2C above its pre-industrial ambient temperature. We have already seen the destruction and heartache caused by this seemingly small change. Each incremental degree upwards will bring more extreme heatwaves, drought, rainstorms, cyclones and flooding, causing more and more destruction of homes, farmland, livelihoods and infrastructure and resultant trauma
on humans.

Climate change has exposed millions of people around the world to escalating food insecurity and water scarcity.

Increases in human displacement, disease, mortality, trauma and loss of livelihoods have resulted from extreme climate events.

The regions most affected have suffered 15 times more human mortality than regions like our own that have been less affected.

All this sits alongside a precipitous decline in biodiversity — the demise of thousands of species and loss of critical forest, tundra and wetland ecosystems around the globe. Recent research has also signaled an imminent collapse of ocean systems because of melting Antarctic ice sheets.

Two Gaps in Response

What has happened? The IPCC report highlights two gaps. First, despite some successes at various annual COP (Conference of the Parties) meetings of the countries that signed the United Nations Framework Convention on Climate Change, which came into force in 1994, there is an "emissions gap" between individual countries' pledges for global carbon emissions reductions by 2030 and the reductions needed to keep warming to 1.5C.

Second, there is an "implementation gap" between what most countries have pledged, and policies and legislation that would enable reductions to be made.

Aotearoa's Gaps

Our country suffers from both these gaps. The Climate Change Commission and the climate change minister have long admitted that our emissions pledges are less than our fair share toward keeping global warming to 1.5C.

An even greater gap results from our colossal lack of political will to stay a course on policy and legislation that would enable Aotearoa to meet even our inadequate emissions pledges. Cases in point are the extension of petrol tax cuts and the politically expedient dumping in March of the biofuel mandate, clean car and social car-leasing schemes and lower speed limits.

More importantly we are not reorienting our economic system to a "circular economy" in which all we make or extract from Earth is fully reused in non-polluting ways. Our declaration of a climate emergency has not been followed by plans to tighten building standards, put solar power panels on rooftops, fix the Emissions Trading Scheme, or encourage transitions to sustainable agriculture and forestry.

The Spirit Is with Us

This month we celebrate the feast of Pentecost when we recall how the Holy Spirit transformed Jesus's fearful disciples. It's not that the Spirit wasn't already working in the world — she had been hovering over the deep since the time of creation. She impassioned prophets and writers of wisdom. But after weeks of their retreating from the world, working through their sadness and uncertainty, and in prayer, the disciples were empowered with a Spirit-filled fearlessness to act in ways that would transform their world.

I wonder if we are a little like those early disciples. Our rapidly changing world can frighten, overwhelm, and paralyze us. Perhaps we, too, need some time away to listen to ourselves and the Spirit, and come to clarity about what we are called to do in this era of climate chaos. Jesus's early followers set about reforming themselves as community, including caring for their poor. Our task today is nothing less than the transformation of all Earth's community.

The Challenge

This is clearly a mammoth task, involving change at many levels.

Individually we can attend to our own household's carbon emissions: eating less meat; using public transport, walking and cycling and opting for renewable energy sources; being mindful of emissions when purchasing vehicles, and of battery disposal when using e-vehicles or solar panels; but mostly by making
do with less and with used and recycled items.

Corporate change is often the hardest, because most companies operate with a profit motive first and foremost, and only when that is threatened will they respond to customer demand for greater ecological accountability.

We can demand (in correspondence and in our consumer choices) ecologically sound products and packaging, and a switch from fossil fuel use, as well as fair pay and conditions by companies themselves and in their supply chains.

Governments have a responsibility to ensure the common good. This means legislating especially with the poor and vulnerable in mind, against gross inequality, and also safeguarding the health of our planet.

A humanly livable Earth will not survive without policies designed to nearly halve our carbon emissions by 2030. This requires governments to legislate in ways that will make it easier, and in some cases, mandatory, for individuals and companies to make environmentally sound choices — and our advocacy to make sure that happens.

Celebrating Pentecost

It is easy to be overwhelmed with the immensity and urgency of the changes we need to make. It helps to remember that we don't have to do everything at once, or on our own. Every step is valuable. And the Spirit goes before us, in the many agencies, communities and people who are already working in many ways to "renew the face of Earth".

As we celebrate Pentecost this month, let's mark it — not just as a birthday — but as a turning point that recommits us to living in ways that will enhance and not destroy life, and to the vigilance needed to guide governments and corporations to do the same.

Tui Motu Magazine. Issue 281 May 2023: 12-13

Se dresser avec courage.

Source :
https://hail.to/tui-motu-interislands-magazine/publication/UecNnu0/article/LacE7TG

Mary Betz

Le 30 avril 2023

Mary Betz recommande que nous travaillions ensemble avec le courage et la résolution de l'Esprit pour réduire le chaos climatique en notre monde.

Quelques mois après deux cyclones et un courant atmosphérique de grande ampleur qui a provoqué des catastrophes dans les parties nord et est de l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande, j'ai le sentiment qu'il y a quelque chose de cassé dans notre terre, et beaucoup de tristesse dans notre peuple.

Le climat, nos rivières, nos collines, le temps, les routes, l'énergie, les communications, les moyens de subsistance, même nos habitations, ne nous apparaissent plus stables. Rien n'est plus fiable niprévisible. Les personnes qui en ont été affectées le plus gravement souffrent de trauma et se battent pour reconstruire leurs vies. Nous-mêmes, qui avons été seulement dérangés par ces événements, nous avons développé en nous une crainte des pluies diluviennes, des pentes montagneuses et des creux de terrain. Et nous y réfléchissons à deux fois, maintenant, avant d'aller rendre visite à de la famille ou à des amis dans les régions sinistrées, ou d'y organiser des vacances.

Un avertissement final

Ce bouleversement de nos vies pourrait être un dernier appel à nous réveiller. Récemment, le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) a publié le rapport le plus clair et le plus inquiétant qu'il ait élaboré : « Le rythme et l'échelle de l'action sur le climat » sont insuffisants pour contenir le réchauffement climatique en-dessous de 1,5°C ou même 2°C dans les prochaines décennies.

Nous sommes sur la voie d'une réchauffement de 1,5°C à l'horizon des années 2030 et de 3,2°C d'ici 2100. A ce stade, il s'agirait d'un désastre littéralement absolu pour notre planète et un grand nombre des espèces qui y vivent, y compris la nôtre. Aujourd'hui, notre planète est 1,2°C plus chaude que sa température ambiante à l'ère pré-industrielle. Nous voyons déjà les destructions et les peines que cause ce changement apparemment minime. Chaque degré supplémentaire va apporter plus de vagues de chaleur extrêmes, de sécheresses, de pluies diluviennes, de cyclones et d'inondations, causant des destructions de plus en plus nombreuses, de maisons, de terres cultivables, de moyens de subsistance, d'infrastructures, avec les traumatismes qui en résultent pour les êtres humains.

Le changement climatique a exposé des millions de personnes à travers le monde à une insécurité alimentaire rapidement croissante et à la pénurie d'eau. De ces événements climatiques extrêmes a résulté une augmentation des migrations humaines, des maladies, de la mortalité, des traumatismes et des pertes de moyens de subsistance. Les régions les plus affectées souffrent d'un taux de mortalité humaine 15 fois supérieur aux régions qui, comme la nôtre, ont été moins touchées.

Tout cela s'accompagne d'un déclin vertigineux de la bio-diversité – la disparition de milliers d'espèces et la perte de zones forestières critiques, comme la toundra et les écosystèmes de marécages à travers le monde. Des recherches récentes ont aussi averti d'un effondrement imminent des systèmes océaniques en raison de la fonte des glaciers antarctiques.

Deux insuffisances dans la réponse

Que s'est-il passé ? Le rapport du GIEC met en lumière deux insuffisances. D'abord, en dépit de quelques succès lors de diverses COP annuelles (Conférences des Parties) rassemblant les pays qui ont signé la Convention des Nations Unies sur le changement climatique, entrée en vigueur en 1994, il y a une première insuffisance à propos des émissions de gaz, une distance entre ce que beaucoup de pays ont individuellement promis, en termes de réduction globale des émissions de carbone d'ici 2030, et les réductions qui sont nécessaires pour limiter le réchauffement à 1,5°C. Ensuite, il y a un défaut de réalisation, entre ce que la plupart des pays se sont engagés à faire et les politiques et les mesures législatives qui permettraient la réduction des émissions.

Les insuffisances en Nouvelle-Zélande / Aotearoa

Notre pays est lui-même concerné par ces deux insuffisances. La Commission nationale qui gère le changement climatique et le ministre qui en est chargé ont depuis longtemps admis que nos promesses de réduction des émissions sont inférieures à ce que nous devrions faire pour remplir la part qui nous revient, dans l'effort pour garder le réchauffement climatique en-dessous de 1,5°C.

Mais une insuffisance encore plus criante résulte du colossal manque de volonté politique pour mettre en œuvre un plan et une législation qui permettraient à la Nouvelle-Zélande de satisfaire même à ses promesses insuffisantes de réduction des émissions. Ce qui est en cause, c'est l'extension de la réduction des taxes sur les produits pétroliers, et l'abandon en Mars, par convenance politique, de schémas promouvant les carburants bio, la voiture propre et la location de voitures partagées, ainsi que la baisse des limites de la vitesse autorisée.

Plus fondamentalement, nous ne sommes pas en train de réorienter notre système économique vers une « économie circulaire », dans laquelle tout ce que nous produisons ou extrayons de la Terre est pleinement réutilisé d'une manière non polluante. Nos déclarations sur l'urgence climatique n'ont pas été suivies de plans pour rendre plus stricte la réglementation dans le bâtiment, placer des panneaux solaires sur les toits, réviser le marché des émissions de carbone, ou encourager la transition vers une agriculture et une sylviculture durables.

L'Esprit est avec nous

Nous venons de célébrer la fête de la Pentecôte, où nous rappelons la manière dont l'Esprit Saint a transformé les disciples de Jésus remplis de crainte. Ce n'est pas que l'Esprit n'était pas déjà à l'œuvre dans le monde – il planait sur l'abîme depuis les origines. Il a inspiré la passion des prophèteset les écrits de sagesse. Mais, après des semaines de retrait à l'écart du monde, travaillant sur leur tristesse et leurs incertitudes, dans la prière, les disciples ont été rendus forts par un Esprit qui les a remplis d'intrépidité et les a poussés à agir d'une manière qui a transformé leur monde.

Je me demande si nous ne sommes pas un peu comme ces disciples. Notre monde en rapide changement peut effrayer, nous submerger, nous paralyser. Peut-être avons-nous aussi besoin d'un temps à l'écart pour nous écouter et écouter l'Esprit, pour faire la clarté sur ce que nous sommes appelés à faire en cette ère de chaos climatique. Ceux qui ont les premiers suivi Jésus ont dû commencer à se réformer eux-mêmes en tant que communauté, prenant en particulier soin de leurs plus pauvres. Notre tâche d'aujourd'hui n'est rien d'autre que la transformation de toute la communauté terrestre.

Le défi

C'est clairement une tâche herculéenne, impliquant des changements à de multiples niveaux.

Individuellement, nous avons à faire attention aux émissions de carbone de notre propre foyer : en mangeant moins de viande, en utilisant les transports publics, en marchant, en circulant à bicyclette, en choisissant des énergies renouvelables. Nous devons être conscients du niveau d'émission lorsque nous achetons un véhicule, et de l'élimination des batteries quand nous utilisons des véhicules électriques ou des panneaux solaires. Il s'agit principalement de faire avec moins et avec des objets usagés et recyclés.

Les changements dans les entreprises sont souvent plus difficiles, parce que la plupart fonctionnent dans le but premier de faire du profit, et c'est ce qui est le plus important pour elles. Elles ne répondent à la demande du consommateur pour une plus grande responsabilité écologique que quand elles se sentent menacées. Nous pouvons demander (dans nos écrits et dans nos choix de consommateurs) des produits et des emballages écologiquement plus sûrs, et un abandon des carburants fossiles, en même temps qu'une rémunération et des conditions de travail justes pour les entreprises elles-mêmes et leurs chaînes d'approvisionnement.

C'est aux gouvernements que revient la responsabilité d'assurer le bien commun. Cela implique de légiférer en ayant à l'esprit les plus pauvres et les plus vulnérables, en luttant contre les inégalités indécentes, et en sauvegardant la santé de notre planète.

Une Terre qui soit vivable pour l'être humain ne peut survivre sans une politique qui vise à diminuer de moitié les émissions de carbone d'ici 2030. Cela requiert des gouvernements qu'ils légifèrent pour qu'il soit plus facile pour les individus et les entreprises de faire des choix environnementaux sensés, et dans certains cas qu'ils les rendent obligatoires. Notre plaidoyer est de nous assurer que cela puisse advenir.

Célébrer la Pentecôte

Il est facile d'être submergé par l'immensité et l'urgence des changements qu'il nous faut faire. Cela nous aide, de nous rappeler que nous n'avons pas à tout faire en même temps, ou par nous-mêmes. Chaque pas a sa valeur. Et l'Esprit nous précède, à l'œuvre dans de multiples agences, collectivités et personnes qui travaillent déjà de multiples manières pour « renouveler la face de la terre ».

En célébrant la Pentecôte, cette année, marquons-la, non pas comme un anniversaire, mais comme un tournant qui nous réengage à vivre d'une manière qui suscite la vie au lieu de la détruire, et dans la vigilance nécessaire pour guider les gouvernements et les entreprises sur la même voie.

Magazine Tui Motu. N° 281, mai 2023, p.12-13.

Mary Betz est originaire du Canada et des États-Unis. Elle vit depuis trente ans en Nouvelle-Zélande. Elle est écologiste, théologienne et a écrit divers ouvrages. Elle a deux filles déjà adultes et vit avec son mari, Peter, dans la brousse de Titirangi.

https://acsd.org.nz/spiritual-director/mary-betz/

×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

JOURNÉE NATIONALE DU SPORT ET DU HANDICAP - LYON /...
Solidarity with Refugees and Immigrants / Solidari...
 

Comments

No comments made yet. Be the first to submit a comment
Already Registered? Login Here
Guest
Monday, 15 April 2024