Mary & the new creation / Marie et la nouvelle création

M-M-New-Creation-Cover Mary & the new Creation / Marie et la nouvelle création

The Perfect Exemplar of Communion: Mary, Mother of the Eschatological New Creation

1. Introduction

Laudato Si' invites us to reimagine our mission so that it may be inclusive of creation. As Mary stands at the centre of our spirituality, we are invited to develop an understanding of her in connection with the ecological crisis.

The 2017 General Chapter specifically invites us to contemplate the theme of Mary Mother of the New Creation to help us in responding in an authentic Marist way to the call to live ecologically sustainable lifestyles. The theme of Mary Mother of the New Creation does not explicitly appear in the writings of either the fathers of the Church or of the medieval theologians. Rather, it seems to have gradually appeared in more contemporary theological writings. However, this theme can be said to be an authentic development of the notion of Mary as the new Eve which is present especially in St. Justin Martyr`s and St. Irenaeus` writings.

This fourth blog attempts to analyse the theme of Mary, Mother of the Eschatological New Creation within the overarching theme of communion. The cosmos was created to participate in the communion of the Trinity, but this goal was thwarted by sin. The Son became incarnated to reweave the broken mat of communion between God and creation. Mary as the immaculately conceived one, even on earth had reached a certain intimate communion with the Trinity. Now, with her body transformed she is in communion with the Trinity. She is the perfect exemplar of communion to the whole creation. As Marists who are called not only to imitate but to live her live, we are called to be the nurturing, caring face of Mary to all suffering creation.

2. The Eschatological Mariology of Laudato Si'

In Laudato Si', no. 238, Pope Francis shares a new insight into the mystery that is Mary. He writes that Mary is where creation receives and welcomes its Saviour. The Holy Father captures the core of the Christian message and advances our understanding of Mary when he writes that Christ "united himself to this earth when he was formed in the womb of Mary" (no. 238). In her, God, who is pure spirit, pure intelligence, enters his own creation, becoming one with it. More than "ark" or "tabernacle," perhaps "womb" captures the dynamism of God's union with creation. God enters earth, makes it fertile, causes it to bring forth something quite beyond itself. In the womb of Mary, God loves creation into something new. In Mary's womb, God enters creation and brings creation back to God.

In Mary's womb, God reveals himself as creation's author and lover. In Mary's womb, creation becomes care. Care reveals who God is towards creation and who we must be toward it as well: those who care for it. We care for creation because God loves it. God entered creation with great passion, when Christ "united himself to this earth when he was formed in the womb of Mary." A new creation is born of God's care, God's passionate love for it.

In no. 241, Pope Francis explicitly portrays an eschatological Mariology by writing that:

"Mary, the Mother who cared for Jesus, now cares with maternal affection and pain for this wounded world. Just as her pierced heart mourned the death of Jesus, so now she grieves for the suf­ferings of the crucified poor and for the creatures of this world laid waste by human power. Com­pletely transfigured, she now lives with Jesus, and all creatures sing of her fairness. She is the Wom­an, "clothed in the sun, with the moon under her feet, and on her head a crown of twelve stars" (Rev 12:1). Carried up into heaven, she is the Mother and Queen of all creation. In her glori­fied body, together with the Risen Christ, part of creation has reached the fullness of its beauty. She treasures the entire life of Jesus in her heart (cf. Lk 2:19,51), and now understands the meaning of all things. Hence, we can ask her to enable us to look at this world with eyes of wisdom."

This new insight into the mystery that is Mary, follows the Marian instinct found in many eco-theological writers. This is the instinct that explores Mary's role and relationship to the new creation promised in Scriptures. From all eternity, God had planned to create a perfect creature in whom He would be born into His creation. In this sense, Mary, even when she walked this earth, already enjoyed in a certain sense, an intimate communion with the Trinity. Her assumption body and soul into heaven is not only about following her Son into heaven but lays out the trajectory of all material beings: communion with the Trinity. She is the Mother of the New Creation.

Yet, this eschatological dimension of Mary is not new, for it appears already in the writing of some Church Fathers. The fourth century Church Father St Ephraem writes that Mary was made heaven on our behalf by bearing the divine. The Son, without leaving the glory of the Father, became enclosed in the narrow confines of her womb so as to lead all creation to greater filial dignity. He chose her alone from all creatures to be an instrument of our salvation. In her the oracles of all just men and women and prophets found their fulfillment. St Ephraem also calls Mary the mystical new heaven, in whom the King of kings came to dwell.In the beginning the earth was created; through her it is renewed. In the beginning its activity was cursed by the deed of our first parents; through her, peace and security is restored. In the beginning, death entered all through the sin of our first parents, but now we have been transferred from death to life. In the beginning, the serpent through the attention of Eve's ears, spread poison to the whole creation; and at the Annunciation Mary receives through her ears the author of the New Creation.

Therefore, Mary is the point in creation where God makes everything anew. She is the perfect exemplar of the communion with the Trinity which every creature yearns for. She is the Mother of the New Creation. This is the new creation which all creation waits with eager longing for; where creation will be set free from its enslavement to decay and will obtain the freedom of the glory of the children of God (Romas 8:19-21).

3. The Struggle for an Inclusive Eschatology during Vatican II

The theme of Mary Mother of the New Creation denotes an eschatology that is inclusive of other creatures and not limited to human beings. This follows the contemporary trend among ecotheologians to reinterpret the Christian notions of soteriology and eschatology to include all creation and not just human beings. Biblical scholarships and the historical studies of the various notions of soteriology has brought to light the various strands of thought in Scriptures, the Fathers, and Medievals with respect to whether the new creation includes all creation or is limited to human beings only.

This question was a hot topic of debate in the years leading up to Vatican II. And two contrasting positions dominated the discussions. The first position is eschatologism, and the second, incarnationism. On one hand, eschatologists favoured the discontinuity between this world and the next. They argued that the only continuity of importance are the virtues (especially charity) that Christians acquire as they 'store up their treasure in heaven.' They however, tended to have a pessimistic and utilitarian attitude to the world. Incarnationists on the other hand, argue that the realism and radicalism of the Incarnation of the Word necessitates a clear continuity between this world and the next. This parallels the continuity between Jesus' earthly life and his present glorious state. This position is more favourable to ecology. It is also the theological foundation on which we can understand the theme of Mary as Mother of the New Creation. It must be pointed out also, that this position accepts the Biblical truth that this world will first have to go through a radical transformation (the end times) but will not be totally destroyed. But it argues that matter (creation) will be "transformed" and participate in the new creation, just as the material body of Mary has been transformed and now participates in the life of the Trinity.

The Church herself has not officially decided between the two contrasting positions of eschatologism and incarnationism. Gaudium et spes no. 39 stays in the middle ground between the two positions by stating that, "We do not know the time for the consummation of the earth and of humanity, nor do we know how all things will be transformed." This leaves open the interpretation of an inclusive eschatology in which Christ in "the fullness of time, (will) unite all things in him, things in heaven and things on earth" (Eph. 1:9-10). This thinking links together the doctrine of creation, the Incarnation, and the promise of the new heaven and new earth. For the cosmos was created through and for Christ, and when he entered his creation at the incarnation, it is a creation that is already ontologically grounded in and ordered to him the Eternal Logos. And at the end of time, he will unite everything, the whole of the cosmos in himself, raising it up into the dignity of a filial reality. Mary, in whom the author of creation was incarnated, is the first creature to participate in this new creation. The dogma of the Assumption affirms this reality. Mary is thus the Mother of the New Creation, the perfect exemplar of communion with the Trinity. She is the one creature, that the whole cosmos looks to for the affirmation of its divine filiality.

4. The Eschatological Mariology of Fr Jean Claude Colin

In A Marian Vision of the Church, our confrere Fr Jean Coste notes the eschatological elements in Fr. Colin's vision of Mary. From the Le Puy revelation, Mary had said. "I was the support of the newborn Church; I shall also be at the end of time."Fr. Colin had reflected on this theme deeply throughout his life. According to Fr. Coste, this theme is foundational to Fr. Colin's eschatological-utopian-mythical vision. Fr Coste also argues that all Marists need to appropriate this eschatological-utopian-mythical vision and adapt it to our time and context. Fr Colin's eschatological Marian vision allowed him to look in a new way at the Church, the world, and other people. Following in the footsteps of Mary, a woman, a mother, a figure of mercy, the Society of Mary clearly sees the merciful dimension in the mystery of salvation. Appropriating this Marian vision for our time would mean viewing our mission as a merciful presence to all sinners, a nurturing and caring presence to the alienated, and to all victims of the ecological crisis in our context, most especially the poor and creation.

The eschatological role of Mary at the end of time does not appear in Scriptures except in Revelations 12. And it also does not appear much in the Magisterium until Vatican II. Lumen Gentium no. 69 writes of Mary in the same eschatological way as Fr Colin. In this document there is first, a clear parallel between Mary's role in the early Church and today in glory. Second, Mary's intercessory role in the salvation of all families of peoples. Third, Mary's role in the gathering of everyone into a single people of God. Re-interpreted within the context of the ecological crisis would mean that, first a clear parallel can be made between Mary's role in the early Church and her role now as the perfect exemplar of communion in the heart of the Trinity. Second, Mary's role in the salvation of the whole cosmos would be emphasized. Third, an emphasis would be placed on Mary's central role in the gathering of all creation into communion with God.

Interestingly, Fr Coste predicted that an eschatological Mariology would have to be developed that gives less consideration to Mary's past titles and privileges. More emphasis would be placed on her future toward which the dogma of assumption leads us. Such an eschatological Mariology would see her as now enjoying the perfect communion with the Trinity that all creatures yearn for. It would see her as the perfect exemplar of communion. It would recognize that she as the one who gave birth to the author of the new creation, is the Mother of this New Creation. In her, material creation can hope for a future in which it participates in the divine life of the Trinity.

In the Society of Mary, there is need to reimagine our mission so that it incorporates creation. To do so requires the broadening and deepening of our founding story. The Society of Mary arose from a certain consciousness of the ills of our founders' era and from a hope that emerges from those ills. This hope is expressed in the Le Puy revelation in which Mary intervenes into history because of her concerns for the new paganism that thrived in the French Revolution. Our founders were deeply convinced that Mary herself looks with motherly concern at the Church of their time. They were also deeply convinced that she had chosen them, inadequate and insignificant as they were to carry out her mission. We, Marists of our era should also believe that Mary continues to intervene into our history, that she continues to look with motherly concern not only at the Church, but at the whole of creation also. As Pope Francis puts it, Mary "now cares with maternal affection and pain for this wounded world … (she) now grieves for the suf­ferings of the crucified poor and for the creatures of this world laid waste by human power" (no. 241). And she has graciously chosen us to bear her name and embody her motherly concern for all suffering creation.

This fourth blog was an attempt at analysing the theme of Mary, Mother of the Eschatological New Creation within the overarching theme of communion. It is founded on an inclusive eschatology that came out of Vatican II. This eschatological Marian vision was already present in Fr. Colin. An appropriation and re-interpretation of this eschatological Mariology within the context of the ecological crisis, leads us to the theme of Mary, Mother of the New Creation. As the first creature to participate in this new creation, she provides for all material creation an affirmation of its divine filiality. To see Mary as the Mother of the New Creation deepens and broadens our mission to include all creation. As Marists who are called, to think, feel, judge and act as Mary, the theme of Mary Mother of the New Creation compels us to be the nurturing, caring face of Mary to all who are most affected by this ecological crisis: the poor and creation in our context.

L'exemple parfait de la communion : Marie, mère de la nouvelle création eschatologique

1. Introduction

Laudato Si' nous invite à réimaginer notre mission afin qu'elle soit inclusive de la création. Comme Marie est au centre de notre spiritualité, nous sommes invités à développer une compréhension d'elle en lien avec la crise écologique.

Le Chapitre général de 2017 nous invite spécifiquement à contempler le thème de Marie, Mère de la nouvelle création, pour nous aider à répondre de manière authentiquement mariste à l'appel à vivre des styles de vie écologiquement durables. Le thème de Marie Mère de la Nouvelle Création n'apparaît pas explicitement dans les écrits des Pères de l'Église ou des théologiens médiévaux. Il semble plutôt être apparu progressivement dans des écrits théologiques plus contemporains. Cependant, on peut dire que ce thème est un développement authentique de la notion de Marie comme nouvelle Ève, qui est présente surtout dans les écrits de saint Justin Martyr et de saint Irénée.

Ce quatrième blog tente d'analyser le thème de Marie, mère de la nouvelle création eschatologique, dans le cadre du thème général de la communion. Le cosmos a été créé pour participer à la communion de la Trinité, mais ce but a été contrecarré par le péché. Le Fils s'est incarné pour retisser l'étoffe déchirée de la communion entre Dieu et la création. Marie, puisqu'elle a été conçue de manière immaculée, avait déjà atteint sur terre une certaine communion intime avec la Trinité. Maintenant, avec son corps transformé, elle est en [pleine] communion avec la Trinité. Elle est l'exemple parfait de la communion avec toute la création. En tant que Maristes appelés non seulement à imiter mais à vivre sa vie, nous sommes appelés à être le visage nourricier et attentionné de Marie pour toute la création souffrante.

2. La mariologie eschatologique de Laudato Si'

Dans Laudato Si', n° 238, le pape François partage une nouvelle vision du mystère qu'est Marie. Il écrit que Marie est le lieu où la création reçoit et accueille son Sauveur. Le Saint-Père saisit l'essentiel du message chrétien et fait progresser notre compréhension de Marie lorsqu'il écrit que le Christ "s'est uni à cette terre quand il a été formé dans le sein de Marie" (n° 238). En elle, Dieu, qui est pur esprit, pure intelligence, entre dans sa propre création, ne faisant plus qu'un avec elle. Plus que "arche" ou "tabernacle", c'est peut-être "utérus" qui rend compte du dynamisme de l'union de Dieu avec la création. Dieu entre dans la terre, la rend fertile, lui fait produire quelque chose qui la dépasse. Dans le sein de Marie, Dieu aime la création pour en faire quelque chose de nouveau. Dans le sein de Marie, Dieu entre dans la création et ramène la création à Dieu.

Dans le sein de Marie, Dieu se révèle comme l'auteur et l'amant de la création. Dans le sein de Marie, la création devient soin. L'attention révèle qui est Dieu à l'égard de la création et qui nous devons être à son égard également : ceux qui en prennent soin. Nous prenons soin de la création parce que Dieu l'aime. Dieu est entré dans la création avec une grande passion, lorsque le Christ "s'est uni à cette terre en se formant dans le sein de Marie". Une nouvelle création est née de l'attention de Dieu, de son amour passionné pour elle.

Dans le n° 241 (1), le pape François dépeint explicitement une mariologie eschatologique en écrivant que :

Marie, la Mère qui a pris soin de Jésus, prend soin désormais de ce monde blessé, avec affection et douleur maternelles. Comme, le cœur transpercé, elle a pleuré la mort de Jésus, maintenant elle compatit à la souffrance des pauvres crucifiés et des créatures de ce monde saccagées par le pouvoir humain. Totalement transfigurée, elle vit avec Jésus, et toutes les créatures chantent sa beauté. Elle est la Femme « enveloppée de soleil, la lune est sous ses pieds, et douze étoiles couronnent sa tête » (Ap 12, 1). Élevée au ciel, elle est Mère et Reine de toute la création. Dans son corps glorifié, avec le Christ ressuscité, une partie de la création a atteint toute la plénitude de sa propre beauté. Non seulement elle garde dans son cœur toute la vie de Jésus qu'elle conservait fidèlement (cf. Lc 2, 19.51), mais elle comprend aussi maintenant le sens de toutes choses. C'est pourquoi, nous pouvons lui demander de nous aider à regarder ce monde avec des yeux plus avisés.

Cette nouvelle vision du mystère qu'est Marie suit l'instinct marial que l'on retrouve chez de nombreux auteurs éco-théologiques. Cet instinct explore le rôle et la relation de Marie avec la nouvelle création promise dans les Écritures. De toute éternité, Dieu avait prévu de créer une créature parfaite en qui il naîtrait dans sa création. En ce sens, Marie, même lorsqu'elle marchait sur cette terre, jouissait déjà, dans un certain sens, d'une communion intime avec la Trinité. Sa montée au ciel, corps et âme, ne consiste pas seulement à suivre son Fils au ciel, mais elle trace la trajectoire de tous les êtres matériels : la communion avec la Trinité. Elle est la mère de la nouvelle création.

Cette dimension eschatologique de Marie n'est pas nouvelle, car elle apparaît déjà dans les écrits de certains Pères de l'Église. Le père de l'Église du quatrième siècle, saint Ephrem, écrit que Marie est devenue céleste pour nous en portant le divin. Le Fils, sans quitter la gloire du Père, s'est enfermé dans l'étroitesse de son sein pour conduire toute la création à une plus grande dignité filiale. Il l'a choisie, elle seule parmi toutes les créatures, pour être l'instrument de notre salut. En elle, les oracles de tous les justes et de tous les prophètes ont trouvé leur accomplissement. Saint Ephrem appelle également Marie le nouveau ciel mystique, dans lequel le Roi des rois est venu habiter. Au commencement, la terre a été créée ; par elle, elle est renouvelée. Au commencement, son activité était maudite par l'acte de nos premiers parents ; par elle, la paix et la sécurité sont rétablies. Au commencement, la mort est entrée en nous par le péché de nos premiers parents, mais maintenant nous sommes passés de la mort à la vie. Au commencement, le serpent, par l'attention que lui ont portée les oreilles d'Ève, a répandu le poison sur toute la création ; et à l'Annonciation, Marie reçoit par l'annonce faite à ses oreilles l'auteur de la nouvelle création.

Marie est donc le point de la création où Dieu renouvelle tout. Elle est l'exemple parfait de la communion avec la Trinité à laquelle toute créature aspire. Elle est la Mère de la nouvelle création. Il s'agit de la nouvelle création que toute la création attend avec impatience, où la création sera libérée de son esclavage à la corruption et obtiendra la liberté de la gloire des enfants de Dieu (Romains 8:19-21).

3. La lutte autour d'une eschatologie inclusive pendant le concile Vatican II

Le thème de Marie, mère de la nouvelle création, dénote une eschatologie qui englobe les autres créatures et ne se limite pas aux êtres humains. Cela suit la tendance contemporaine des éco-théologiens à réinterpréter les notions chrétiennes de sotériologie et d'eschatologie pour inclure toute la création et pas seulement les êtres humains. Les études bibliques et historiques des différentes notions de sotériologie ont mis en lumière les divers courants de pensée des Écritures, des Pères et des médiévaux sur la question de savoir si la nouvelle création englobe toute la création ou se limite aux seuls êtres humains.

Cette question a fait l'objet d'un débat animé dans les années qui ont précédé Vatican II. Deux positions opposées ont dominé les discussions. La première est l'eschatologisme et la seconde, l'incarnationnisme. D'une part, les eschatologues privilégiaient la discontinuité entre ce monde et l'autre. Selon eux, la seule continuité importante est celle des vertus (en particulier la charité) que les chrétiens acquièrent en "amassant leur trésor dans le ciel". Ils avaient cependant tendance à adopter une attitude pessimiste et utilitaire à l'égard du monde. Les incarnationnistes, quant à eux, soutiennent que le réalisme et le radicalisme de l'incarnation du Verbe nécessitent une continuité claire entre ce monde et le suivant. Cela correspond à la continuité entre la vie terrestre de Jésus et son état glorieux actuel. Cette position est plus favorable à l'écologie. C'est aussi le fondement théologique sur lequel nous pouvons comprendre le thème de Marie en tant que Mère de la Nouvelle Création. Il faut également souligner que cette position accepte la vérité biblique selon laquelle ce monde devra d'abord subir une transformation radicale (la fin des temps) mais ne sera pas totalement détruit. Mais elle affirme que la matière (la création) sera "transformée" et participera à la nouvelle création, tout comme le corps matériel de Marie a été transformé et participe maintenant à la vie de la Trinité.

L'Église elle-même n'a pas officiellement tranché entre les deux positions opposées de l'eschatologisme et de l'incarnationnisme. Gaudium et spes no. 39 reste à mi-chemin entre les deux positions en déclarant que "nous ne connaissons pas le moment de la consommation de la terre et de l'humanité, et nous ne savons pas non plus comment toutes les choses seront transformées". Cela laisse ouverte l'interprétation d'une eschatologie inclusive dans laquelle le Christ, "dans la plénitude des temps, (réunira) toutes choses en lui, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre" (Eph. 1:9-10).

Cette pensée relie la doctrine de la création, l'incarnation et la promesse des nouveaux cieux et de la nouvelle terre. En effet, le cosmos a été créé par et pour le Christ, et lorsqu'il est entré dans sa création lors de l'incarnation, il s'agit d'une création qui est déjà ontologiquement fondée et ordonnée à lui, le Logos éternel. Et à la fin des temps, il réunira tout, tout le cosmos en lui, l'élevant à la dignité d'une réalité filiale. Marie, en qui s'est incarné l'auteur de la création, est la première créature à participer à cette nouvelle création. Le dogme de l'Assomption affirme cette réalité. Marie est donc la Mère de la nouvelle création, l'exemple parfait de la communion avec la Trinité. Elle est l'unique créature vers laquelle le cosmos tout entier se tourne pour affirmer sa filialité divine.

4. La mariologie eschatologique du Père Jean Claude Colin

Dans Une vision mariale de l'Eglise, notre confrère le P. Jean Coste relève les éléments eschatologiques dans la vision de Marie du P. Colin. Dès la révélation du Puy, Marie avait dit. "J'ai été le soutien de l'Eglise naissante, je le serai aussi à la fin des temps". Le père Colin a profondément réfléchi à ce thème tout au long de sa vie. Selon le père Coste, ce thème est fondamental dans la vision eschatologique-utopique-mythique du père Colin. Le Père Coste soutient également que tous les Maristes doivent s'approprier cette vision eschatologique-utopique-mythique et l'adapter à notre époque et à notre contexte. La vision eschatologique mariale du Père Colin lui a permis de porter un regard nouveau sur l'Église, le monde et les autres. A la suite de Marie, femme, mère, figure de miséricorde, la Société de Marie voit clairement la dimension miséricordieuse dans le mystère du salut. S'approprier cette vision mariale pour notre temps signifierait considérer notre mission comme une présence miséricordieuse auprès de tous les pécheurs, une présence nourricière et bienveillante auprès des exclus et de toutes les victimes de la crise écologique, dans notre contexte, plus particulièrement les pauvres et la création.

Le rôle eschatologique de Marie à la fin des temps n'apparaît pas dans les Écritures, sauf dans Apocalypse 12. Il n'apparaît pas non plus beaucoup dans le Magistère avant Vatican II. Lumen Gentium n° 69 parle de Marie de la même manière eschatologique que le Père Colin. Ce document établit tout d'abord un parallèle clair entre le rôle de Marie dans l'Église primitive et aujourd'hui dans la gloire. Deuxièmement, le rôle d'intercession de Marie dans le salut de toutes les familles de peuples. Troisièmement, le rôle de Marie dans le rassemblement de tous en un seul peuple de Dieu. La réinterprétation dans le contexte de la crise écologique signifierait que, premièrement, une parabole claire entre le rôle de Marie dans l'Église primitive serait mise en parallèle avec son rôle actuel en tant qu'exemple parfait de communion au cœur de la Trinité. Deuxièmement, le rôle de Marie dans le salut du cosmos tout entier serait souligné. Troisièmement, l'accent serait mis sur le rôle central de Marie dans le rassemblement de toute la création dans la communion avec Dieu.

Il est intéressant de noter que le père Coste a prédit qu'il faudrait développer une mariologie eschatologique qui accorde moins d'importance aux titres et privilèges passés de Marie. L'accent serait davantage mis sur son avenir, vers lequel le dogme de l'assomption nous conduit. Une telle mariologie eschatologique la verrait jouir de la communion parfaite avec la Trinité à laquelle toutes les créatures aspirent. Elle la verrait comme l'exemple parfait de la communion. Elle reconnaîtrait qu'en tant que celle qui a donné naissance à l'auteur de la nouvelle création, elle est la Mère de cette nouvelle création. En elle, la création matérielle peut espérer un avenir dans lequel elle participe à la vie divine de la Trinité.

Dans la Société de Marie, il est nécessaire de réimaginer notre mission afin qu'elle intègre la création. Pour ce faire, il faut élargir notre histoire fondatrice. La Société de Marie est née d'une certaine conscience des maux de l'époque de nos fondateurs et d'une espérance qui émerge de ces maux. Cette espérance est exprimée dans la révélation du Puy, où Marie intervient dans l'histoire parce qu'elle s'inquiète du nouveau paganisme qui s'est développé dans la Révolution française. Nos fondateurs étaient profondément convaincus que Marie elle-même porte un regard maternel sur l'Église de leur temps. Ils étaient aussi profondément convaincus qu'elle les avait choisis, aussi inadéquats et insignifiants qu'ils fussent pour accomplir sa mission. Nous, Maristes de notre époque, devrions également croire que Marie continue d'intervenir dans notre histoire, qu'elle continue de porter un regard maternel non seulement sur l'Église, mais aussi sur l'ensemble de la création. Comme le dit le Pape François, Marie "prend soin désormais de ce monde blessé, avec affection et douleur maternelles. (...) maintenant elle compatit à la souffrance des pauvres crucifiés et des créatures de ce monde saccagées par le pouvoir humain." (no. 241). Et elle nous a gracieusement choisis pour porter son nom et incarner sa sollicitude maternelle pour toute la création souffrante.

Ce quatrième blog était une tentative d'analyse du thème de Marie, mère de la nouvelle création eschatologique, dans le cadre du thème général de la communion. Il est fondé sur une eschatologie inclusive issue de Vatican II. Cette vision eschatologique de Marie était déjà présente chez le Père Colin. L'appropriation et la réinterprétation de cette mariologie eschatologique dans le contexte de la crise écologique nous conduisent au thème de Marie, mère de la nouvelle création. En tant que première créature à participer à cette nouvelle création, elle fournit à toute la création matérielle une affirmation de sa filialité divine. Voir Marie comme la Mère de la nouvelle création approfondit et élargit notre mission à toute la création. En tant que Maristes appelés à penser, sentir, juger et agir comme Marie, le thème de Marie Mère de la Nouvelle Création nous oblige à être le visage nourricier et attentionné de Marie pour tous ceux qui sont le plus affectés par cette crise écologique : les pauvres et la création, dans notre contexte.

Traduction DeepL revue et corrigée

(1) Les citations de Laudato Si sont tirées du texte officiel français publié sur le site du Vatican.

Fr Samuela Tukidia SM
×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

Science-Indigenous Cosmologies-Marist Spirituality...
Eucharist-Mercy-Communion / Eucharistie-Miséricord...
 

Comments 3

Guest
Guest - Phil cody on Sunday, 01 October 2023 20:32

Now that’s a challenge

Now that’s a challenge
Ben sm on Monday, 02 October 2023 04:54

Yes, Phil, and one that is worth taking up!

Yes, Phil, and one that is worth taking up!
Guest
Guest - Jan Wise on Monday, 09 October 2023 06:06

Thank you for sharing lots to understand God bless you all

Thank you for sharing lots to understand God bless you all
Already Registered? Login Here
Guest
Monday, 27 May 2024