Economic Justice - Justice économique - Part 1 of 3

International-MET Economic Justice - Justice économique

Economic Justice as a Priority for the Global South     Bro. Alberto Parise MCCJ     Rome, 23rd January 2024

La justice économique, une priorité pour le Sud            voir ci-dessous pour la traduction 

The State of the World's Economy

The recently published UN report on the World Economic Situation and Prospects 2023, presented at the World Economic Forum in Davos, portrays that we are in the middle of a "polycrisis". In fact, the report states that a series of severe and mutually reinforcing shocks struck the world economy in 2022:

  • a. the impacts of the COVID‐19 pandemic still reverberating worldwide,
  • b. the war in Ukraine (a geo-political crisis) ignited a new crisis, disrupting food and energy markets, and worsening food insecurity and malnutrition in many developing countries.
  • c. Global trade has slowed down due to reduced demand for consumer goods, the protracted war in Ukraine and continued supply chain challenges.
  • d. High inflation unleashed an erosion of real incomes and a global cost-of-living crisis that has pushed millions into poverty and economic hardship.

Persistently high inflation, which averaged about 9 per cent in 2022, was due to:

= Skyrocketing costs of energy, due to the war in Ukraine (especially in Europe) which brought to an increase of the costs of production;

= Restarting the economy after the COVID-19 pandemic slow down: a fast growing demand for goods and a reduced capacity to offer them (persisting supply chain constraints, after the COVID-19 lock- downs); all that in the context of great liquidity (money available for lending at very low interest rates), which sustained the rising costs.

It is a very tricky situation: if you raise interest rates too much to stop inflation, you end up causing an economic recession, with enterprises closing down, loss of jobs etc.

Note that higher interest rates:

  • - push up debt-servicing costs,
  • - leave less resources for public spending and
  • - make more expensive to re-finance public debt.

  • e. Rapidly raising interest rate, particularly by the Federal Reserve in the United States of America, that have had global spillover effects,
  • -triggering capital outflows and currency depreciations in developing countries: when the Federal Reserve raises interest rates, the USD appreciates against other currencies, because it invites buying USD to get more interest. Besides, since most international markets transactions are made in USD, there is more capital outflow from developing countries to purchase goods in the global market, since they have to pay in USD, thus increasing balance of payments pressures;
  • -on the other hand, debt servicing takes an ever bigger part of the National resources.
  • f. The climate crisis continued to impose a heavy toll, with heat waves, wildfires, floods and hurricanes inflicting massive economic damages and generating humanitarian crises in many countries. Think, for example, of the case of Pakistan: 1/3 of the country flooded, with losses and damages estimated at USD 40 billion.

  The Survival of the Richest

We have seen the picture from the perspective of global capitalism, which focuses on GDP growth as the aim of economic development. But there is another side of the story.

Oxfam presented a report on inequalities within the global economic system at the World Economic Forum in Davos. Paraphrasing the famous expression of Charles Darwin, they defined the dynamics of global capitalism as the "survival of the richest".

The report moves from the unprecedented multiple crises the world is experiencing:

= Hundreds of millions more face impossible rises in the cost of basic goods or heating their homes.

= Climate breakdown is crippling economies and seeing droughts, cyclones and floods force people from their homes.

= Millions are still reeling from the continuing impact of COVID-19, which has already killed over 20 million people.

= Poverty has increased for the first time in 25 years.

At the same time, these multiple crises all have winners. The very richest have become dramatically richer and corporate profits have hit record highs, driving an explosion of inequality.

Since 2020, the richest 1% have captured almost two-thirds of all new wealth – nearly twice as much money as the bottom 99% of the world's population.

Billionaire fortunes are increasing by $2.7bn a day, 6 even as inflation outpaces the wages of at least billion workers, more than the population of India.

Food and energy companies more than doubled their profits in 2022, paying out $257bn to wealthy shareholders, while over 800 million people went to bed hungry.

Only 4 cents in every dollar of tax revenue comes from wealth taxes, 10 and half the world's billionaires live in countries with no inheritance tax on money they give to their children

A tax of up to 5% on the world's multi-millionaires and billionaires could raise $1.7 trillion a year, enough to lift 2 billion people out of poverty, and fund a global plan to end hunger.

«Elon Musk, one of the world's richest men, paid a 'true tax rate' of just over 3% from 2014 to 2018.

Aber Christine, a market trader in Northern Uganda who sells rice, flour and soya, makes $80 a month in profit. She pays a tax rate of 40%.»

The Social Crisis

In 2022, the World Bank announced that we will fail to meet the goal of ending extreme poverty by 2030, and that 'global progress in reducing extreme poverty has come to a halt,' amid what it said was likely to be the largest increase in global inequality and the largest setback in addressing global poverty since World War II.

The IMF is forecasting that a third of the global economy will be in recession in 2023.

For the first time, the UNDP has found that human development is falling in nine out of 10 countries.

Oxfam analysis shows that at least 1.7 billion workers worldwide will have seen inflation outpace their wages in 2022, a real-terms cut in their ability to buy food or keep the lights on.

Whole nations are facing bankruptcy, with debt payments ballooning out of control.

The poorest countries are spending four times more repaying debts – often to predatory, rich, private lenders – than on healthcare. Many are also planning brutal spending cuts. Oxfam has calculated that over the next five years, three-quarters of governments are planning to cut spending, with the cuts totaling $7.8 trillion dollars.

Meanwhile, the scale of wealth being accumulated by those at the top, already at record levels, has accelerated. The global polycrisis has brought huge new wealth to a tiny elite. Over the last 10 years, the richest 1% of humanity has captured more than half of all new global wealth. Since 2020, this wealth grab by the super-rich has accelerated, and the richest 1% have captured almost two-thirds of all new wealth.

Since 2020, for every dollar of new global wealth gained by someone in the bottom 90%, one of the world's billionaires has gained $1.7m.

Billionaires have seen huge gains during the pandemic. A flood of public money pumped into the economy by rich countries, which was necessary to support their populations, also drove up asset prices and wealth at the top. This meant that in the absence of progressive taxation, the super-rich pocketed unprecedented fortunes.

Extreme concentrations of wealth

= undermine economic growth, corrupt politics and the media,

= corrode democracy and propel political polarization.

New Oxfam research also shows that the richest are key contributors to climate breakdown: a billionaire emits a million times more carbon than the average person, and billionaires are twice as likely as the average investor to invest in polluting industries like fossil fuels.

The very existence of booming billionaires and record profits, while most people face austerity, rising poverty and a cost-of-living crisis, is evidence of an economic system that fails to deliver for humanity. For too long, governments, international financial institutions and elites have misled the world with a fictional story about trickle-down economics, in which low tax and high gains for a few would ultimately benefit us all. It is a story without any basis in truth. 

Share of New Wealth Gained
Increase in Billionaire Wealth

The Case for Economic Justice

Evangleii Gaudium 53 states:

Just as the commandment "Thou shalt not kill" sets a clear limit in order to safeguard the value of human life, today we also have to say "thou shalt not" to an economy of exclusion and inequality. Such an economy kills. How can it be that it is not a news item when an elderly homeless person dies of exposure, but it is news when the stock market loses two points? This is a case of exclusion. Can we continue to stand by when food is thrown away while people are starving? This is a case of inequality. Today everything comes under the laws of competition and the survival of the fittest, where the powerful feed upon the powerless. As a consequence, masses of people find themselves excluded and marginalized: without work, without possibilities, without any means of escape.

Human beings are themselves considered consumer goods to be used and then discarded. We have created a "throw away" culture which is now spreading. It is no longer simply about exploitation and oppression, but something new. Exclusion ultimately has to do with what it means to be a part of the society in which we live; those excluded are no longer society's underside or its fringes or its disenfranchised – they are no longer even a part of it. The excluded are not the "exploited" but the outcast, the "leftovers".

Pope Francis in this statement makes it vert clear: economic injustice is a systemic problem. The global economy, dominated by the financial capitalist model, is driven by the maximization of profit to accumulate capital, to be reinvested to accumulate more capital. In a highly competitive global market, profits are maximized by reducing the costs of production and by pushing consumption.

As Jason Hickel brilliantly argued in Less is More (2020), capitalism is organized around perpetual growth and pulls ever expanding quantities of nature and labor into circuits of accumulation. In other words, it is based on taking more than you give back, being organized around profit. The global economy has typically grown at about 3% a year. This is what economists say it is necessary to ensure that most capitalists realize a positive return. But 3% a year is a compound function, that leads to doubling the economy in about 23 years. By the end of a century, it becomes 20 times bigger.

Growth means accumulating capital to be reinvested to produce profits, or new growth. Today the global economy is worth USD 80 Tn, so to maintain an acceptable rate of growth capital needs to find outlets for new investments worth another USD 2.5 Tn next year, and that is on top of what we are already doing. All that translates into using more energy and natural resources, producing more waste, adding to pollution.

In a historical excursus of the last 500 years1, Hickel shows how capital built its fortunes based on a strategy of:

- appropriation of resources (backed by weapons and violence),

- extraction of value from natural resources and labor,

commodification and

- ever increasing productivity.

Every time capital bumps against barriers to accumulation (saturated markets, a minimum-wage law, or environmental protections), then it looks for a "fix". The enclosure movement was a fix; colonization, the slave trade, the Opium wars were also a fix. Each one of them – all violent – opened up new frontiers for appropriation and accumulation, all in service of capital's growth imperative.

1For example, after the period between 1350 and 1500 in which Europe knew a process of "de-accumulation" – with an economy based on local self-sufficiency, high wages, grassroots democracy and collective management of resources – the violent introduction of enclosures forced peasants off their land in a European wide campaign of eviction and privatization of commons. Enclosures constituted capital accumulation, dispossessed peasants who – after losing access to the land – were reduced to cheap labor and ended up depending on jobs for food, clothing, etc.

Capitalism rose on the back of organized violence, mass impoverishment, and systemic destruction of self-sufficient subsistence economies. Peasants had to lease land and allocation was granted on the base of productivity, which meant extracting more from the land and labor. That meant a shift from collective cooperation to desperate antagonism, and for the first time people's lives were governed by the imperatives of intensifying productivity and maximizing output, rather than satisfying human needs and local self-sufficiency.



Mission JPIC : Une transformation systémique pour le bien commun de toute la création

La justice économique, une priorité pour le Sud    Fr. Alberto Parise, des Missionnaires Comboniens    Rome, 23 janvier 2024

L'état de l'économie mondiale

Le récent rapport des Nations unies sur la situation et les perspectives de l'économie mondiale en 2023, présenté au Forum économique mondial de Davos, indique que nous sommes au cœur d'une "polycrise". En effet, le rapport indique qu'une série de chocs graves et se renforçant mutuellement ont frappé l'économie mondiale en 2022 :

a. les impacts de la pandémie de COVID-19 qui se répercutent encore dans le monde entier,

b. la guerre en Ukraine (une crise géopolitique) a déclenché une nouvelle crise, perturbant les marchés alimentaires et énergétiques et aggravant l'insécurité alimentaire et la malnutrition dans de nombreux pays en développement.

c. Le commerce mondial a ralenti en raison de la baisse de la demande de biens de consommation, de la guerre prolongée en Ukraine et des difficultés persistantes de la chaîne d'approvisionnement.

d. L'inflation élevée a déclenché une érosion des revenus réels et une crise mondiale du coût de la vie qui a plongé des millions de personnes dans la pauvreté et les difficultés économiques.

La persistance d'une inflation élevée, qui a atteint une moyenne d'environ 9 % en 2022, est due à :

= La flambée des coûts de l'énergie, due à la guerre en Ukraine (surtout en Europe), qui a entraîné une augmentation des coûts de production 

= Le redémarrage de l'économie après le ralentissement de la pandémie de COVID-19 : une demande de biens en forte croissance et une capacité réduite à les offrir (contraintes persistantes de la chaîne d'approvisionnement, après les blocages du COVID-19) ; tout cela dans le contexte d'une abondance de liquidités (argent disponible pour le prêt à des taux d'intérêt très bas), qui a soutenu l'augmentation des coûts.

C'est une situation très délicate : si l'on augmente trop les taux d'intérêt pour stopper l'inflation, on finit par provoquer une récession économique, avec des fermetures d'entreprises, des pertes d'emplois, etc.

Il est à noter que des taux d'intérêt plus élevés

- augmentent les coûts du service de la dette,

- laissent moins de ressources pour les dépenses publiques et

- rendent plus coûteux le refinancement de la dette publique.

e. L'augmentation rapide des taux d'intérêt, en particulier ceux de la Réserve fédérale des États-Unis d'Amérique, qui a eu des effets d'entraînement au niveau mondial,

= en déclenchant des sorties de capitaux et des dépréciations monétaires dans les pays en développement : lorsque la Réserve fédérale augmente les taux d'intérêt, le dollar dzs États-Unis s'apprécie par rapport aux autres monnaies, parce qu'elle invite à acheter du dollar pour obtenir plus d'intérêts. En outre, comme la plupart des transactions sur les marchés internationaux se font en dollars US (USD), les pays en développement sortent davantage de capitaux pour acheter des biens sur le marché mondial, puisqu'ils doivent payer en USD, ce qui accroît les pressions sur la balance des paiements ;

= par ailleurs, le service de la dette absorbe une part de plus en plus importante des ressources nationales.

f. La crise climatique a continué d'imposer un lourd tribut, avec des vagues de chaleur, des incendies de forêt, des inondations et des ouragans infligeant des dommages économiques massifs et générant des crises humanitaires dans de nombreux pays. Pensez, par exemple, au cas du Pakistan : un tiers du pays a été inondé, avec des pertes et des dommages estimés à 40 milliards de dollars.

La survie des plus riches

Nous avons vu le tableau du point de vue du capitalisme mondial, qui se concentre sur la croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) en tant qu'objectif du développement économique. Mais il y a une autre face à l'histoire.

Oxfam a présenté un rapport sur les inégalités au sein du système économique mondial lors du Forum économique mondial de Davos. Paraphrasant la célèbre expression de Charles Darwin, le rapport définit la dynamique du capitalisme mondial comme tendant à la "survie des plus riches".

Il parcourt les multiples crises sans précédent que connaît le monde :

= Des centaines de millions de personnes sont confrontées à des augmentations impossibles du coût des produits de base ou du chauffage de leur maison.

= Le dérèglement climatique paralyse les économies et les sécheresses, les cyclones et les inondations forcent les gens à quitter leur foyer.

= Des millions de personnes sont encore sous le choc du COVID-19, qui a déjà tué plus de 20 millions de personnes.

= La pauvreté a augmenté pour la première fois en 25 ans.

Dans le même temps, ces crises multiples ont toutes des gagnants. Les plus riches se sont considérablement enrichis et les profits des entreprises ont atteint des sommets, entraînant une explosion des inégalités.

"Elon Musk, l'un des hommes les plus riches du monde, a payé un impôt au taux réel d'un peu plus de 3 % entre 2014 et 2018.

Aber Christine, commerçante sur un marché du nord de l'Ouganda, qui vend du riz, de la farine et du soja, réalise 80 dollars de bénéfices par mois. Elle est imposée au taux de 40 %."

La crise sociale

En 2022, la Banque mondiale a annoncé que nous n'atteindrions pas l'objectif de mettre fin à l'extrême pauvreté d'ici 2030 et que "les progrès mondiaux en matière de réduction de l'extrême pauvreté se sont arrêtés" ; elle dit, dans ce contexte, que l'on assistera probablement à la plus forte augmentation des inégalités mondiales et au plus grand recul dans la lutte contre la pauvreté mondiale depuis la Seconde Guerre mondiale.

Le FMI prévoit qu'un tiers de l'économie mondiale sera en récession en 2023.

Pour la première fois, le PNUD (Programmedes Nations-Unis pour le Développement) a constaté que le développement humain est en baisse dans neuf pays sur dix.

L'analyse d'Oxfam montre qu'au moins 1,7 milliard de travailleurs dans le monde auront vu l'inflation dépasser leur salaire en 2022, ce qui réduira en termes réels leur capacité à acheter de la nourriture ou à s'éclairer.

Des nations entières sont menacées de faillite, les paiements liés à la dette ayant explosé.

Les pays les plus pauvres dépensent quatre fois plus pour rembourser leurs dettes - souvent contractées auprès de riches prêteurs privés prédateurs - que pour les soins de santé. Nombre d'entre eux prévoient également des réductions brutales de leurs dépenses. Oxfam a calculé qu'au cours des cinq prochaines années, trois quarts des gouvernements prévoient de réduire leurs dépenses, pour un montant total de 7 800 milliards de dollars.

Pendant ce temps, l'accumulation de richesses par ceux qui sont au sommet, qui atteignait déjà des niveaux record, s'est accélérée. La polycrise mondiale a apporté d'énormes richesses nouvelles à une petite élite. Au cours des dix dernières années, les 1 % les plus riches de l'humanité ont accaparé plus de la moitié des nouvelles richesses mondiales. Depuis 2020, cet accaparement des richesses par les super-riches s'est accéléré, et les 1 % les plus riches ont accaparé près des deux tiers de toutes les nouvelles richesses.

Fig.1 Partage de la richesse nouvelle créée (% de la richesse nouvelle totale créée) : Légende :

Le 1 % des plus riches a acquis environ 63 % de la nouvelle richesse créée entre 2020 et 2021

Les 99 % les moins riches ont acquis 37 % de la nouvelle richesse créée entre 2020 et 2021

Les 90 % les plus pauvres ont acquis 10 % de la nouvelle richesse créée entre 2020 et 2021

Depuis 2020, pour chaque dollar de nouvelle richesse mondiale gagné par une personne faisant partie des 90 % les plus pauvres, un milliardaire a gagné 1,7 million de dollars.

Les milliardaires ont enregistré des gains considérables pendant la pandémie. L'afflux d'argent public injecté dans l'économie par les pays riches, nécessaire pour venir en aide à leur population, a également fait monter la valeur des actifs et la richesse des plus riches. En l'absence d'une fiscalité progressive, les super-riches ont ainsi empoché des fortunes sans précédent.

Fig.2 Augmentation de la richesse des milliardaires de 1987 à 2022 (trillions de dollars US en termes réels)

L'extrême concentration des richesses

= sape la croissance économique, corrompent la politique et les médias,

= corrode la démocratie et favorise la polarisation politique.

Une nouvelle étude d'Oxfam montre également que les plus riches sont les principaux responsables du dérèglement climatique : un milliardaire émet un million de fois plus de carbone que la moyenne individuelle, et les milliardaires sont deux fois plus susceptibles que l'investisseur moyen d'investir dans des industries polluantes telles que les combustibles fossiles.

L'existence même de milliardaires en pleine prospérité et de profits records, alors que la plupart des gens sont confrontés à l'austérité, à l'augmentation de la pauvreté et à la crise du coût de la vie, est la preuve d'un système économique qui ne répond pas aux attentes de l'humanité. Pendant trop longtemps, les gouvernements, les institutions financières internationales et les élites ont trompé le monde avec une histoire fictive d'économie de retombées, dans laquelle des impôts faibles et des gains élevés pour quelques-uns profiteraient en fin de compte à tous. C'est une histoire qui ne repose sur aucune vérité.

Les arguments en faveur de la justice économique

Evangelii Gaudium n°53 déclare :

De même que le commandement de "ne pas tuer" pose une limite claire pour assurer la valeur de la vie humaine, aujourd'hui, nous devons dire "non à une économie de l'exclusion et de la disparité sociale". Une telle économie tue. Il n'est pas possible que le fait qu'une personne âgée réduite à vivre dans la rue, meure de froid ne soit pas une nouvelle, tandis que la baisse de deux points en bourse en soit une. Voilà l'exclusion. On ne peut plus tolérer le fait que la nourriture se jette, quand il y a des personnes qui souffrent de la faim. C'est la disparité sociale. Aujourd'hui, tout entre dans le jeu de la compétitivité et de la loi du plus fort, où le puissant mange le plus faible. Comme conséquence de cette situation, de grandes masses de population se voient exclues et marginalisées : sans travail, sans perspectives, sans voies de sortie. On considère l'être humain en lui-même comme un bien de consommation, qu'on peut utiliser et ensuite jeter. Nous avons mis en route la culture du "déchet" qui est même promue. Il ne s'agit plus simplement du phénomène de l'exploitation et de l'oppression, mais de quelque chose de nouveau : avec l'exclusion reste touchée, dans sa racine même, l'appartenance à la société dans laquelle on vit, du moment qu'en elle on ne se situe plus dans les bas-fonds, dans la périphérie, ou sans pouvoir, mais on est dehors. Les exclus ne sont pas des 'exploités', mais des déchets, 'des restes'.

Dans cette déclaration, le pape François le dit clairement : l'injustice économique est un problème systémique. L'économie mondiale, dominée par le modèle capitaliste financier, est guidée par la maximisation des profits afin d'accumuler du capital, qui sera réinvesti pour accumuler encore plus de capital. Dans un marché mondial hautement compétitif, les profits sont maximisés en réduisant les coûts de production et en poussant la consommation.

Comme l'a brillamment expliqué Jason Hickel dans Less is More (2020) (1), le capitalisme est organisé autour d'une croissance perpétuelle et attire des quantités toujours plus grandes de nature et de travail dans des circuits d'accumulation. En d'autres termes, il est basé sur le fait de prendre plus que ce que l'on donne en retour, étant organisé autour du profit. L'économie mondiale a généralement connu une croissance d'environ 3 % par an. C'est le taux nécessaire, selon les économistes, pour que la plus grande partie des capitalistes en tirent un rendement positif. Mais 3 % par an est une fonction composée, qui fait doubler l'économie en 23 ans environ. À la fin d'un siècle, elle est 20 fois plus importante.

La croissance signifie l'accumulation de capital à réinvestir pour produire des bénéfices, ou une nouvelle croissance. Aujourd'hui, l'économie mondiale représente 80 trillions de dollars US. Pour maintenir un taux de croissance acceptable, le capital doit donc trouver des débouchés pour de nouveaux investissements d'une valeur de 2,5 trillions d'USD l'année suivane, et ce en plus de ce que nous faisons déjà. Tout cela se traduit par une consommation accrue d'énergie et de ressources naturelles, la production de plus de déchets et l'augmentation de la pollution.

Dans un survol historique des 500 dernières années (2), Hickel montre comment le capital a construit sa fortune sur la base d'une stratégie :

= d'appropriation des ressources (soutenue par les armes et la violence),

= d'extraction de la valeur à partir des ressources naturelles et du travail,

= de marchandisation et

= de productivité toujours croissante.

Chaque fois que le capital se heurte à des obstacles à l'accumulation (marchés saturés, loi sur le salaire minimum ou protection de l'environnement), il cherche une "solution". Le mouvement des enclosures (3) était une solution ; la colonisation, la traite des esclaves, les guerres de l'opium l'étaient également. Chacune d'entre elles - toutes violentes - a ouvert de nouvelles frontières à l'appropriation et à l'accumulation, au service de l'impératif de croissance du capital.

---

(1) NDT. Less is More: How Degrowth Will Save the World (Moins, c'est plus : Comment la décroissance sauvera le monde), Penguin, London, 2020. L'ouvrage de Jason Hickel, professeur entre autres à la London School of Economics et théoricien de la décroissance, a été traduit sous le titre : Moins pour plus, Comment la décroissance sauvera le monde. Hachette Livre (Marabout), 2021.

(2) « Par exemple, après la période de 1350 à 1500 pendant laquelle l'Europe a connu un processus de "désaccumulation" - avec une économie basée sur l'autosuffisance locale, des salaires élevés, la démocratie de base et la gestion collective des ressources - l'introduction violente des enclosures a forcé les paysans à quitter leurs terres dans le cadre d'une campagne d'expulsion et de privatisation des biens communs à l'échelle de l'Europe. Les enclosures ont constitué une accumulation de capital, dépossédant les paysans qui, après avoir perdu l'accès à la terre, ont été réduits à une main-d'œuvre bon marché et ont fini par dépendre d'emplois pour se nourrir, se vêtir, etc.

Le capitalisme s'est développé sur la base de la violence organisée, de l'appauvrissement de masse et de la destruction systémique des économies de subsistance autosuffisantes. Les paysans devaient louer des terres et l'attribution des terres se faisait sur la base de la productivité, ce qui signifiait qu'il fallait extraire davantage de la terre et de la main-d'œuvre. Pour la première fois, la vie des gens était régie par des impératifs d'intensification de la productivité et de maximisation du rendement, plutôt que par la satisfaction des besoins humains et l'autosuffisance locale. »

(3) NDT. Le mouvement des enclosures est le nom du processus de privatisation des espaces agricoles en Europe, à partir des propriétés communales. Il a été important spécialement au Royaume-Uni à partir du 17ème siècle.

Br Alberto Parise - Author - Comboni Missionary
×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

Economic Justice - Justice économique - Part 2 of ...
Fossil Fuels Treaty - Traité sur les combustibles ...
 

Comments

No comments made yet. Be the first to submit a comment
Already Registered? Login Here
Guest
Monday, 15 April 2024