A Climate-of-Fear / Un climat de peur

A Climate-of-Fear / Un climat de peur A Climate-of-Fear / Un climat de peur

Tim Duckworth: Climate of Fear - In Korero, April 2, 2024. New Zealand Marist Bulletin

It is very easy to push away ideas that we do not like or we do not welcome. It is easy to say – I'm not the cause of these problems, I'm not badly affected by them, I'm going to ignore these problems because they are unlikely to have a huge effect in my life.

One of the most important issues that confronts us today is the effect of environmental degradation. Those issues are identified quite clearly in Pope Francis's encyclical Laudato Si'.

Laudato Si' identifies these major areas of concern related to the environment: pollution, climate change, water scarcity, loss of biodiversity, and global inequality.

We human beings have had an impulse to subdue the earth and the creatures within it, to manipulate and control nature. Some of that might even have been encouraged by our reading of the Old Testament. We have seen ourselves as superior and separate from the environment, we have narrowly-focused on ourselves, our needs and wants and not focused as much on the rest of the ecosystem that we are inextricably linked to and which, in fact, sustains us.

Laudato Si' presents Integral Ecology as the main solution to these ongoing social and environmental problems. Integral ecology affirms that humans are part of a broader world and calls for "comprehensive solutions which consider the interactions within natural systems themselves and with social systems" (LS 139).

In an earlier life, I was a teacher of Biology and while I've probably forgotten as much as I remember I do recall the study of ecosystems and ecology. Integral ecology expands this paradigm to consider the ethical and spiritual dimensions of how humans are meant to relate to each other and the natural world – drawing on culture, family, community, virtue, religion, and respect for the common good.

Laudato Si' concludes by saying that ecological education and spirituality give us applications to personal life. It recommends a lifestyle focused less on consumerism and more on timeless, enduring values. It calls for environmental education, joy in one's surroundings, love of one's civic community, reception of the Sacraments, and an "ecological conversion" in which an encounter with Jesus leads to deeper communion with God, other people, and the world of nature.

Of all the issues that integral ecology opens up, perhaps the most pressing for us today is climate change. I think that we need to understand this phenomenon and its causes. Because the world is this ecosystem, we all contribute to the problem and can contribute to the solution. What is climate change?

Climate change is the long-term change in the Earth's average temperature and weather. Over the last decade, the world has become, on average, approximately 1.2°C warmer than during the late 19th Century. Global warming exceeded 1.5°C across the 12 month period between February 2023 and January 2024. That followed 2023 being declared the warmest year on record. The temperature increase was driven by human-caused climate change and boosted by the natural El Niño weather pattern we are very familiar with in New Zealand. During El Niño, New Zealand tends to experience stronger or more frequent winds from the west in summer, which can encourage dryness in eastern areas and more rain in the west. In winter, the winds tend to blow more from the south, causing colder temperatures across the country. While we used to refer to many of these climate issues as global warming we now use the more generic term climate change because while the world is increasing in average temperature the weather can also be windier, wetter and wilder and at times, colder and much more extreme.

In order that we can measure global warming we would need to look at the average temperature of the earth. To do that we set a benchmark for the years 1850 – 1900, and call that ground zero. Based on that benchmark and compared to that:

  • •in the 1960s temperatures rose by about 0.25°C.
  • •in the 1980s temperatures rose by about 0.5°C.
  • •in the 2000s temperatures rose by about 0.75°C.
  • •in the 2020s temperatures rose by about 1.25°C.
  • •in 2023 the temperature rose by almost 1.5°C
  • How are humans causing climate change?

The climate has changed throughout the Earth's history. Natural factors, such as the El Niño weather pattern also affect the weather for shorter periods of time, as happened in 2023.

But natural causes cannot explain the rapid warming seen in the last century. This long-term climate change has been caused by human activity, mainly from the widespread use of fossil fuels: coal, oil and gas, in homes, in factories and in transport.

When fossil fuels burn, they release greenhouse gases - mostly carbon dioxide (CO2). This traps extra energy in the atmosphere near the Earth's surface, causing the planet to heat up. It's very similar to putting a duvet on your bed in winter except this "CO2 duvet" covers the whole earth.

Since the start of the Industrial Revolution, when humans started burning large amounts of fossil fuels, the amount of CO2 in the atmosphere has risen by about 50%. The CO2 released from burning fossil fuels has a distinctive chemical fingerprint and that matches the type increasingly found in the atmosphere.

What are the effects of climate change so far?

The global average temperature increase of 1.2°C seen in the past decade might not sound much. However, it has had a huge effect on the environment, including:

  • •more frequent and intense extreme weather, such as heatwaves and heavy rainfall
  • •rapid melting of glaciers and ice contributing to sea-level rise
  • •huge declines in Arctic sea-ice
  • •ocean warming.
  • •People's lives are also changing. For example, parts of East Africa suffered their worst drought in 40 years, putting more than 20 million people at risk of severe hunger. In 2022, intense European heatwaves led to an abnormal increase in deaths.

Why does 1.5°C matter and how will future climate change affect the world?

The more average temperatures increase, the worse the impacts of climate change become.

Limiting long-term average temperature rises to 1.5°C is crucial. The science is not completely certain, but the consequences of 2°C global warming versus 1.5°C could include:

  • •Extreme hot days would be on average 4°C warmer at mid-latitudes (regions outside the poles and tropics), versus 3°C at 1.5°C
  • •Sea-level rise would be 0.1m higher than at 1.5°C, exposing up to 10 million more people to events including more frequent flooding
  • •More than 99% of coral reefs would be lost, compared with 70-90% at 1.5°C
  • •Twice the number of plants and vertebrates (animals with a backbone) would be exposed to unsuitable climate conditions across more than half the geographical area where they are found
  • •Several hundred million more people may be exposed to climate-related risks and susceptible to poverty by 2050 than at 1.5°C.


The call to limit temperature rise to 1.5°C was partly designed to avoid crossing a so-called "tipping point". After these thresholds are passed, changes could accelerate and become irreversible, such as the collapse of the Greenland Ice Sheet. However, it is not clear precisely where these thresholds sit.

The Earth's poles are especially vulnerable to rising temperatures. About 3.3 to 3.6 billion people are highly vulnerable to climate change, according to the UN. People living in poorer countries are expected to suffer most as they have fewer resources to adapt. This has led to questions about fairness, because these places have typically only been responsible for a small percentage of greenhouse gas emissions.

At the same time, knock-on impacts could be felt over wide areas. For example, crop failures linked to extreme weather could raise global food prices.

What are governments doing about climate change?

In a landmark agreement signed in Paris in 2015, almost 200 countries pledged to try to keep global warming to 1.5°C.

To achieve this, "net zero" CO2 emissions should be reached by 2050.Net zero means reducing greenhouse gas emissions as much as possible, and removing any remaining emissions from the atmosphere. Most countries have, or are considering, net zero targets.

However, greenhouse gas levels are still rising quickly and the world is likely to warm beyond 1.5°C.

However, there has been progress in some areas such as the growth of renewable energy and electric vehicles. World leaders meet every year to discuss their climate commitments.

The most recent UN climate change summit, COP28 (Conference of Parties), was held in the United Arab Emirates. For the first time, countries agreed to "contribute" to "transitioning away from fossil fuels", although they are not forced to take action.

The next conference, COP29, will be held in Azerbaijan in November this year.

What can individuals do about climate change?

Major changes need to come from governments and businesses, but individuals can also help:

  • •take fewer flights, use cars less, use public transport more, walk more
  • •use less energy
  • •improve home insulation and energy efficiency
  • •switch to electric vehicles
  • •replace gas or fuel oil central heating with electric systems like heat pumps
  • •eat less red meat

What are the consequences for us and for our neighbors?

Temperatures in New Zealand are likely to increase faster in the North Island than in the South Island, but generally less than global average temperatures. Rainfall is projected to increase in the west of the country and decrease in many eastern regions. Extreme weather such as we have seen in the last couple of years is likely to be a much more frequent occurrence. This is true not only in New Zealand but also for Australia and the Pacific. Australia is likely to have increasing trouble with wildfires and flooding on its east coast. These changes are likely to be most severe when weather patterns such as El Nino add to the effects of climate change.

Rising seas are expected to increase the erosion of vulnerable beaches and cause more frequent breaches of coastal protection structures. The most significant risks are associated with the potential increase of droughts and floods and water limitations in some areas. Warmer temperatures could also make the growing of some fruit crops in some northern areas uneconomical, and if I'm honest, the growing of more tropical fruits in others. Shifting land- use activities to adapt to altered climate conditions will incur costs, resulting in regional winners and losers. Pests and diseases could spread in range and severity, and pasture composition is likely to change with uncertain outcomes to animal productivity.

While not advocating increasing the temperature in New Zealand there would be benefits to some areas and some people too. Higher temperatures are expected to reduce winter illnesses, but have also been found to be correlated with increased mortality during summer.

warmer climate would also allow the better establishment and spread of mosquitoes capable of transmitting diseases such as Ross River virus and dengue fever.

While the hole in the ozone layer above New Zealand is not at all the same thing as climate change the two are linked. Since the banning of CFCs the ozone layer was expected to recover over the next few decades, but scientists have found that emissions of other greenhouse gases such as carbon dioxide and methane could delay this recovery by perhaps another 15 to 20 years.

Pacific nations such as Fiji, Tuvalu, Marshall Islands, and Kiribati are some of the world's most vulnerable areas to climate change. Erosion, loss of land, salinization, coral reef bleaching and destruction, storm surges and ocean acidification are all likely to occur. The small island states of the Pacific are only responsible for 0.03% of global greenhouse gas emissions, but they are disproportionally facing many of the threats of climate change head on. This makes climate change an issue of justice for the Pacific.

I've attempted to cover once-over-lightly many of the issues that climate change introduce us to. It is still easy to say – this won't affect me much and I don't need to change. It is important that we educate ourselves and that we help others to see that a change in us is required. Alone we can do almost nothing. What is required is that we all make a change together. We are guided by Mary, the Mother who cared for Jesus, now cares with maternal aflection and pain for this wounded world. Just as her pierced heart mourned the death of Jesus, so now she grieves for the suflerings of the crucified poor and for the creatures of this world laid waste by human power.(LS241)

A prayer for our earth

All-powerful God, you are present in the whole universe and in the smallest of your creatures.

You embrace with your tenderness all that exists.

Pour out upon us the power of your love, that we may protect life and beauty.

Fill us with peace, that we may live as brothers and sisters, harming no one.

O God of the poor, help us to rescue the abandoned and forgotten of this earth, so precious in your eyes.

Bring healing to our lives, that we may protect the world and not prey on it, that we may sow beauty, not pollution and destruction.

Touch the hearts of those who look only for gain at the expense of the poor and the earth.

Teach us to discover the worth of each thing, to be filled with awe and contemplation,

to recognize that we are profoundly united with every creature as we journey towards your infinite light. 

We thank you for being with us each day. Encourage us, we pray, in our struggle for justice, love and peace.

From Laudato Si' by Pope Francis.

Fr Tim Duckworth SM - Author - Provincial of SM NZ.

Tim Duckworth : Climat de peur

Dans Korero, 2 avril 2024. Bulletin des Maristes de Nouvelle-Zélande

Il est très facile de repousser les idées que nous n'aimons pas ou que nous n'acceptons pas. Il est facile de dire : "Je ne suis pas la cause de ces problèmes. Je n'en suis pas trop gravement affecté, je vais les ignorer, parce qu'il est peu probable qu'ils aient un effet dans ma vie."

L'un des problèmes les plus importants auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui est l'effet de la dégradation de l'environnement. Ces questions sont clairement identifiées dans l'encyclique Laudato Si' du pape François. .Laudato Si' énumère les principaux domaines de préoccupation liés à l'environnement : la pollution, le changement climatique, la pénurie d'eau, la perte de biodiversité et l'inégalité dans le monde.

Nous, êtres humains, nous nous sommes trouvés poussés à soumettre la terre et les créatures qui s'y trouvent, à manipuler et à contrôler la nature. Il se peut même qu'une part de ce désir ait été encouragée par notre lecture de l'Ancien Testament. Nous nous sommes vus comme supérieurs, et séparés de l'environnement, nous nous sommes étroitement centrés sur nous-mêmes, nos besoins, nos désirs, et nous n'avons pas autant pris en compte le reste de l'écosystème, auquel nous sommes indissociablement liés, et qui, en fait, assure notre subsistance.

Laudato Si' présente l'écologie intégrale comme la principale solution à ces problèmes, problèmes sociaux et environnementaux. L'écologie intégrale affirme que les humains font partie d'un monde plus vaste et appelle à des "solutions intégrales qui prennent en compte les interactions des systèmes naturels entre eux et avec les systèmes sociaux" (LS 139).

Dans une vie antérieure, j'ai été professeur de biologie et, bien que j'en aie probablement oublié autant que j'en garde en mémoire, je me souviens de l'étude des écosystèmes et de l'écologie. L'écologie intégrale élargit ce paradigme pour prendre en compte les dimensions éthiques et spirituelles de la manière dont les humains sont censés entrer en relation les uns avec les autres et avec le monde naturel - en s'appuyant sur la culture, la famille, la communauté, les valeurs, la religion et lerespect du bien commun.

Laudato Si' se conclut en disant que l'éducation écologique et la spiritualité nous donnent des lignes directrices pour la vie personnelle. L'encyclique recommande un style de vie axé moins sur le consumérisme et plus sur les valeurs intemporelles et durables. Elle promeut l'éducation à l'environnement, la joie, l'amour de la communauté civique, la réception des sacrements, et une "conversion écologique" dans laquelle la rencontre avec Jésus conduit à une communion plus profonde avec Dieu, les autres, et le monde de la nature.

De toutes les questions que soulève l'écologie intégrale, la plus urgente pour nous aujourd'hui est peut-être le changement climatique. Je pense que nous avons besoin de comprendre le phénomène et ses causes. Parce que le monde est écosystème, nous contribuons tous au problème et nous pouvons tous contribuer à sa solution.

Qu'est-ce que le changement climatique ?

Le changement climatique est l'évolution à long terme de la température moyenne de la Terre et des conditions météorologiques. Au cours de la dernière décennie, la terre est devenue, en moyenne, plus chaude d'environ 1,2°C par rapport à la fin du 19e siècle. Le réchauffement de la planète a dépassé 1,5°C sur 12 mois entre février 2023 et janvier 2024. L'année 2023 a été reconnue comme l'année la plus chaude jamais enregistrée. L'augmentation de la température a été provoquée par le changement climatique et stimulée par le phénomène météorologique naturel appelé El Niño, un phénomène météorologique naturel bien connu en Nouvelle-Zélande. Pendant le phénomène El Niño, la Nouvelle-Zélande tend à subir des vents d'ouest plus forts ou plus fréquents en été, ce qui amène plus de sécheresse dans les régions orientales et plus de pluie à l'ouest. En hiver, les vents ont tendance à souffler davantage du sud, amenant des températures plus froides dans tout le pays. Bien que nous ayons l'habitude de qualifier la plupart de ces problèmes climatiques de réchauffement global, nous utilisons désormais le terme plus générique de changement climatique, car si la température moyenne de la planète augmente, le temps peut aussi être plus venteux, plus humide et plus froid et connaître beaucoup plus de situations extrêmes.

Pour mesurer le réchauffement de la planète, il faut relever l'évolution de sa température moyenne. Pour cela, on prend comme référence la période 1850 - 1900, posée comme point zéro. Par rapport à ce point de référence, les températures ont augmenté

- dans les années 1960, d'environ 0,25°C.

- dans les années 1980, d'environ 0,5°C

- dans les années 2000, d'environ 0,75°C.

- dans les années 2020, d'environ 1,25°C.

- en 2023, la température a augmenté de près de 1,5°.

Comment l'homme provoque-t-il le changement climatique ?

Le climat a changé tout au long de l'histoire de la Terre. Des facteurs naturels, tels que le phénomène El Niño, affectent également la météorologie sur des périodes plus courtes, comme ce fut le cas en 2023.

Mais les causes naturelles ne peuvent pas expliquer le réchauffement rapide observé au cours du siècle dernier. Ce changement climatique à long terme a été causé par l'activité humaine, principalement l'utilisation généralisée des combustibles fossiles : le charbon, le pétrole et le gaz, dans les habitations, l'industrie et les transports.

En brûlant, les combustibles fossiles libèrent des gaz à effet de serre, principalement du dioxyde de carbone(CO2). Cela a pour effet de piéger une énergie supplémentaire dans l'atmosphère proche de la surface terrestre, ce qui entraîne un réchauffementde la planète. C'est un peu comme quand on met une couette sur son lit en hiver, sauf que cette "couette de CO2" couvre la terre entière.

Depuis le début de la révolution industrielle, lorsque l'homme a commencé à brûler de grandes quantités de combustibles fossiles, la quantité de CO2 dans l'atmosphère a augmenté d'environ 50 %. Le CO2 libéré en brûlant des combustibles fossiles a une empreinte chimique caractéristique, qui correspond à celle que l'on trouve de plus en plus l'atmosphère.

Quels ont été les effets du changement jusqu'à maintenant ?

L'augmentation de la température moyenne mondiale de 1,2 °C observée au cours de la dernière décennie peut ne pas sembler grand-chose. Cependant, elle a eu un effet sur l'environnement, causant notamment :

- des conditions météorologiques extrêmes plus fréquentes et plus intenses, comme les vagues de chaleur et les fortes précipitations

- la fonte rapide des glaciers et de la glace permanente, contribuant à l'élévation du niveau de la mer

- une diminution considérable de la glace de mer dans l'Arctique

- le réchauffement des océans

La vie des populations est aussi en train de changer. Par exemple, certaines régions de l'Afrique de l'Est ont subi la pire sécheresse depuis 40 ans, mettant plus de 20 millions de personnes au risque d'une famine sévère. En 2022, les vagues de chaleur caniculaires en Europe ont entraîné une augmentation anormale du nombre de décès.

Pourquoi le seuil de1,5 °C est-il important et comment le changement affectera-t-il le le monde

Plus les températures moyennes augmentent, plus les effets du changement climatique s'aggravent. Il est essentiel de limiter l'augmentation de la température moyenne à long terme à 1,5 °C. C'est crucial. La science n'a pas de certitude absolue, mais un réchauffement global de 2°C au lieu de 1,5°C pourrait avoir les conséquences suivantes :

-Les journées extrêmement chaudes seraient en moyenne de 4°C plus chaudes aux latitudes moyennes (régions situées en dehors des pôles et des tropiques), contre 3°C à 1,5°C.

-L'élévation du niveau de la mer serait plus forte de 0,1 m à 2°C qu'à 1,5°C, exposant jusqu'à 10 millions de personnes supplémentaires à des événements météorologiques de grande ampleur, notamment des inondations plus fréquentes.

-Plus de 99 % des récifs coralliens disparaîtraient, contre 70 à 90 % dans le cas d'une augmentation de la température de 1.5°C.

-Deux fois plus de plantes et de vertébrés seraient exposés à des conditions climatiques qui ne leur conviennent pas, sur plus de la moitié de la zone géographique où ils se trouvent.

-Plusieurs centaines de millions de personnes supplémentaires pourraient être exposées à des risques liés au climat et affectées par la pauvreté d'ici 2050, dans le cas d'une hausse de température de 2°C au lieu de 1,5 °C.

L'appel à limiter la hausse des températures à 1,5°C visait en partie à éviter le franchissement d'un "point de bascule". Après le franchissement de tels seuils, les changements pourraient s'accélérer et devenir irréversibles, comme l'effondrement de l'inlandsis groenlandais. Cependant, on ne sait pas précisément où ces seuils sont situés.

Les pôles sont particulièrement vulnérables à la hausse des températures. Environ 3,3 à 3,6 milliards de personnes sont très vulnérables au changement climatique, selon les Nations unies. Les personnes vivant dans les pays pauvres devraient souffrir le plus, car elles disposent de moins de ressources pour s'adapter. Cette situation a conduit à soulever des questions d'équité, car ces pays n'ont généralement été responsables que d'un faible pourcentage des émissions de gaz à effet de serre.

Dans le même temps, les répercussions pourraient se faire sentir sur de vastes zones. Par exemple, les mauvaises récoltes liées à des conditions météorologiques extrêmes pourraient faire augmenter les prix des denrées alimentaires au niveau mondial.

Que font les gouvernements face au changement climatique ?

Dans un accord historique signé à Paris en 2015, près de 200 pays se sont engagés à tenter de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C. Pour y parvenir, il faudrait atteindre un « niveau zéro » d'émission de CO2 d'ici 2050. L'objectif "net zéro" consiste à réduire autant que possible les émissions de gaz à effet de serre et à éliminer le reste de ce qui a été émis dans l'atmosphère. La plupart des pays ont adopté cet objectif, ou envisagent de le faire.

Les niveaux de gaz à effet de serre continuent d'augmenter rapidement et le monde risque de se réchauffer au-delà de 1,5°C. Cependant des progrès ont été réalisés dans certains domaines, comme la croissance des énergies renouvelables et le développement des véhicules électriques. Les dirigeants mondiaux se réunissent chaque année pour discuter de leurs engagements en matière de changement climatique.

Le dernier sommet des Nations unies sur le changement climatique, la COP28 (28ème Conférence des parties signataires), s'est tenu aux Émirats arabes unis. Pour la première fois, les pays se sont mis d'accord pour "contribuer" à la "transition vers l'abandon des combustibles fossiles", bien qu'ils n'aient pas envisagé de prendre des mesures contraignantes.

La prochaine conférence, la COP29, se tiendra en Azerbaïdjan en novembre de cette année.

Que peuvent faire les individus face au changement climatique ?

Des changements majeurs doivent être le fait des gouvernements et des entreprises, mais les particuliers peuvent aussi apporter leur contribution :

-prendre moins l'avion, utiliser moins la voiture, utiliser davantage les transports publics, marcher davantage

-consommer moins d'énergie

-améliorer l'isolation des maisons et l'efficacitéénergétique

-passer des véhicules thermiques à des véhicules électriques

-remplacer le chauffage central au gaz ou au fioul par des systèmes électriques tels que les pompes à chaleur

-manger moins de viande rouge

Quelles sont les conséquences pour nous et pour notre voisinage ?

En Nouvelle-Zélande, les températures devraient augmenter plus rapidement dans l'île du Nord que dans l'île du Sud, mais généralement moins que les températures moyennes mondiales. Les précipitations devraient augmenter dans l'ouest du pays et diminuer dans de nombreuses régions de l'est. Des conditions météorologiques extrêmes comme celles que nous avons connues ces deux dernières années sont susceptibles d'être beaucoup plus fréquentes. Cela vaut non seulement pour la Nouvelle-Zélande, mais aussi pour l'Australie et le Royaume-Uni ; et dans tout le Pacifique. L'Australie risque d'avoir de plus en plus de problèmes avec les incendies de forêt et les inondations sur sa côte est. Ces changements sont potentiellement les plus graves lorsque des phénomènes météorologiques tels qu'El Nino s'ajoutent aux effets du changement climatique.

La montée des eaux devrait accélérer l'érosion des plages vulnérables et causer des brèches plus fréquentes dans les structures de protection côtière. Les risques les plus importants sont liés à l'augmentation potentielle des sécheresses et des inondations, avec le risque de restrictions d'eau dans certaines zones. Des températures plus élevées pourraient également rendre non rentables certaines cultures fruitières dans les régions septentrionales, et, pour être honnête, favoriser la culture de fruits tropicaux dans d'autres. La réorientation des activités d'exploitation des terres pour s'adapter à de nouvelles conditions climatiques entraînera des coûts, ce qui se traduira par des gagnants et des perdants au niveau régional. Les ravageurs et les maladies pourraient s'étendre en termes d'étendue et de gravité, et la composition des pâturages est susceptible de changer, avec des conséquences incertaines sur les productions animales.

Sans vouloir plaider pour l'élévation de la température en Nouvelle-Zélande, celle-ci aurait pourtant des avantages pour certaines régions et aussi pour certaines populations. Des températures plus élevées devraient réduire les maladies hivernales, mais on a également constaté leur corrélation avec une augmentation de la mortalité pendant l'été.

Un climat plus chaud favoriserait aussi l'établissement et la propagation de moustiques susceptibles de transmettre desmaladies telles que le virus de Ross River et la la dengue.

Si le trou dans la couche d'ozone au-dessus de la Nouvelle-Zélande n'est pas du tout la même chose que le changement climatique, les deux sont liés. Depuis l'interdiction des CFC (chlorofluorocarbonés, fluides utilisés dans les réfrigérateurs), la couche d'ozone devrait se reconstituer au long des décennies, mais les scientifiques ont découvert que les émissions d'autres gaz à effet de serre, comme le dioxyde de carbone et le méthane, pourraient retarder sa reconstitution de 15 à 20 ans.

Les nations du Pacifique telles que Fidji, Tuvalu, les îles Marshall et Kiribati comptent parmi les plus vulnérables au changement climatique. L'érosion, la perte de terres, la salinisation, le blanchiment et la destruction des récifs coralliens, les tempêtes plus fréquentes et l'acidification des océans, tous ces événements ont une grande probabilité de se produire. Les petits États insulaires du Pacifique ne sont responsables que de 0,03 % des émissions de gaz à effet de serre, mais ils sont confrontés de manière disproportionnée aux menaces du changement climatique. C'est ce qui fait du changement climatique une question de justice dans le Pacifique.

J'ai tenté d'aborder en une seule fois de nombreuses questions auxquelles le changement climatique nous confronte. Il est encore facile de dire que cela ne m'affectera pas beaucoup et que je n'ai pas besoin changer. Il est important que nous nous éduquions et que nous aidions les autres à voir qu'un changement en nous est nécessaire. Seul, nous ne pouvons presque rien faire. Ce qui est nécessaire, c'est que nous fassions le changement tous ensemble.

Nous sommes guidés par Marie, « la Mère qui a pris soinde Jésus, [et] qui prend soin désormais de ce monde blessé, avec affection et douleur maternelles. Comme, le cœur transpercé, elle a pleuré la mort de Jésus, maintenant elle compatit à la souffrance des pauvres crucifiés et des créatures de ce monde saccagé par le pouvoir humain. » (LS241).

Prière pour notre terre

Tirée de l'encyclique Laudato Si' du pape François

Dieu Tout-Puissant qui es présent dans tout l'univers et dans la plus petite de tes créatures,

Toi qui entoures de ta tendresse tout ce qui existe, répands sur nous la force de ton amour pour que nous protégions la vie et la beauté.

Inonde-nous de paix, pour que nous vivions comme frères et sœurs sans causer de dommages à personne.

Ô Dieu des pauvres, aide-nous à secourir les abandonnés et les oubliés de cette terre qui valent tant à tes yeux.

Guéris nos vies, pour que nous soyons des protecteurs du monde et non des prédateurs,

pour que nous semions la beauté et non la pollution ni la destruction.

Touche les cœurs de ceux qui cherchent seulement des profits aux dépens de la terre et des pauvres.

Apprends-nous à découvrir la valeur de chaque chose, à contempler, émerveillés,

à reconnaître que nous sommes profondément unis à toutes les créatures sur notre chemin vers ta lumière infinie.

Merci parce que tu es avec nous tous les jours. Soutiens-nous, nous t'en prions, dans notre lutte pour la justice, l'amour et la paix.

×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

Like Mary, Bearers of Hope / Comme Marie, porteurs...
Deep Time -Adaptation - Transformation / T...
 

Comments

No comments made yet. Be the first to submit a comment
Already Registered? Login Here
Guest
Monday, 17 June 2024