Prison Ministry - A Marist Dimension

Christ-the-Prisoner Christ the Prisoner - Orthodox Icon

 Marist Father - John Bolduc SM, Parochial Vicar, St. Patrick Parish, Roxbury, Massachusetts writes about his Prison Ministry, and its Marist dimension: 

I think of the icon, Our Lady of Tenderness. What strikes me is that she is not looking at us. She does not look for our attention; it is Jesus who is important and He seems to be looking to his Father and He is not a little baby.

Marists learn to love that woman, but never without her Son.

Her Son was sometimes a hard man, calling others names – Herod was a fox; Pharisees were whitened sepulchers (Matthew 23:27), decomposing, putrid dead corpses.

Her Son never shamed those who were shamed by others: lepers, criminals, collaborators for the occupying Roman colonizers, prostitutes, beggars and the disabled. Remember Him with the woman at the well?

She was a rejected member of "them", a despised minority of an "inferior" gender, a woman with a disgusting reputation. He died in the company of treasonous men.

John Bolduc sm

Do you want to find that man today? Look there; not with pity, superiority, condescension; not for self-importance or pretended goodness. Look with love, respect and reverence even.

How can we learn the most important lesson of Mary's spirituality: It is not about me! "I was incarcerated and you visited me." "No, that is not true. I only saw a drug addict who cried when I asked him about how he missed his daughter's hug."

You can turn the tables (not Jesus being ministered to; but rather Mary ministering): Mary reminds that man he still has a heart; he is good; he can still cry. She loves him just the way he is – not the way others put conditions on their love. She was tender. He could need that.

He or the women are taken out of society for many reasons. They lose their pride, they are stripped, shamed and too often, still, beaten. (That happened to someone else?) Their food is bad – they become Jewish to receive Kosher food which comes covered, so others cannot spit in it. Their clothes are not from Neiman Marcus! They lost their car. They have no freedom; that's hard. Sometimes their family and friends now hate them. Their girl has another guy.

How can Mary tell them they are not bad? – They are there maybe because of the color of their skin, maybe because of social class, maybe because of a stupid mistake they made, maybe because of drugs or maybe because of sin. They are not bad, and where we say they are bad: her Son forgives. They are human. They are His brothers and sisters. Their Father is mine.

Mary cannot tell them they are good unless they see a human face; unless they are told. What a privilege it is to be a Marist, to be trusted to do some of that. To do a little, what her Son said about respect, not judging, not condemning in a world that wants to only break their spirits.

Look for the message of Love in the face of Mary Mother of Kyiv, Our Lady of Tenderness. Amen.

Our Lady of Tenderness

Pourquoi le ministère parmi les pauvres nous fait prendre conscience du rôle critique de la vocation mariste

A partir de mon expérience d'aumônier de prison

John Bolduc sm, vicaire paroissial de la paroisse Saint Patrick, Roxbury, Massachussets (Etats-Unis)

Je contemple une image, celle de Notre-Dame de la Tendresse. Ce qui me frappe, c'est qu'elle ne nous regarde pas. Elle ne cherche pas à attirer notre attention, c'est Jésus qui est important, et Lui, il semble regarder son Père, ce n'est déjà pas un petit bébé.

Les Maristes ont à apprendre à aimer cette femme, mais jamais sans son Fils.

Son Fils a parfois été une homme dur, usant d'un langage rude à l'égard des autres, Hérode est un renard, les Pharisiens sont des sépulcres blanchis (Matthieu 23:27), des cadavres putrides, en décomposition.

Son Fils n'a jamais fait honte a ceux dont les autres ont honte, les lépreux, les criminels, les collaborateurs de l'occupant romain, les prostituées, les mendiants et les personnes handicapées. Vous rappelez-vous-de Lui, en compagnie de la femme autour du puits ?

Elle faisait partie de ces « eux » que l'on rejetait, minorité méprisée d'un genre considéré comme inférieur, une femme de réputation détestable. Lui, il est mort entouré de deuxbrigands.

Voulez-vous trouver cet homme aujourd'hui ? Regardez là, [entre les brigands], et ne faites pas étalage de pitié, de supériorité, de condescendance, ne vous targuez pas de votre importance ou de votre prétendue vertu. Regardez avec amour, respect et même avec révérence.

Comment apprendre la plus importante leçon de la spiritualité de Marie : ce n'est pas moi qui importe ! « J'étais en prison et vous m'avez visité ? » « Non, ce n'est pas vrai. Je n'ai vu qu'un drogué qui pleurait quand je lui ai demandé à quel point lui manquait les embrassades de sa fille ».

Changez les rôles autour de la,table. Ce n'est plus à Jésus que l'on rend service, mais plutôt Marie en train de rendre service. Marie vous rappelle que cet homme a encore un cœur et qu'il est bon ; il est toujours capable de pleurer. Elle l'aime juste tel qu'il est – non à la manière dont d'autres mettraient des conditions à leur amour. Elle est pleine de tendresse. C'est peut-être juste ce dont il a besoin.

Lui, ou les femmes, peuvent être mis en marge de la société pour de multiples raisons. Ils perdent leur fierté, ils sont mis à nu, humiliés et encore trop souvent battus. N'est-ce pas arrivé aussi à quelqu'un d'autre ? Leur nourriture est mauvaise, il arrive qu'ils se déclarent Juifs pour qu'on leur serve de la nourriture Casher, qui arrive dans un plat couvert, pour éviter que les autres crachent dessus. Leurs vêtements ne sont pas de chez Ted Lapidus. Ils n'ont plus leur voiture. Ils n'ont aucune liberté, c'est dur. Parfois leur famille et leurs amis leur portent de la haine. Leur petite amie est allée avec un autre.

Comment Marie peut-elle leur dire qu'en eux-mêmes ils ne sont pas mauvais ? Ils sont peut-être là à cause de la couleur de leur peau, ou de leur classe sociale, peut-être à cause d'une stupide bêtise qu'ils ont faite, peut-être à cause de la drogue ou du péché. En eux-mêmes ils ne sont pas mauvais, et là où nous disons qu'ils sont mauvais, c'est là que son Fils pardonne. Ils sont des êtres humains. Ils sont Ses frères et Ses sœurs. Leur Père est le mien.

Marie ne peut pas leur dire qu'ils sont bons, à moins qu'ils ne puissent contempler un visage humain, à moins que quelqu'un ne leur dise. Quel privilège, pour un Mariste, que d 'être chargé de faire un peu de cela. Faire un peu de ce que son Fils a dit à propos du respect : ne jugez pas, ne condamnez pas, dans un monde qui ne vise qu'à leur casser le moral.

Regardez le message d'amour qui brille sur le visage de Marie comme Mère, à Kyiv, Notre-Dame de la Tendresse. Amen

John Bolduc sm


×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

Marist Reorientation - the 3 Circles
Opening of Harmony Centre - Ranong
 

Comments 2

Guest
Guest - Damien on Sunday, 03 July 2022 21:46

Dear,
Thanks a million for sharing the Marist touch through your reflection on prison ministry. Very inspiring. Wish you greater fecundity among brothers and sisters you serve. Fraternally.

Dear, Thanks a million for sharing the Marist touch through your reflection on prison ministry. Very inspiring. Wish you greater fecundity among brothers and sisters you serve. Fraternally.
Ben sm on Monday, 04 July 2022 04:57

A beautiful icon of Mary mother of Tenderness fitting in John's reflections as well as in the present tragedy in Ukraine. - Francois Grossin

A beautiful icon of Mary mother of Tenderness fitting in John's reflections as well as in the present tragedy in Ukraine. - Francois Grossin
Already Registered? Login Here
Guest
Monday, 08 August 2022