Marist Commission for Inter-Religious Dialogue

5-Larry-et-al-Ranong-19 Marists for Inter-Religious Dialogue, Thailand, April 2019

Fr. Hermes Bajao Sabud, SM  - Superior of our Marist Community in Ranong, Thailand, has written this Article for us.   The full title is:  "Marist Commission for Inter-Religious Dialogue and Reconciliation (MCIRDR)" 

A missionary Church:    "Dialogue is mission, and mission is dialogue." This expression has been inspiring many missionaries to commit and engage in promoting good relationships among peoples of different cultures and faith traditions. Ad Gentes states that "The pilgrim Church is missionary by her very nature, since it is from the mission of the Son and the mission of the Holy Spirit that she draws her origin, in accordance with the decree of God the Father."In this statement, the Vatican II delegates were convinced that mission is a dialogical relationship of the Father, Son and Holy Spirit. It is in this relationship that missionaries become participants in God's work. However, dialogue and mission are sometimes difficult to understand, and may even have some negative connotations.In fact, the document "Dialogue and Proclamation" from the Pontifical Council for Inter-religious Dialogue (PCIRD) has already mentioned this difficulty by stating that "The practice of dialogue raises problems in the minds of many."For some people, especially those who are not open to engage in relating to other faith traditions, dialogue is a hindrance to the proclamation of the Gospel. On the other hand, others might understand mission as the process of conversion or a strategy for proselytizing, and forget that other religions are also instruments to create a space for the encounter between God and his people.

Imam, Larry Sabud, Prasit-MAF, Imam, John Larsen - SG , Kevin Medilo, Gerard Hall, Michael Jacques

Creating a space:   Creating a space for others who belong to other cultures and faith traditions is often a challenging process for a missionary to venture into. On the part of the missionary, it demands a deep level of understanding and spiritual experience in his/her own faith tradition. One can never create a space genuinely for others, unless he/she is comfortable with his/her own cultural and religious belonging. The process of becoming at home with one's own belonging is not always easy, but it is not impossible to achieve in reality. During the public ministry of Jesus, one can see how comfortable he is in his own belonging – his identity. This gives him the capacity to create a space, and welcome other people regardless of who they are culturally and religiously. John chapter 4:4-26 presents the encounter of Jesus and the Samaritan woman, which is an affirmation of what it means to be at home with one's own belonging. Regardless of the culture and experience of the Samaritan woman, Jesus comfortably and genuinely created a space for her and respected her as she is. 

Marists of IRD Commission at a Buddhist Monastery

An experience of dialogue:   In the history of the church, in particular the experience of the many Marists in the different contexts of their mission, they created a space for others. They may not have been conscious of inter-religious and inter-cultural dialogue in the way they have related to others in their various ministries. However, their attitude and way of welcoming others was dialogical – a relationship based on mutual giving of oneself, respect and understanding. Perhaps, it is embedded in the Society of Mary's charism that it becomes natural for Marists to create a space for others without labeling or judging that may create a stain of discrimination. Nevertheless, the opposite is also experienced in different aspects of Marist mission, but the process of transformation into a more welcoming Marist missionary presence is also happening in the Marist world. The reality of this transformation has been concretely expressed during and after the 2017 General Chapter of the Society of Mary. What a grace and blessing!


A commitment to dialogue:  The 2017 General Chapter "Statements and Decisions" of the Society of Mary no. 23 says that Marists "seek to respond to the needs of migrants and engage in ecumenical and inter-religious dialogue." As far as I know, this is the first time that the term "inter-religious dialogue" (IRD) has appeared in an official document of the Society of Mary. Although, in 2016, the term IRD was already in the "Statements and Decisions" of the District Chapter of the District of Asia. The document says "that the District of Asia continues to embrace inter-religious and inter-cultural dialogue, thus contributing to the culture and religious context in Asia." Undoubtedly, these decisions and many other inter-religious and intercultural dialogue Marist initiatives around the globe have inspired our Superior General and his Council to establish the Marist Commission for Inter-Religious Dialogue and Reconciliation (MCIRDR). The commission will try to articulate the meaning of what it means to dialogue, both in the academic sense and actual living out of it in the contemporary context where cultural and religious pluralism is a reality.

At work: K. Medilo, L. Sabud, J. Larsen - SG, G. Hall, M. Jacques

Dialogue as a spirituality: From 23-25 April, 2019, the members of the MCIRDR, Fr. Kevin Medilo, Fr. Michael Jacques, and Fr. Hermes Sabud; together with Fr. John Larsen, the Superior General and Fr. Gerry Hall, the theological adviser to the commission met for the first time in Ranong, Thailand. The commission has been meeting through Skype conferencing since its establishment. During the meeting in Ranong, the members decided to take the following actions: 1) Active Marist presence in Social Media (blog/website/Facebook) in the area of Inter-religious Dialogue; 2) Support and encourage fellow Marists involved in inter-religious dialogue and reconciliation (e.g. Survey); and 3) Establish a formation programme for interreligious dialogue and reconciliation in partnership with Marists in Asia (IRD accompaniment).The meeting concluded with the hope that the commission would become a vehicle to inspire the whole Marist mission to commit to inter-religious and intercultural dialogue. This commitment to dialogue will only be real and sustainable when it is understood and lived out as a spirituality and not as a form of strategy. On the level of spirituality, dialogue is grounded in the Trinitarian relationship, in which God the Father, Son and Holy Spirit give totally to the other. It is in this relationship that Marists and all believers become sharers in the dialogical Trinitarian mission - the reason why "dialogue is mission, and mission is dialogue." 

Commission mariste pour le Dialogue Inter-Religieux et la Réconciliation (CMDIRR).

Un article du P. Hermes Bajao Sabud, sm, Supérieur de notre communauté mariste de Ranong.

08 juillet 2019 -Dialogue Inter-Religieux

Une Eglise missionnaire.

« Le dialogue est mission, et la mission est dialogue ». Cette formule a été la source d'inspiration de nombre de missionnaires. Elle les a conduits à se consacrer avec dévouement à l'établissement de bonnes relations entre des peuples qui diffèrent par leur culture et par leur croyance religieuse. La déclaration « Ad Gentes » du Concile Vatican II note : « L'Église en pèlerinage est missionnaire par sa nature même, car elle tient son origine de la mission du Fils et de la mission de l'Esprit Saint, selon la volonté de Dieu le Père ». En faisant cette déclaration, les délégués au Concile affirmaient leur conviction que la mission est une relation dialogale entre le Père, le Fils et le Saint Esprit. C'est du fait de cette relation que les missionnaires deviennent parties prenantes de l'œuvre de Dieu. Cependant, le dialogue comme la mission sont parfois difficiles à comprendre. Ils peuvent même porter certaines connotations négatives. De fait, le document « Dialogue et annonce » du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux (CPPRI) a déjà signalé cette difficulté : « La pratique du dialogue fait problème, dans l'esprit de beaucoup ». Pour certains, surtout ceux qui ne sont pas ouverts à la relation avec d'autres traditions de foi, le dialogue est un obstacle à la proclamation de l'Evangile. D'un autre côté, certains pourraient comprendre la mission comme un processus visant à obtenir des conversions, une stratégie de prosélytisme, en oubliant que les autres religions sont aussi des instruments qui ouvrent un espace à la rencontre entre Dieu et son peuple.

Ouvrir un espace.

C'est souvent éprouvant pour le missionnaire de s'aventurer dans un processus qui ouvre un espace aux personnes appartenant à d'autres cultures et d'autres traditions de croyance. Cela exige de la part du missionnaire un haut niveau de compréhension de sa propre tradition et une expérience spirituelle profonde. On ne peut jamais créer un espace authentique de rencontre avec les autres si l'on n'est pas pleinement au clair avec sa propre croyance et son appartenance culturelle. Ce n'est pas toujours facile de s'engager dans une démarche qui permette de vous sentir chez vous dans la tradition qui est la vôtre, mais ce n'est pas impossible d'y parvenir. Au long de son ministère public, Jésus montre à quel point il est à l'aise dans son appartenance, dans son identité. Cela lui permet d'ouvrir un espace dans lequel les autres se trouvent accueillis, quelque soit leur appartenance culturelle et religieuse. L'Evangile selon Jean, 4,4-26, rapporte la rencontre entre Jésus et une femme de Samarie, et elle témoigne de ce que cela signifie d'être à l'aise dans sa propre appartenance. Sans interférer avec la culture et l'expérience de cette femme de Samarie, Jésus ouvre, avec simplicité et de manière authentique, un espace où elle puisse se situer et être respectée telle qu'elle est.

Une expérience de dialogue.

Dans l'histoire de l'Église, et en particulier dans l'expérience de nombreux Maristes sur les terrains divers de leurs missions, des espaces pour les autres ont été ouverts. Il n'y a peut-être pas eu une conscience explicite de ce qu'était le dialogue interculturel et interreligieux dans la manière dont ils sont entrés en relation avec les autres dans la variété de leurs ministères. Cependant, on peut noter que leur attitude était dialogale, comme leur manière d'accueillir les autres, dans une relation de don de soi-même, de respect et de compréhension mutuels. Peut-être est-ce inscrit dans le charisme de la Société de Marie, de sorte qu'il devienne naturel pour les Maristes de créer un espace pour les autres, sans leur mettre d'étiquette, sans porter de jugement qui serait une marque de discrimination. Néanmoins, la mission mariste sous divers de ses aspects montre encore une expérience de l'attitude opposée. Mais la transformation de la présence missionnaire mariste, pour qu'elle soit plus centrée sur l'accueil, est en cours dans l'univers mariste. La réalité de cette transformation a été exprimée de manière concrète pendant et après le chapitre général de 2017, ce qui est une grâce et une bénédiction.

S'engager pour le dialogue.

Les « Déclarations et décisions » du chapitre général de 2017 de la Société de Marie disent, au num. 23, que les Maristes « cherchent à répondre aux besoins des migrants et [qu']ils s'engagent dans le dialogue œcuménique et interreligieux ». Autant que je le sache, c'est la première fois que l'expression « dialogue interreligieux » apparaît dans un document officiel de la Société de Marie. Cependant, en 2016, le terme était déjà présent dans les « Déclarations et décisions » du chapitre du District d'Asie. Ce document dit que « le District d'Asie entend continuer de promouvoir un dialogue interreligieux et interculturel, contribuant ainsi à agir sur le contexte interreligieux et interculturel de l'Asie ». Ces décisions, et d'autres initiatives maristes à travers le monde dans le domaine du dialogue interreligieux et interculturel, ont sans aucun doute inspiré le Supérieur général et son conseil dans l'établissement d'une Commission mariste pour le dialogue interreligieux et la réconciliation (CMDIRC). La commission devra expliciter ce que cela signifie de dialoguer, à la fois au sens académique et dans la vie concrète, dans ce contexte contemporain où le pluralisme religieux et culturel est une réalité.

Le dialogue comme spiritualité.

Du 23 au 25 avril 2019, les membres de la Commission, les Pères Kevin Medilo, Michael Jacques, et Hermes Sabud; se sont retrouvés avec le P. John Larsen, Supérieur général, et le P. Gerry Hall, conseiller théologique, pour une première rencontre à Ranong, Thaïlande. La commission avait d'abord tenu des conférences par Skype depuis sa création. Pendant la réunion de Ranong, les participants ont pris les décisions suivantes :

1.Assurer une présence mariste active sur les réseaux sociaux (blog/website/Facebook) dans le domaine du dialogue interreligieux

2.Soutenir et encourager les confrères maristes qui sont engagés dans le dialogue interreligieux et dans des actions de réconciliation (par exemple, en faire l'inventaire)

3.Etablir un programme de formation au dialogue interreligieux et à l'action pour la réconciliation en lien avec les Maristes d'Asie (accompagnement dans le dialogue interrelighieux).

La réunion s'est conclue en formulant l'espoir que cette commission devienne un support qui inspire la mission mariste dans son ensemble, afin qu'elle s'engage dans le dialogue interreligieux et interculturel. Cet engagement dans le dialogue ne sera réel et durable que s'il est compris et vécu comme une voie spirituelle, et non comme une forme de stratégie. Au plan de la spiritualité, le dialogue s'enracine dans la relation trinitaire dans laquelle Dieu le Père, le Fils et l'Esprit se donnent totalement l'un à l'autre. C'est dans cette relation que les Maristes et tous les croyants partagent la mission dialogale de la Trinité – la raison pour laquelle « le dialogue est mission, et la mission est dialogue ».

Marist among Migrants on Mexican Border
Aquaculture Project – Marist Eco-Centre Fiji
 

Comments

No comments made yet. Be the first to submit a comment
Already Registered? Login Here
Guest
Tuesday, 17 September 2019