Entitlement, Sacrifice Zones and Bright Green Lies

Bright-Green-Lies4

Aotearoa/New Zealand poet, Brian Turner has written a poignant little poem called Sky. Made all the more poignant with the recent weather bomb in Tāmakimakarau/Auckland it reads;

If the sky knew half of what we are doing down here

it would be stricken, inconsolable,

and we would have

nothing but rain.[i]

This poem points to what American ecologist Eileen Crist calls the human supremacy complex[ii].In such a complex the human community and all its noble endeavours reigns supreme. Human industry takes over our planet home in almost every sphere. Extreme, and all too common, examples of human supremacy show up in what are called sacrifice zones[iii]. Almost every nation on Earth has its sacrifice zones in various states of toxicity.

In the creation of a sacrifice zone, economic expansion is championed as normal and necessary. A grand silence from the general public pervades such championing. It is considered normal human behaviour. The thinking behind on-going economic expansion goes something like this; Earth belongs to us, it is a resource base and we are of greater importance than any person or element that lives within it. If people and creatures are harmed in this process, so be it! Such thinking privileges human industry above any ecological worldview. Entitlement is the key ingredient making the dominating instinct appear normal.Few decisive steps are ever taken to address entitlement and its presumptive thinking. Privileged portions of our human community have always exercised power as they see fit. By and large they are the wealthy captains of corporate extractive industries.

[i] Just This, Poems, Brian Turner, 2009


A friend recently asked me what our ecological crisis has got to do with the death and resurrection of Jesus Christ. This is not a question I had ever asked myself and I did not have an immediate response.Part of my reflection since, has been in relation to paragraph 241 of Laudato Si.In his paragraph on Mary Queen of All Creation, Pope Francis uses the phrase the crucified poor. He is addressing the desperate state of certain people around our world who are ignored, excluded and considered disposable.Many of these people live in sacrifice zones. Places where toxic pollution causes cancer, heart disease and respiratory illness.Communities living in these damaged areas are systematically excluded from decision-making and their dignity and human rights are continuously trampled on. People are "crucified" in the industrial-extractive processes of these places.Soils, vegetation, animal life and air are also cashed up and put to death. The sickness of physical sites and people are the inter-connected end result of sacrifice zones.

The Body of Christ is put to death over and again in these desperate places. When the human community entitles itself and exercises power and control over innocent people and places, the Body of Christ suffers condemnation and death. The short answer to the question about ecology and the death and resurrection of Jesus Christ would seem to be; Jesus has never stopped being condemned and put to death in the poor of Earth and in Earth herself. The new life of resurrection much longed for in sacrifice zones, rarely appears.

A 2021 UN Report on Human Rights and the Environment[i] names fifty of the most polluted places on Earth. This report it is a sad litany of people and places that continue to be sacrificed in the name of industrial growth and progress.

Has our human community has become immune to sacrifice zones? Why would we want to know about them and allow them a voice? They are collateral damage that stricken people and places endure for the conveniences of the many. In the privileged world we have become accustomed to air travel, cell phones, flat screen televisions, i-pads, air conditioners and refrigerators. We are told we are in a clean energy transition. This transition will transform our industrial-consumer world and enable us to continue enjoying our conveniences. Electric vehicles will replace combustion engines. Homes will be powered by solar and wind energy. Industry will reinvent itself with bio-fuels or hydrogen fuel cells. We will transition into a new world where sustainable energy will drive our industrial growth society. Our consumer lifestyle will endure unaffected. We will all seamlessly enter a life sustaining society. We only need to replace destructive modes of energy with clean and safe ones. In more and better technology we will place our trust!

This thinking has been tagged bright green lies.[ii] Much of the environmental movement has been taken over by the green technology sector in a green-washing process. The lie that underpins this takeover is, we can transition to a green energy future with by simply harnessing nature's energy sources. We are being duped into a clean safe energy future by the makers and brokers of wind-farms, electric vehicles, solar panels and all the gadgets we enjoy.All clean energy technologies require significant amounts of copper, lithium, silicon, cobalt and other precious metals. What is ignored here is the oil powered polluting processes used in this technology and its refining processes. This is conveniently over looked by most green technology advocates.The book Bright Green Lies is a comprehensive analysis of the energy footprint of all our current green tech solutions and projects.


[i] UN Special Rapporteur on Human Rights and the Environment, Sacrifice Zones: 50 of the most polluted places on Earth, 2021

Christ Crucified in NIcaragua

Entitlement, sacrifice zones and bright green lies, are what happens when we forget that life is a system of kith and kin relationships. Ecological conversion calls us into kinship connections with our common home.We and all living beings live and move in an interdependent relational world.We are being called to a new kind of literacy now.A skill set that moves us away from entitlement and abuse into relationships of mutual enhancement. This is a new way of being characterized by pulling back, scaling down, restraint and responsibility. These are some practices, along with thoughtful community discernment, that will regenerate the web of life in the beauty and wonder of its evolution[iii].

May the sky become unaffected by our presence,

may everything be restored

in an agreeable balance

of sunshine and rain.

May Mary Queen of All Creation

guide us on our regenerative journey.

Peter Healy sm

Te Whānau Pukekaraka, Ōtaki

Summer 2023


[iii] Laudato Si #18

Sentiment d'être dans son droit, zones sacrifiées et brillants mensonges verts

Brian Turner, poète de Nouvelle-Zélande / Aotearoa, a écrit un petit poème poignant intitulé Ciel :

Si le ciel savait la moitié de ce que nous faisons ici-bas,

Il serait bouleversé, inconsolable,

Et nous n'aurions rien d'autre

Que de la pluie.

Ce poème a pour objet ce que l'écologiste américaine Eileen Crist[1] appelle le complexe suprématiste de l'homme. Dans ce complexe, la communauté humaine et ses nobles entreprises entendent s'arroger le royaume suprême. L'industrie de l'homme a pris le pouvoir sur notre planète Terre, dans presque toutes ses sphères. Ce que l'on appelle les zones sacrifiées[2] constituent des exemples extrêmes, et cependant très banals, de la suprématie humaine. Dans presque toutes les nations de la Terre, il existe des telles zones sacrifiées, avec des niveaux divers de toxicité.

Lorsque se crée une zone sacrifiée, on met en avant le développement économique , vu comme normal et nécessaire. La collectivité publique accueille une telle mise en avant dans un grand silence. C'est considéré comme une manière de faire normale pour l'humanité. La théorie sous-jacente à la justification de l'expansion économique continue s'exprime à peu près comme cela : la Terre nous appartient, c'est notre ressource fondamentale. Nous avons plus d'importance que toute personne ou élément qui y vit. Si des personnes ou des créatures sont lésées par ce processus, tant pis pour elles. Une telle manière de penser privilégie l'industrie humaine par rapport à toute vision écologique du monde. Le sentiment de son bon droit est le principal ingrédient de ce qui fait apparaître comme normal l'instinct de domination. Peu de démarches ont jamais été faites pour aller à l'encontre du sentiment de son bon droit et des présomptions qui le fondent. Ce sont les segments privilégiés de la communauté humaine qui ont toujours exercé le pouvoir comme il leur convient. En gros, il s'agit des riches dirigeants des grandes entreprises extractives.

Un ami m'a récemment demandé ce que la crise écologique actuelle avait à voir avec la mort et la résurrection de Jésus Christ. C'était une question que je ne m'étais jamais posée, et je n'avais pas de réponse immédiate. Ma réflexion s'est ensuite développée en partie en lien avec le § 241 de l'encyclique Laudato Si. Dans ce paragraphe sur Marie, Reine de la Création, le pape François emploie l'expression « les pauvres crucifiés ». Il fait allusion au sort désespéré de certaines personnes qui, partout dans le monde, sont ignorées, exclues et considérées comme sans intérêt, « jetables ». Elles vivent pour beaucoup dans des zones sacrifiées. Des lieux où la pollution toxique cause cancers, atteintes cardiaques et maladies respiratoires. Les communautés qui vivent sur ces terres sinistrées sont exclues systématiquement de toute prise de décision, leur dignité et leurs droits fondamentaux sont continuellement bafoués. De telles populations sont « crucifiées » par les processus extractifs de l'industrie, qui régentent leurs lieux d'habitat. Les sols, la végétation, la vie animale, l'air lui-même, sont aussi exploités pour l'argent et dévastés de manière mortelle. La maladie dont souffrent les sites matériels et les gens est le résultat final des interconnexions qui sévissent dans les zones sacrifiées.

Le corps du Christ est toujours à nouveau mis à mort en ces lieux de désespoir. Quand la collectivité humaine, se targuant de son bon droit, exerce pouvoir et contrôle sur des lieux et des personnes innocentes, le Corps du Christ souffre d'une nouvelle condamnation à mort. Telle est la brève réponse que l'on semble pouvoir apporter à la question du rapport entre l'écologie et la mort et la résurrection du Christ. C'est la suivante : Jésus n'a jamais cessé d'être condamné et mis à mort en la personne des pauvres de la Terre, et avec la Terre elle-même. La vie nouvelle de la résurrection, à laquelle on aspire tant dans les zones sacrifiées, n'apparaît que rarement,

Un Rapport des Nations-Unies sur les droits humains et l'environnement, publié en 2021[3], recense cinquante sites parmi les plus pollués de la Terre. Ce rapport est une triste litanie de peuples et d'endroits qui sont sacrifiés de manière permanent à la croissance industrielle et au progrès.

Notre collectivité humaine ne s'est-elle pas immunisée contre la vue des zones sacrifiées ? Pourquoi voudrait-on s'y intéresser et leur permettre de faire entendre leur voix ? Elles sont les dommages collatéraux que subissent les personnes et les territoires qu'ils frappent pour le confort de beaucoup. Dans le monde des privilégiés, nous avons pris l'habitude des voyages aériens, des téléphones portables, des téléviseurs aux écrans plats, des i-pads, des réfrigérateurs et de l'air conditionné. On nous dit que nous sommes en transition vers l'énergie propre. La transition doit transformer notre monde, celui de la consommation industrielle, et nous permettre de jouir en permanence de notre confort. Des véhicules électriques vont remplacer les moteurs thermiques. Les habitations seront alimentées par l'énergie éolienne et solaire. L'industrie va se réinventer à partir des bio-carburants et de l'hydrogène. Nous sommes en transition vers un monde nouveau, où les énergies renouvelables devraient devenir le moteur de notre société de croissance industrielle. Notre mode de vie consumériste continuera sans en être affecté. Nous allons entrer sans secousse dans une société où la vie sera soutenable. Nous avons seulement besoin de remplacer nos modes destructeurs de production d'énergie par des énergies propres et sûres. Nous mettons notre confiance dans plus de technologie, et de meilleure qualité.

Cette manière de penser est désignée par le terme de « brillants mensonges verts »[4]. Une grande partie du mouvement environnementaliste a été subvertie par le secteur des technologies vertes, dans un processus de « green washing » (tromperie écologique). Le mensonge qui sous-tend cette prise de pouvoir est que nous pouvons de manière simple aller vers un futur d'énergies vertes en mettant à notre service les sources d'énergie de la nature. Les fabricants et les vendeurs de fermes éoliennes, de véhicules électriques, de panneaux solaires et de tous les gadgets que nous aimons nous ont trompés, avec leur perspective d'une énergie propre et sûre. Toutes les technologies des énergies propres requièrent des quantités significatives de cuivre, de lithium, de silicium, de cobalt et d'autres métaux précieux. On passe sous silence les processus polluants, basés sur le pétrole, qui sont utilisés par ces techniques et dans le raffinement de ces matériaux. Ceci est, de manière commode, laissé de côté par la plupart des défenseurs des technologies vertes. Le livreBright Green Lies ("Brillants mensonges verts") est une analyse complète de l'empreinte énergétique de tous ces projets et des solutions techniques vertes qui nous sont actuellement proposées.

Sentiment d'être dans son droit, zones sacrifiées, brillants mensonges verts : tout cela vient de ce que nous oublions que la vie est un système de relations entre parents et proches. La conversion écologique nous remet dans nos relations d'affinité avec notre maison commune. Nous-mêmes et tous les êtres vivants, nous vivons et nous évoluons dans un monde relationnel et interdépendant. Nous sommes appelés aujourd'hui à une nouvelle forme d'érudition, un ensemble d'aptitudes qui nous fasse sortir de l'abus et du sentiment de notre bon droit, pour nous faire entrer dans des relations d'enrichissement mutuel. C'est une nouvelle .manière d'être, caractérisée par la réserve, la décroissance, la retenue et la responsabilité. Ce sont là quelques pratiques qui, menées avec un discernement communautaire réfléchi, peuvent régénérer le réseau de la vie, dans la beauté et la merveille de son évolution.

Puisse le ciel ne plus être affecté par notre présence,

Puisse toute chose être restaurée

dans un équilibre harmonieux

de soleil et de pluie

Puisse Marie, Reine de toute la Création,

nous guider

dans notre marche vers la régénération

Peter Healy sm

Te Whānau Pukekaraka, Ōtaki

Eté 2023


[1]Abundant Earth: Toward an Ecological Civilization, Eileen Crist, 2019 (« Terre d'abondance : vers une civilisation écologique », non traduit)

[2]Cette expression de zone sacrifiée remonte à l'époque de la guerre froide. Elle a été utilisée pour désigner les territoires rendus inhabitables à la suite des essais d'armes nucléaires.

[3] UN Special Rapporteur on Human Rights and the Environment, Sacrifice Zones: 50 of the most polluted places on Earth, 2021. En anglais: https://www.ohchr.org/sites/default/files/2022-03/SacrificeZones-userfriendlyversion.pdf. En français: https://www.ohchr.org/fr/special-procedures/sr-environment

[4] Bright Green Lies: How the Environmental Movement Lost Its Way and What We Can Do About It, Max Wilbert, Lierre Keith, Derrick Jensen, 2021 ("Brillants mensonges verts. Comment le mouvement environnemental s'est égaré et que pouvons-nous faire pour y remédier". Non traduit).

×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

Jeunesse et technologie Youth & Technology
COP 15 - Landmark Biodiversity Agreement
 

Comments

No comments made yet. Be the first to submit a comment
Already Registered? Login Here
Guest
Monday, 17 June 2024