Anei's witness / Le témoin d'Anei

South-Sudanese-Refugees---walking-to-safety South Sudanese Refugees - walking to safety

Our blog this week has been submitted by Br Ivan Vodopivec SM - agreed by Anei - a South-Sudanese Refugee who made it to England. Anei requested to keep his original name for his article.

Notre blog de cette semaine a été soumis par le Frère Ivan Vodopivec SM - accepté par Anei - un réfugié sud-soudanais qui s'est rendu en Angleterre. Anei a demandé de conserver son nom d'origine pour son article.

Name / Nom: Anei                      Country / Nationalité : South Sudan                       Ethnicity / Origine ethnique : Shilluk

I was born in Malakal Town South Sudan, my family moved to Juba when I was young. My father worked as gate man for Catholic Church (Kator-Juba) my mother was working as a Nurse at Juba Teaching Hospital at that time. It is in Juba that I grew up.

My Painful Story:

On 15th/12/2013, The war broke out in Juba, South Sudan between presidential guards. Which later turned into tribal war between Dinka, Nuer and Shilluk.

It was exactly at 10:30 PM in the evening when the gunshots were heard in Juba. We were living in Kor-William suburb of Juba very close to Jebel Market together with my father and my mother plus my four siblings. We were so scared, we could hear the sounds of gunshots and the military tanks were so close to our compound. We didn't sleep that night. Early in the morning the army of President Salva Kiir started killing people. They went door to door searching and killing everyone who was Shilluk or Nuer.

The SPLA (Sudan People's Liberation Army) broke into our compound killing my father and my eldest brother in front of us. It was a painful death, they also raped my mother in front of us. They accused my mother of helping Nuer or Shilluk people in the hospital. I can't believe what they did to my mother in front of us. We were devastated, scared and overwhelmed. They were burning houses, raping women, killing small children and old people as well. We could hear crying from all around our neighbourhood. They were killing people who are from Shilluk and Nuer. It was very bad indeed. 

Killing and displacement of Shilluk People by Government Forces

We ran away but the army caught me and put me into their car (Toyota Land Cruiser) many others people from Nuer and Shilluk were inside the car too.

They took us to SPLA Barracks. When we arrived there, they threw us down and started beating us. I was bleeding because I was badly hurt, especially my nose and arms plus my back. They took us down to an underground prison called Kobra prison. It was so dark in there I couldn't see anything. We were so many people there and one by one they started beating us. I saw many old men there as well. I was so scared, and at time fell unconscious and my body was so swollen I couldn't move. They also refused to give us anything to eat.

Every day the SPLA army came at night and took people to kill them. They used to rape us inside the prison. I was raped as well. I am hurt and still feel the pain until today. They used sticks, long sticks and condoms to rape us. They also use pangas [broad, heavy knives] and other metallic materials to beat us, army boots and guns as well. I was so sick, I couldn't feel my body. Every night they came and killed people. Lots of my friends were taken and killed. I always cried but there was no one to help me. I just wanted to die because of the bad things they did to me. The killing of my father, elder brother and the raping of my mother broke my heart. I still have nightmares and sleepless nights. I am hunted by bad thoughts day and night.

I stayed in the Kobra Prison for one year (11/2014). I tried to escape but this was not possible until one evening when they took us to a small village called Magwi. They want us to go and fight for them. But I didn't want to go to fight. When they took us there in the bush I planned to run away. There were six people with me then we made our escape. The SPLA army were shooting at us but we kept running. We managed to go and walk towards the border of Kenya. It was a very difficult and dangerous journey plus we didn't really know the way nor did we have any food to eat.

 Finally, we arrived at a Town called Kapoeta near South Sudan-Kenya border. They received us and gave us some food to eat! We stayed in that village for two months until we talked to Intersos Organisation to help us and they relocated us to a camp for the protection of civilians' sites (PoCs) in Tongping. I desperately wanted to see my brothers.I asked the organisation to help me find them.

Eventually I heard that my mother and my younger brother went to Malakal where they were living in a camp. It was a difficult situation because outside of the camps you could be killed by either the Militia or the SPLA.

I managed to leave the camp with the help from my friend and we made the long journey to the south of Egypt.

Finally, I ended up in Cairo, where I managed to get work on construction sites but the work was very hard. I used to work every day. But I was still very weak and sick due to the wounds of my time in prison. However, I managed to save some money and bought a fake passport and flight to Istanbul. I lived in Turkey for five months. The situation in Turkey was not good because I didn't speak Turkish and it was a new country to me. I couldn't find a job so I crossed the Aegean Sea and came to Lesbos Island (Moria Camp, 2018).

Moria Camp was hell and very difficult. The situation was so bad. I stayed there in the police detention for six months and when they released me I booked a ferry and came to Athens. It's hard to live in Athens if you are not working. I found it difficult to stay there. I tried to cross the border to Albania but the Greek police stopped me. They stopped me four times and returned me back to Athens. I tried again in early (2020). Finally, I crossed the border to North Macedonia and on foot my way through, Serbia, Hungary, Romania, Croatia, Poland, Austria and Germany, France. Finally, in (2022) I arrived in the UK on a boat after one and a half years. 

Moria Camp - Lesbos

I want to stay here in the UK. I cannot go back to South Sudan. I fear for my life if I go back the SPLA and Dinka Militias will go and kill me. They don't like Shilluk and Nuer people. I want protection in the UK. This is why need to stay here in the UK.

Photo: Despite the difficulties in life you will always see Anie smiling and full of hope. Anie is always busy helping around the centre

 Je suis né dans la ville de Malakal, au Sud-Soudan. Ma famille a déménagé pour Juba quand j'étais tout jeune. Mon père travaillait comme gardien à l'église catholique de Kator, province de Juba. Ma mère travaillait à ce moment comme infirmière à l'hôpital d'instruction de Juba. C'est à Juba que j'ai grandi.

Ma pénible histoire

Le 15 décembre 2013, la guerre a éclaté à Juba entre des gardes présidentielles. Elle s'est bientôt transformée en guerre tribale entre Dinka, Nuer et Shilluk.

-C'est exactement à 10h30 du soir que l'on a entendu des coups de feu à Juba. Nous habitions à Kor-William, un quartier de Juba proche du marché de Jebel, mon père, ma mère et mes quatre frères et sœurs ensemble. Nous étions totalement terrifiés, nous entendions les tirs et les blindés de l'armée étaient si près de notre habitation. Nous n'avons pas dormi de la nuit. Tôt le matin, l'armée du président Salva Kiir a commencé à massacrer des gens. Les soldats allaient de porte en porte, chassant et tuant tous ceux qui étaient Shilluk ou Nuer.

La SPLA (Sudan People's Liberation Army, Armée de Libération du peuple du Soudan) a fait irruption dans notre habitation, tuant mon père et mon frère aîné devant nos yeux. Leur mort fut douloureuse. Les soldats ont aussi violé ma mère en notre présence. Ils accusaient ma mère d'aider à l'hôpital les personnes d'origine Shilluk ou Nuer. Je ne peux toujours pas croire à ce qu'ils ont fait à notre mère sous nos yeux. Nous étions anéantis, terrifiés et totalement dépassés. Ils brûlaient les maisons, violaient les femmes, massacraient les petits enfants aussi bien que les vieillards. Nous entendions les cris et les pleurs tout autour de nous. Ils étaient en train de massacrer toutes les personnes d'origine Shilluk ou Nuer. C'était une véritable horreur.

Nous nous sommes enfuis mais les militaires m'ont pris. Ils m'ont enfermé dans leur véhicule, une Toyota Land Cruiser. Là se trouvaient aussi beaucoup d'autres personnes d'origine Shilluk ou Nuer. Ils nous ont conduits à la caserne de la SPLA. Dès l'arrivée, nous avons été jetés au sol et ils ont commencé à nous battre. Je saignais, car j'avais été gravement blessé, spécialement au nez, aux bras et dans le dos. Ils nous ont descendus dans une prison souterraine appelée prison Kobra. Il faisait si sombre que je ne pouvais rien voir. Il y avait tellement de gens, là. Et un par un ils ont commencé à nous battre. Je vis beaucoup d'hommes âgés, aussi bien. J'étais tellement terrifié. A un moment j'ai sombré dans l'inconscience, et mon corps avait tellement gonflé que je ne pouvais plus bouger. Ils ont aussi refusé de nous donner quoi que ce soit à manger.

Chaque jour, la SPLA venait le soir pour prendre des gens et les tuer. Les soldats avaient l'habitude de nous violer dans la prison. Moi aussi, j'ai été violé. La douleur de la blessure, je la ressens encore aujourd'hui. Ils se servaient de bâtons, de longs bâtons et de condoms pour nous violer. Ils nous battaient à coup de pangas et d'autres objets métalliques, et aussi bien de bottes militaires et de fusils. J'étais si malade, je ne pouvais plus sentir mon corps. Et chaque nuit, ils revenaient, tuant des gens.

Nombre de mes amis ont été pris et tués. Tout le temps je pleurais mais personne ne venait à mon secours. Je ne voulais plus que mourir à cause de tout le mal que l'on m'avait fait. Le massacre de mon père et de mon frère aîné, le viol de ma mère m'ont brisé le cœur. J'en ai toujours des cauchemars et des insomnies. Je suis poursuivi nuit et jour par de mauvais souvenirs.

Je suis resté pendant un an dans la prison Kobra (jusqu'en novembre 2014). J'ai essayé de m'enfuir, mais cela n'a pas été possible, jusqu'à ce que les soldats nous emmènent dans un petit village appelé Magwi. Ils voulaient nous faire combattre pour eux. Mais je ne voulais pas aller au combat. Dès qu'ils nous ont mis là dans la brousse, j'ai projeté de m'enfuir. Nous étions alors six à préparer ensemble notre fuite. Les soldats de la SPLA tiraient sur nous mais nous avons continué à courir. Nous avons réussi à partir et à marcher vers la frontière du Kénya. C'était une marche dangereuse et très difficile. En plus, nous ne connaissions pas vraiment le chemin et nous n'avions rien à manger.

Finalement, nous sommes arrivés à une ville appelée Kapoeta, près de la frontière du Sud-Soudan et du Kénya. Là on nous a reçus et donné de la nourriture. Nous sommes restés dans cette localité pendant deux mois, jusqu'à ce que nous puissions entrer en contact avec l'organisation Intersos pour obtenir de l'aide. L'organisation nous a réinstallés dans un Camp pour la Protection des Civils (PoC) à Tongping. Je voulais désespérément revoir mes frères. J'ai demandé à l'organisation de m'aider à les retrouver.

Par hasard j'ai appris que ma mère et mon mon plus jeune frère étaient allés à Malakal, et qu'ils y vivaient dans un camp. C'était une situation très difficile, parce qu'en dehors des camps, on pouvait être tué aussi bien par des milices que par la SPLA. J'ai réussi à quitter le camp avec l'aide de mon ami, et nous avons fait le long voyage vers le sud de l'Égypte.

Je suis finalement arrivé au Caire, où j'ai réussi à trouver un travail dans le bâtiment, mais le travail était très dur. Je travaillais tous les jours mais j'étais toujours très faible et malade à cause des blessures reçues en prison. Pourtant, j'ai réussi à économiser un peu d'argent, et à acheter un faux passeport et un billet d'avion pour Istanbul. J'ai vécu pendant cinq mois en Turquie. Ma situation en Turquie n'était pas bonne, car je ne parlais pas le turc et que c'était un pays tout nouveau pour moi. Je ne pouvais pas trouver de travail. Aussi j'ai traversé la mer Egée et suis venu sur l'île de Lesbos, au camp de Moria, en 2018.

Le camp de Moria était un enfer, la vie y était très difficile. La situation était si mauvaise. Je suis resté là, détenu par la police, pendant six mois. Puis j'ai été relâché, j'ai pris un ferry et suis arrivé à Athènes. C'est dur de vivre à Athènes quand on n'a pas de travail. Il m'a semblé difficile d'y rester. J'ai tenté de franchir la frontière avec l'Albanie mais la police grecque m'a arrêté. Quatre fois elle m'a arrêté et renvoyé à Athènes. J'ai essayé à nouveau au début de 2020. Finalement j'ai passé la frontière de la Macédoine du Nord et j'ai continué la route à pied, à travers la Serbie, la Hongrie, la Roumanie, la Croatie, la Pologne, l'Autriche, puis l'Allemagne et la France. Enfin en 2022 je suis arrivé au Royaume-Uni en bateau, après un an et demi de voyage.

Maintenant je veux rester ici, au Royaume-Uni. Je ne peux pas retourner au Sud-Soudan. Je crains pour ma vie si j'y reviens, car la SPLA et les milices Dinka me recherchent pour me tuer. Ils haïssent les Shilluk et les Nuer. Je demande à être protégé au Royaume-Uni. Et c'est pour cela que j'ai besoin de rester là, au Royaume-Uni.

Malgré les difficultés qu'il a vécues, on voit toujours Anei souriant, plein d'espoir. 

×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

Become a Laudato Si Animator / Devenez un animateu...
Care for our Oceans
 

Comments 1

Guest
Guest - Phil Cody on Sunday, 12 March 2023 21:26

Whew may I not complain about my tiny problems!
Thank you

Whew may I not complain about my tiny problems! Thank you
Already Registered? Login Here
Guest
Monday, 15 April 2024