A Marist Mission to the Deaf / Une mission mariste auprès des sourds

Sr-Fe-Rollo-8 Graduation - San Isidro - Solomon Islands / Remise des diplômes - San Isidro - Îles Salomon

San Isidro Care Centre was founded by the late Br. George van der Zant of the Society of Mary in 2007. Sr. Maria Fe Rollo SMSM  continues Br George's dream of changing the lives of deaf students in the Solomon Islands.

Sr. Maria Fe Rollo has been a Missionary Sister of the Society of Mary for 15 years. Born in Davao City, Philippines, she joined the congregation when she was 36, drawn to its missionary charism of going out to the frontiers, proclaiming the Gospel inspired by and confident in Mary's help. She trained as a secondary teacher but has taught religious education in primary, secondary and tertiary settings, mostly in Davao City, Maitum, and General Santos City in the south of the Philippines.

In 2013, Sr. Georgeanne Marie Donovan, Fe Rollo's congregational leader at the time, asked her if she'd be willing to be sent to the Solomon Islands in the South Pacific to volunteer at San Isidro Care Centre, a school for people who are deaf. Fe Rollo took a month to pray and consider the request, and though she knew no sign language, said yes.

Located on the island of Guadalcanal, about 45 km (28 miles) northwest from the capital city of Honiara, San Isidro Care Centre was founded by the late Br. George van der Zant of the Society of Mary in 2007. It is a dedicated vocational training center for deaf students who travel from across the Solomon Islands to attend the boarding school. They range in age from 16 to 40, and though the students are mostly Catholic, it is open to anyone who is deaf. Since its beginning, about 180 students have graduated from the center.

Sr. Maria Fe Rollo, standing in back, with her numeracy and literacy class at San Isidro Care Centre Sr. Maria Fe Rollo, debout à l'arrière, avec son cours de calcul et d'alphabétisation au San Isidro Care Center
BY FIONA BASILE - Author 

Sr Maria arrived as a volunteer in 2014 to teach Christian education and five years later was appointed the principal of the center. Together with her staff of 10, including another sister from her congregation, Sr. Sonia Tulili from Vanuatu, the center provides basic literacy, numeracy, practical life skills training (including carpentry, sewing and handicraft, home economics), Christian formation and Auslan, Australian sign language. All of the teachers sign.

She is now the co-creator of a new project with Australian Catholic University and representatives of the Catholic Education Authority of the Archdiocese of Honiara to train 16 deaf and hearing people from across Solomon Islands in Auslan so they can travel to remote communities where deaf children and young adults and their families live.

The project has been funded through a research grant of close to $500,000 from the Education Sector Support Program Solomon Islands, a partnership between the governments of Solomon Islands, Australia and New Zealand. It is a project Fe Rollo hopes will help change and enhance the lives of her students, their families, and the broader Solomon Islands community.

Fe Rollo shared with Global Sisters Report how her missionary role as teacher and educator has also become one of student and champion for the deaf community of the Solomon Islands.

San Isidro Care Centre students and staff pose for a group photo in October 2021 outside the center's workshop. Sr. Maria Fe Rollo is seated, fifth from the right, in the middle row. Les étudiants et le personnel du centre de soins San Isidro posent pour une photo de groupe en octobre 2021 devant l'atelier du centre. Sr. Maria Fe Rollo est assise, cinquième à partir de la droite, dans la rangée du milieu.

 Before arriving at San Isidro Care Centre, had you any experience of sign language or working with deaf communities before?

Sr Maria: In the Philippines during my teens, I learned the alphabet in American Sign Language. But when I arrived at San Isidro, that's when I discovered that sign language is a language by itself, and different countries have their own sign language, just like spoken language.

When I arrived in July 2014, I was observing and joined the class learning sign with the students. In February 2015, I started teaching Christian education classes with the help of an interpreter. I also volunteered to teach basic sign language for new students at that time.

It's been a big educational and eye-opening journey for me, entering the deaf community, another culture, teaching in this kind of situation where the students have special needs. The students too have become my teacher. Even to this day, I'm still learning, and I learn from the students. For instance, when I teach and don't know the word, I will ask the students, "What's the sign for this?" And they'll help me.

Sr. Maria Fe Rollo with Zach, San Isidro's eldest Year 2 student, in her sign language reading class at San Isidro Care Centre.  Sr. Maria Fe Rollo avec Zach, l'aîné des élèves de deuxième année de San Isidro, dans son cours de lecture en langue des signes au San Isidro Care Centre. 

How did the research project with Australian Catholic University and representatives of the Catholic Education Authority come about?

We'd been hearing stories from families of the students, saying, "Sister, we want to learn the language you're teaching the students in the school. It's good that they're learning the language there, but we can't communicate with them."

Back at home, the students developed a sign language following the local dialect. This is different to what's taught at San Isidro. So when I started teaching here in 2014 as a volunteer and was in the process of learning basic Auslan, a lot of times, I couldn't get across to students because of the language barrier. I needed to call a staff member from where most of the students were from.

The problem is, when the students go home, the family doesn't know this new sign language that their children have been learning in the center. Or if the student is sick and needs to go to a health clinic back at home, they can't communicate. Or if our graduates are looking for a job or want to want to participate in political exercises locally, they can't communicate. So, there's a conflict and block there, and a lot of times, the students end up going back to their home sign language.

We heard a lot of these stories, and when we shared this with the Catholic Education Authority, Jackson Meke, who has been a supporter of Brother George from the beginning, he and his colleague, Dr. Mellita Jones from ACU, were able to help us germinate and grow the idea and develop it into this project.

Sr. Sonia Tulili, standing in back, with her Year 3 and Year 4 literacy and numeracy class in October 2022 at San Isidro Care Centre. In the academic classes — sign language, mathematics, English, health, and Christian education — the students are mixed according to their capacity.  Sr. Sonia Tulili, debout à l'arrière, avec son cours d'alphabétisation et de calcul de 3e et 4e année en octobre 2022 au San Isidro Care Centre. Dans les classes académiques - langue des signes, mathématiques, anglais, santé et éducation chrétienne - les élèves sont mélangés selon leurs capacités.

Why is this project so important to you?

It's a continuation of our support for the deaf students so that they can participate better in the life of their families and community as they go back. Our students learn so much from the center, so they'll be able to contribute when they go back home.

As a teacher, I learn so much from them, too, and I witness how they grow in terms of learning skills, growing in self-confidence and their sense of self and who they are. And so we feel a sense of responsibility that we continue our support of them as they go back to the family and to the community so that they can also share what they've learned and for the family and the community to help them build their lives, create their own families, and engage in economic activities that will help them and their family.

It sounds like what you do at San Isidro is really changing the lives of your students.

Yes, yes, that's another way of saying it. We want to continue to contribute to affect their lives for the better.

When they come to the center, it's a different lifestyle than they experience at home in the use of sanitation and hygiene, and discipline is a fundamental value that we teach. We encourage them to be on time, to follow time, how to make use of the time and how to take responsibility in looking after each other, things of the school and in caring for the animals.

We hope when they go back to their families and community, they bring what they've learned at San Isidro with them with more confidence and can recreate it and that they can also effect change for the family and community. That's what Brother George, our late founder, would always say by way of encouraging them: "Always think of your future. We want to help you for the good of your future so you can have a better future." He always repeated that, and it's a legacy we are trying to continue and instill in every student that continues to come to San Isidro.

Students recycle plastic into handbags and coin purses in June 2021 at San Isidro Care Centre.

What have been some of the graces or highlights of your ministry?

I've been teaching for many years, and after my first profession as a Missionary Sister of the Society of Mary, I was missioned back to my home country [the Philippines], where I worked with school youth.

When I was asked to go on mission outside of my home country and to a deaf school, that was exciting for me. I was already a teacher and had a lot of experience in teaching, but when I entered San Isidro, I discovered as a missionary how important it is to remain open and to allow myself to keep learning because I'm entering a different community, a different culture — Solomon Islands culture — and then I'm entering another culture, which is a Solomon Islands deaf culture. So, there has been a lot of peeling-off in terms of what I already thought I knew.

It wasn't easy, but at the same time, I was hopeful because one thing I've discovered about myself in these eight years is that I'm always open to new possibilities, and that excites me.

When I see or meet the students, I say to them: "Each one of you has a lot of possibilities, good things that could happen with you." And, true enough, being with them makes me discover how each one is special and unique.

Over the years, I have had the beautiful opportunity to see each one grow, especially when they started to learn to sign, having come from a very far village to the center for the first time. For most of them, they learn faster when they mix with other students in the classroom. And when I see a new person learning to sign and coming out, the confidence starts to grow within them. And then when I see them starting to go up to the front of the class to lead the prayer or to sign a song, it's a wow moment for me every time.

Students learn to weave macrame in Sr. Sonia Tulili's life skills class in September 2021 at San Isidore Care Centre. Tulili learned macrame from the fashion association in Honiara, the capital city of Solomon Islands.Les élèves apprennent à tisser du macramé dans le cours de compétences de vie de Sr. Sonia Tulili en septembre 2021 au San Isidore Care Centre. Tulili a appris le macramé auprès de l'association de mode de Honiara, la capitale des Îles Salomon.

 What sustains and nourishes you in your ministry?

It's knowing that I'm helping and that it's not just my work. A lot of times, when I'm tired and I whine and think, "I could have just said no to all of this," I think, "But I can't." And then I start thinking about all the other possibilities and what more we can do to help.

Now, I'm trying to hatch another possibility with Caritas Australia of providing employment for our graduates and at the same time helping the center in its efforts for sustainability and self-reliance. We want to make use of our best graduates' skills in sewing, handicrafts, making furniture, and improving our small agribusiness.

What are you most grateful for?

I'm grateful that I am a Missionary Sister of the Society of Mary. If not, I would not have been sent to Solomon Islands and wouldn't have met these wonderful people, especially the students that I've lived and worked with since 2014, when I arrived there. I'm always grateful for that, for this journey, for the trust they've given me to be there on behalf of all our sisters and to help.     

View Author Profile


Soeur Maria Fé Rollo : comment changer la vie de jeunes sourds aux îles Salomon

Par Fiona BASILE ; article publié dans https://www.globalsistersreport.org/, un projet du National Catholic Reporter, https://www.ncronline.org/. Ce media en ligne, dont le siège est à Kansas City, Missouri (USA), se veut une source d'information indépendante sur le catholicisme. Fiona Basile est une reporter-photographe freelance résidant à Melbourne, en Australie. Elle est une collaboratrice de la plate-forme d'information de l'archidiocèse de Melbourne et contribue aussi au site de spiritualité ignatienne http://www.ignatianspirituality.com/

[Image] Sr. Maria Fe Rollo, au dernier rang, avec sa classe de calcul et d'alphabétisation, en mars 2018, au Centre éducatif de San Isidro (toutes les photos ont été aimablement communiquée par Maria Fe Rollo)

Sr Maria Fe Rollo est Soeur Missionnaire de la Société de Marie depuis quinze ans. Née à Davao, aux Philippines, elle est entrée dans la congrégation à l'âge de 36 ans, conduite par un charisme missionnaire qui l'appelait à dépasser les frontières pour proclamer l'Evangile, sous l'inspiration de la Vierge Marie et avec son aide. Elle a une formation de professeur du secondaire mais elle a aussi fait de l'enseignement religieux au niveau du primaire, du secondaire et du supérieur, surtout à Davao-City, Maitum et General-Santos-City, dans le sud des Philippines.

En 2013, Sr Georgeanne Marie Donovan, alors supérieure générale de la congrégation, lui a demandé si elle était volontaire pour être nommée aux îles Salomon, dans le Pacifique Sud, au centre éducatif de San Isidro, une école destinée à des personnes sourdes. Fe Rollo a prié et réfléchi à la demande pendant un mois, puis, bien qu'elle ne sache rien de la langue des signes, elle a dit oui.

Situé sur l'île de Guadalcanal, à environ 45 km au nord-ouest de sa capitale, Honiara, le centre éducatif de San Isidro a été fondé par le défunt Frère George van der Zant, de la Société de Marie, en 2007. C'est un centre de formation professionnelle pour étudiants sourds qui viennent de l'ensemble des îles Salomon et comporte un internat. Les âges s'étagent de 16 à 40 ans. Bien que les étudiants soient pour la plupart catholiques, il accueille toute personne sourde. Depuis ses origines, 180 étudiants sont sortis diplômés du Centre.

[Image] Les étudiants et les enseignants du centre éducatif San Isidro posent pour une photo de groupe devant l'atelier du Centre en octobre 2021. Sr Maria Fe Rollo est la cinquième à partir de la droite sur le rang du milieu.

Sr Fe Rollo est arrivée comme bénévole en 2014 pour faire la formation chrétienne et elle a été nommée principale du centre cinq ans plus tard. Avec son équipe de dix personnes, comprenant une autre soeur de sa congrégation, Sr Sonia Tulili originaire du Vanuatu, elle assure au Centre une formation de base au langage écrit, au calcul, aux pratiques de la vie quotidienne (y compris la menuiserie, la couture, des techniques artisanales, l'économie domestique), une formation chrétienne et la langue des signes australienne, l'Auslan. Tous les professeurs pratiquent la langue des signes.

Elle est actuellement à l'origine d'un nouveau projet, avec l'Université Catholique d'Australie et des représentants de la direction de l'enseignement catholique de l'archidiocèse d'Honiara, pour former à l'Auslan 16 personnes, sourdes et entendantes, originaires de toutes les îles Salomon, de sorte qu'elles puissent se déplacer jusque dans les communautés les plus éloignées, à la rencontre des enfants et des jeunes adultes sourds qui y vivent avec leurs familles.

Le projet a été financé par une dotation de recherche de 500 000 $ fournie par le Programme de Soutien au Secteur Educatif dans les îles Salomon, un partenariat entre les gouvernements des îles Salomon, de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande. Ce projet, Fe Rollo l'espère, va changer et améliorer la vie de ses étudiants, de leurs familles et, plus largement, de toute la communauté des îles Salomon.

Fe Rollo a eu cet échange avec Global Sisters Report (GSR) sur la manière dont son rôle missionnaire comme enseignante et éducatrice est aussi devenu une mission de promotion de ses étudiants et de la communauté des sourds des îles Salomon.

GSR- Avant d'arriver au Centre Educatif de San Isodro, aviez-vous une quelconque expérience de la langue des signes et du travail avec les communautés de sourds ?

Fe Rollo—Jeune fille aux Philippines, j'ai appris l'alphabet de la langue des signes américaine. Mais en arrivant à San Isodro, j'ai découvert que la langue des signes était une langue à part entière, et que les différents pays ont leur propre langue des signes, exacement comme pour la langue parlée.

Quand je suis arrivée en juillet 2014,j'ai commencé par observer et par suivre le cours de langue des signes avec les étudiants. En février 2015, j'ai commencé à donner des cours de religion chrétienne avec l'aide d'un interprète. Je me suis aussi proposée, à ce moment, pour enseigner les bases de la langue des signes aux nouveaux étudiants.

C'était pour moi un extraordinaire déplacement éducatif que d'entrer dans la communauté des sourds, et cela m'a ouvert les yeux, : une autre culture, l'enseignement dans des conditions où les étudiants ont des besoins particuliers. Les étudiants sont aussi devenus mes maîtres. Par exemple, quand je fais un cours et qu'un mot me fait défaut, je demande aux étudiants : "Quel est le signe, pour cela?" et ils m'aident.

[Image] Sr Maria Fe Rollo avec Zach, le plus âgé des étudiants de deuxième annéee, dans sa classe de langue des signes au Centre Educatif de San Isodro en août 2019.

GSR- Comment en est-on venu à ce projet de recherche avec l'Université Catholique d'Australie et des représentants de la direction de l'enseignement catholique ?

Fe Rollo—Nous avions appris que certaines familles de nos étudiants disaient : "Ma soeur, nous voudrions apprendre la langue que vous enseignez à l'école à vos étudiants. C'est bon qu'ils apprennent là cette langue, mais nous, nous ne pouvons pas communiquer avec eux".

[Image] Des étudiants du Centre Educatif de San Isodro apprennent à tisser du macramé dans la classe de pratiques de la vie quotidienne de Sr Sonia Tulili en septembre 2021. Sr Tulili a appris le macramé dans une association de mode à Honiara, la capitale des îles Salomon.

De retour chez eux, les étudiants ont développé une langue des signes correspondant au dialecte local. Elle était différente de celle qu'ils avaient apprise à San Isidro. Aussi, quand j'ai commencé à enseigner en 2014 comme bénévole et que j'étais en train d'apprendre les bases de l'Auslan, plus d'une fois il m'est arrivé de ne pas pouvoir entrer en contact avec les étudiants à cause de la barrière de la langue. Il me fallait appeler un membre de l'équipe qui était originaire de l'endroit d'où venaient la majorité des étudiants.

Le problème est que lorsque les étudiants reviennent chez eux, leur famille ne comprend pas cette nouvelle langue des signes que leurs enfants ont apprise au Centre Educatif. Si l'étudiant tombe malade et doit être transporté dans une clinique à partir de chez lui, il n'y a pas de possibilité de communiquer. Si nos diplômés cherchent du travail, ou bien s'ils veulent participer à la vie politique locale, ils ne peuvent pas se faire comprendre. Il y a là un conflit et un blocage, et souvent nos étudiants finissent par revenir à leur propre langue des signes.

Nous avons entendu beaucoup d'histoires semblables. Lorsque nous en avons parlé à Jackson Meke, le directeur de l'enseignement catholique, qui avait soutenu le Fr George depuis les origines, lui et sa collègue, le Dr Mellita Jones de l'Université Catholique d'Australie ont été en mesure de nous aider à formuler l'idée et à la développer pour qu'elle devienne ce Projet.

[Image] Sr Sonia Tulli, debout au fond, dans sa classe de calcul et d'alphabétisation de 3ème et 4ème année en octobre 2022 au Centre Educatif de San Isodro. Dans leur cursus académique (langue des signes, mathématiques, anglais, hygiène et formation chrétienne) les étudiants sont répartis selon leur niveau.

GSR- Pourquoi ce Projet est-il si important pour vous ?

Fe Rollo—C'est le prolongement de l'aide que nous apportons aux étudiants pour qu'ils puissent mieux participer à la vie de leur famille et de leur communauté lorsqu'ils retournent chez eux. Nos étudiants apprennnent tellement, dans notre Centre, qu'ils sont en mesure d'apporter leur contribution à leur retour.

Comme enseignante, j'apprends aussi beaucoup d'eux, et je suis témoin de leur dévelopement en termes de capacité d'apprendre, de confiance en eux, dans le sens de leur identité, de qui ils sont. Ainsi nous avons le sens qu'il y a une responsabilité pour nous à continuer à les accompagner lorsqu'ils reviennent dans leur famille et leur communauté, de sorte qu'ils puissent aussi partager ce qu'ils ont appris avec leur famille et leur communauté, pour les aider à construire leurs vies, à fonder leurs familles et à s'engager dans des activités économiques qui seront bénéfiques pour leur famille et leur communauté.

[Image] Un étudiant enfourne un plateau de petits pains fraîchement confectionnés.

GSR- Tout cela fait penser que ce que vous faites, à San Isidro, change réellement la vie de vos étudiants

Fe Rollo—Oui, oui, c'est une autre manière de le dire, nous voulons continuer à contribuer à changer leurs vies pour le meilleur.

Quand ils arrivent au Centre, ils trouvent un style de vie différent de celui qu'ils ont en famille, dans les pratiques d'hygiène et de santé, et la discipline est une vertu fondamentale que nous leur apprenons. Nous leur apprenons à être à l'heure, à suivre l'emploi du temps, à bien utiliser leur temps et à prendre leurs responsabilités, en ayant le souci les uns des autres, des affaires de l'école et des soins aux animaux.

Nous espérons que, de retour dans leur famille et leur communauté, ils emporteront avec eux ce qu'ils auront appris à San Isidro avec plus de confiance, ils le recréeront et cela peut aussi apporter des changements pour leur famille et leur communauté. C'est ce que le Fr George, notre défunt fondateur, disait pour les encourager : "Pensez toujours à votre avenir. Nous voulons vous aider pour le bien de votre avenir, de sorte que vous puissiez avoir un avenir meilleur." Il répétait toujours cela, et c'est un héritage que nous tentons de perpétuer, d'inculquer à chaque étudiant qui continue à entrer à San Isidro.

[Image] Des étudiants recyclent du plasique en sacs à main et porte-monnaies en juin 2021 à San Isidro.

GSR- Quelles ont été quelques-unes des grâces ou des choses qui ont illuminé votre ministère ?

Fe Rollo—J'ai enseigné pendant de nombreuses années, et après ma première profession chez les SMSM, j'ai été envoyée en mission dans mon pays d'origine, les Philippines, où j'ai travaillé avec de jeunes scolaires.

Quand on m'a demandé de partir en mission hors de mon pays d'origine, et dans une école pour sourds, cela m'a semblé excitant. J'étais déjà enseignante et j'avais une assez large expérience de l'enseignement. Mais quand je suis entrée à San Isidro, j'ai découvert combien il est important, pour une missionnaire, de rester ouverte et de m'autoriser à continuer d'apprendre, parce que j'entrais dans une communauté différente, une culture différente, la culture des sourds des îles Salomon. Aussi ai-je eu à me dépouiller de bien des choses, en termes de ce que je croyais déjà savoir.

Cela n'a pas été facile, mais en même temps, j'avais de l'espoir à cause d'une chose que j'ai découverte de moi au cours de ces huit années, c'est que je reste toujours ouverte à de nouvelles possibilités, et que .cela me semble excitant.

Au cours des années, j'ai eu la possiblité magnifique de voir grandir chacun d'entre eux, en particulier lorsqu'ils commençaient à apprendre à signer, venant d'un très lointain village et arrivant au Centre pour la première fois. La plupart apprennent plus vite quand ils sont ensemble, dans la classe, avec les autres étudiants. Quand je vois une personne nouvelle, apprenant à signer et à s'exprimer, je vois la confiance commencer à grandir en eux. Et quand je les vois commencer à se lever face à la classe pour mener la prière ou pour signer un chant, c'est pour moi à chaque fois un moment d'émerveillement.

[Image] Des étudiants dansent pendant la fête de remise des diplômes dans le hall de l'école de San Isidro.

GSR- Qu'est-ce qui vous soutient et vous nourrit dans votre ministère ?

Fe Rollo—C'est de savoir que j'aide, et que ce n'est pas seulement mon travail. Des fois, quand je suis fatiguée et que je me plains en pensant : "J'aurais aussi bien pu dire non à tout cela", je pense : "Mais je ne le peux pas". Et alors je pense à toutes les autres possibilités offertes et à tout ce que nous pouvons faire en plus pour aider.

Maintenant, j'essaie de créer, avec Caritas Australie, des moyens pour procurer un emploi à nos diplômés, et en même temps pour aider le Centre dans ses efforts vers la durabilité et l'autosuffisance. Nous aimerions pour cela mettre en oeuvre les compétences de nos meilleurs étudiants dans la couture, l'artisanat, la fabrication de meubles et l'amélioration de notre petite entreprise agricole.

GSR- De quoi êtes-vous le plus reconnaissante ?

Je rends grâces d'être une Soeur Missionnaire de la Société de Marie. Si je ne l'avais pas été, je n'aurais pas été envoyée aux îles Salomon et je n'aurais pas rencontré ces personnes merveilleuses, en particulier les étudiants avec qui j'ai vécu et travaillé depuis 2014, quand je suis arrivée ici. Je suis toujours reconnaissante de cela, de ce déplacement, de la confiance que l'on a mise en moi pour être là au nom de toutes nos soeurs, et pour aider.

×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

LAUDATO SI' AND MARIST OCEANIA/ LAUDATO SI’ ET L...
No-Dig part 2 / Cultiver sans labourer le sol. 2èm...
 

Comments 2

Guest
Guest - Phil cody on Sunday, 16 April 2023 20:56

Wonderful
Especially the training so students can go to others
Mary care

Wonderful Especially the training so students can go to others Mary care
Guest
Guest - Margaret Tisch smsm on Monday, 17 April 2023 03:56

What tremndous work you are doing and I can imagine th studnts are just so happy to leaqrnthe sign language and to b tught in sign language.

Cogratulations to staff and students.

What tremndous work you are doing and I can imagine th studnts are just so happy to leaqrnthe sign language and to b tught in sign language. Cogratulations to staff and students.
Already Registered? Login Here
Guest
Monday, 17 June 2024