Child Labor - Le travail des enfants - now & then – aujourd'hui et autrefois

Luwowo-Coltan-Mine-near-Rubaya-North-Kivu---DRC Luwowo-Coltan-Mine-near-Rubaya-North-Kivu---DRC

Child Labor- now and then   [article sent by Jim Carty sm - Australia]

The NOW

How many times each day do you use your iPhone, or your Cell-Phone of whatever you call it. Next time you do, think of the "rare-earth" metal cobalt hidden inside- a critical component- Then ask yourself: where did it come from and who mined it and how was it mined?

Chances are it came from the so-called Democratic Republic of Congo which is the world's largest cobalt mine, and was mined by either a large international Company or by one method known as artisanal mining

That is to say, by a small-scale miner (ASM) who is a subsistence miner not officially employed by a mining company, but works independently, mining minerals using his or her own resources- no insurance, no sick leave no nothing, and at great risk and with back-breaking labour using hand tools and often just their hands. Up to a fifth of production is generated by artisanal miners working in squalid and dangerous conditions with little if any pricing power for their hard-won ore. Among those workers are children as young as four or five who work alongside their family.

Note: Particles emitted during cobalt mining consists radioactive emissions, cancer-causing particles, and particles which may cause vision problems, vomiting and nausea, heart problems, and Thyroid damage.

DRC - Democratic Repbulic of the Congo

Mark Dummett, head of business, security and human rights at Amnesty International, said: "When we first went into mines we saw how men, women and children were working without even the most basic protective equipment such as gloves and face masks, and miners told us about health conditions they experienced, including coughing, pain in their lungs and urinary tract infections."

"In one village we visited, people showed us how the water in the local stream that they drank that they said was contaminated by the discharge of waste from a mineral processing plant," he said.

The Democratic Republic of the Congo is extremely rich in natural resources but has suffered from political instability, a lack of infrastructure, corruption, and centuries of both commercial and colonial extraction and exploitation, followed by more than 60 years of independence, political upheaval, wars and corruption with little development, and between 6 and 7 million killed in local wars.

*ASM is an important socio-economic sector for the rural poor in many developing nations, many of whom have few other options for supporting their families. Over 90% of the world's mining workforce are ASM. There are an estimated 40.5 million men, women and children directly engaged in ASM, from over 80 countries in the global south.

ASMs - Small scale miners

The THEN

But there is another story of the Congo and it is by any measure equal or more brutal, violent and inhumane than what has happened there in recent years.

It is the most horrifying story of the capacity of the evil of one man, King Leopold of Belgium, who perpetrated genocide on a scale beyond imagining - his "subjects"? The people of the Congo who for his own venal purposes exploited and decimated them without mercy.

A story which, as in the present, is another example of exploitation of the people of the Congo and especially using the brutal maiming and murdering of children to force their parents to meet their quota of latex used in the making of rubber for tires to feed the bottomless car markets in Europe and the US.

See the attachment- and a warning be prepared to be disturbed by the photos but please do not avert your eyes- the photos are once again proof positive of the capacity of the human species to perpetrate evil and it's not always banal.

And now that you have finished reading the story of King Leopold let's return to the present.

So here we are again. Rare earths such as Cobalt is in insatiable demand; demands mean profit and any which way it can be made. The same nation, the same people, the Congolese like their forbears are being exploited by big business and big developed nations to feed the inexhaustible demand for modern communication technological products with rare earths, in the same way that the production of latex, extracted from the forests of the Congo, was used to supply the insatiable demand for tires for transport.

In the crucible of suffering more often than not a light appears in the form of someone or some ones who are moved to action - very often Religious women. This was the case of the two Good Shepherd Sisters who appear towards the end of Foreign Correspondence program. 

Enter your text here ...

Labouring until nightfall

This is a quote from the transcript:

A new day

It's 6pm and Mama Natalie and her children sit on the bare concrete floor of their home eating a shared bowl of boiled maize and dried fish, their only meal of the day. In better news for the family, John and King have been offered places at a school run by the nuns of the Sisters of the Good Shepherd, who have rescued more than 4,000 children from the mines and placed them in a school they built themselves.

But the decision to send children to school can be a difficult one. "We encounter resistance," says Sister Wainoi, "because the parents feel taking away the children from training them in the mine is reducing the income of the family. We have seen many cases where parents say, 'If you go to school, we won't feed you'."

To overcome this problem, the sisters have started a feeding program. They now provide all their students with one meal a day. For many, it's the only meal they get. "We see a lot of children putting food in their pockets and when we ask why, they tell us it's to feed a little brother or little sister at home," she says.

The feeding program helps make the decision easier for Mama Natalie. The following week, she helps her sons into donated uniforms. She asks John and King to bow their heads and pray before setting off to class. "These children are our future," Mama Natalie says, as they scurry down the road. "We are young today and are strong but when we get old, they will be in charge."

It's a future that Sister Justicia Nakesa Pili of the Sisters of the Good Shepherd worries about when she sees thousands of children going to the mines. "What will become of tomorrow?" she asks. "We will reach a time when the Congolese children of this generation will be saying that every foreigner, everyone around them, has looted their lives."

So, for discussion at our Breakout meeting – what can we do as we use our phones, knowing as we do, who is making it possible. One of these children?   How can we Help? Discuss

Le travail des enfants – aujourd'hui et autrefois

Aujourd'hui

Combien de fois par jour utilisons-nous un iPhone, ou un smartPhone, quel que soit le nom que nous lui donnons ? La prochaine fois que vous vous en servez, pensez à l'élément rare appelé cobalt qui est caché à l'intérieur. C'est un composant critique. Demandez-vous alors : d'où provient-il ? Qui l'a extrait ? Et comment a-t-il été extrait ?

Il y a des chances qu'il provienne de la dénommée République Démocratique du Congo, qui est la principale source du cobalt dans le monde. Et alors, il aura été extrait, soit par une grande compagnie internationale, soit par le système de l'exploitation artisanale.

Cela veut dire, par de petits exploitants, des mineurs qui travaillent pour leur subsistance (ASM)*. Ils ne sont pas des employés officiels des grandes compagnies, mais des travailleurs indépendants. Ils ou elles extraient le minerai avec leurs propres forces, sans assurance, sans congés maladie ni congés d'aucune sorte, en prenant de grands risques et en effectuant un travail à rompre le dos en utilisant des outils à main et souvent même leurs seules mains. Jusqu'à un cinquième du minerai extrait provient de mineurs artisanaux, travaillant dans des conditions dangereuses, sans aucune hygiène, avec très peu de pouvoir sur le prix de vente de cette matière première durement acquise, et même aucun. Parmi eux, des enfants aussi jeunes que quatre ou cinq ans, qui travaillent avec leur famille.

Il faut noter que les particules émises lors l'extraction du cobalt sont pour certaines radioactives, ou cancérigènes. Il y a des particules qui causent des problèmes de vision, des vomissements et des nausées, des problèmes cardiaques et des maladies de la thyroïde.

Mark Dummet, directeur du département d'Amnesty International chargé de la sécurité au travail et des droits humains, déclare : « Quand nous sommes entrés pour la première fois dans les mines, nous avons constaté qu'hommes, femmes et enfants travaillaient sans les plus élémentaires protections comme des gants ou des masques, et les mineurs nous ont dit leurs problèmes de santé, toux, douleurs pulmonaires et infections urinaires.

Dans un village que nous avons visité, les habitants nous ont montré l'eau de la rivière locale, qu'ils buvaient, et ils nous ont dit qu'elle était contaminée par la décharge d'une usine de raffinage de minerai.

(Voir les photossur les conditions de vie des mineurs artisanaux et la note * en fin de page)

La République Démocratique du Congo est extrêmement riche en ressources minières mais elle souffre de son instabilité politique, de mauvaises infrastructures, de la corruption, et d'un siècled'exploitation et d'extraction de type à la fois colonial et commercial. Puis sont venues 60 années d'indépendance, de troubles politiques, de guerres et de corruption sans développement véritable, avec des guerres civiles qui ont fait entre 6 et 7 millions de morts.

* ASM est l'abréviation anglaise d'Artisanal and Small-scale Mining, Mines artisanales et petites exploitations. La référence renvoie à l'article Artisanal mining de Wikipedia en anglais : https://en.wikipedia.org/wiki/Artisanal_mining. Il n'existe pas dans Wikipedia en français. Les mines artisanales sont un secteur socio-économique important pour les populations rurales pauvres de nombre de nations en développement. Beaucoup de leurs habitants n'ont pratiquement pas d'autre choix pour faire face aux besoins de leurs familles. L'exploitation artisanale regroupe 90% des mineurs dans le monde. On estime à 40,5 millions le nombre d'hommes, de femmes et d'enfants concernés par cette activité, dans plus de 80 pays de l'ensemble du Sud.

Autrefois

Mais il y a une autre histoire à propos du Congo, et elle ne le cède en rien, en brutalité, en violence et en inhumanité, à celle qui se déroule ces dernières années dans ce pays.

C'est l'histoire horrifiante de la capacité de faire du mal d'un unique individu, le roi Léopold de Belgique *, qui a perpétré au Congo un génocide au-delà de ce qu'on peut imaginer. Ses sujets ? Les populations du Congo, qu'il a exploitées pour satisfaire ses intérêts financiers et qu'il a décimées sans aucune pitié.

Cette histoire est, comme aujourd'hui, un exemple de l'exploitation de la population du Congo, pratiquant de brutales mutilations et le meurtre d'enfants pour forcer les parents à remplir le quota exigé de production de latex, pour fabriquer le caoutchouc dont sont faits les pneus de voitures, et satisfaire ainsi les marchés sans limites d'Europe et des Etats-Unis.

Regardez les photos jointes. Préparez-vous à être bouleversé par elles, mais n'en détournez pas les yeux. Ces photos sont une nouvelle preuve évidente de la capacité de faire le mal qui existe au sein de l'espèce humaine, et on ne doit pas la banaliser.

* Note sur les exactions commises par le roi Léopold. Il s'agit de Léopold II, roi des Belges, sous la tutelle personnelle duquel a été placé le territoire du Congo. Liées à l'exploitation du caoutchouc, elles ont été perpétrées entre 1885 et 1908. Voir l'article de Wikiedia :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Exactions_commises_dans_l%27%C3%89tat_ind%C3%A9pendant_du_Congo

See here an English text https://en.wikipedia.org/wiki/Congo_Free_State

Maintenant que vous avez fini de lire l'histoire du roi Léopold, revenons au présent.

Aujourd'hui, les éléments rares, comme le cobalt, sont l'objet d'une demande insatiable. S'il y a demande, il y a profit, et l'on tire du profit par tous les moyens. La même nation, le même peuple, les Congolais, comme leurs ancêtres, sont exploités par les grandes entreprises et les grandes nations développées, pour alimenter leur inépuisable besoin de produits de haute technologie pour leurs moyens de communication modernes, et cela inclut les terres rares. De la même manière que la production de latex tiré des forêts du Congo a été utilisée pour satisfaire la demande insatiable de pneus pour les véhicules de transport.

Dans cette souffrance crucifiante apparaît parfois une lumière, sous la forme d'une personne, ou de quelques personnes, qui passent à l'action. Et ce sont souvent des Religieuses. C'est le cas que rapportent deux sœurs du Bon Pasteur, qui apparaît vers la fin d'un programme de Correspondance Internationale. Voici un extrait de sa transcription.

Un jour nouveau

Il est 6 heures du soir. Maman Natalie et ses enfants sont assis sur le sol de ciment nu de leur foyer et dînent d'un bol partagé de maïs bouilli et de poisson séché, leur unique repas de la journée. Il y a de meilleures nouvelles pour la famille. John et King ont reçu une proposition de places dans une école tenue par les religieuses du Bon Pasteur, qui ont secouru plus de 4 000 enfants arrachés aux mines et les ont placés dans une école qu'elles ont bâtie elles-mêmes.

Mais la décision d'envoyer des enfants à l'école peut être difficile à prendre. « Nous rencontrons des résistances, dit Sœur Wainoi, parce que les parents ont conscience qu'en retirant leurs enfants de l'apprentissage à la mine, ils réduisent le revenu de la famille. Nous avons vu de nombreux cas où des parents ont dit : 'Si,tu vas à l'école, nous ne pouvons plus te nourrir' ».

Pour surmonter ce problème, les Soeurs ont lancé un Programme Alimentaire. Elles fournissent un repas par jour à leurs élèves. Pour beaucoup, c'est le seul qu'ils reçoivent. « Nous constatons que beaucoup d'enfants mettent de la nourriture dans leurs poches. Quand nous leur demandons pourquoi, ils nous disent que c'est pour un petit frère ou une petite sœur qui reste à la maison », dit la Sœur.

Le Programme Alimentaire aide Maman Natalia à prendre sa décision. La semaine suivante, elle aide ses fils à revêtir l'uniforme qui leur a été donné. Elle demande à John et King d'incliner la tête et de faire une prière avant d'aller en classe. « Ces enfants sont notre futur », dit-elle, alors qu'ils se précipitent sur la route. « Aujourd'hui nous sommes jeunes, nous sommes forts, mais quand nous aurons vieilli, ce sera à eux de nous prendre en charge ».

C'est de ce futur que se préoccupe Soeur Justicia Nakesa Pili, de la congrégation du Bon Pasteur, quand elle voit des milliers d'enfants aller travailler dans les mines. « Qu'arrivera-t-il demain ? », demande-t-elle. « Un temps vient où les enfants de cette génération, au Congo, diront que chaque étranger, chacun dans le monde qui les entoure, les a spoliés de leur vie. »

Aussi, à discuter dans notre espace salle à manger, il y a cette question : que pouvons-nous faire, alors même que nous nous servons de nos téléphones portables, sachant ce que nous savons sur ceux qui ont rendu possible leur construction ? L'un de ces enfants ? Comment pouvons-nous apporter de l'aide ? Discutons-en.

×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

COP 15 - Landmark Biodiversity Agreement
dans les ténèbres, une lumière
 

Comments 1

Guest
Guest - Paul Frechette on Monday, 09 January 2023 19:07

Thank you, Ben and Jim.
It is a very telling story and thank God for the Good Shepherd sisters who run a few schools for these poor families.

Thank you, Ben and Jim. It is a very telling story and thank God for the Good Shepherd sisters who run a few schools for these poor families.
Already Registered? Login Here
Guest
Wednesday, 01 February 2023