Cathedral of Hope - Oslow - Laudato Si

Elisabeth-and-the-cake-to-celebrate-World-Environment-Day-Friday-June-5_edited Elizabeth Golding - Oslow - Norway
Elisabeth S. Golding. Friend of the Marists in Norway, delivered the address below in the Cathedral of Hope, Oslow, on World's Environment Day Friday 5 June 2020 


Five years ago, Pope Francis asked us all to take care of the Earth. Have we listened?

After Pope Francis, five years ago, published his "Laudato Si" Encyclical (circular document) to the Catholic Church, to other Christians and to world leaders, as well as to all people of goodwill, many around the world became aware of the environmental challenges facing us all. The Holy Father said "The environmental challenge we are undergoing - and its human roots - is worrying and affects us all… As Christians inspired by this certainty, we want to commit to the conscious and responsible care of our common home" The Pope reminded us that fighting climate change is not just about polar bears - it's about people. It's about our moral obligation to protect our children, our grandchildren and the most vulnerable among us from the most important public health challenge of our time. The Pope reminded us that it is our responsibility to take care of our "common home." To protect natural resources, we rely on a moral obligation. the Holy Father wanted us to acknowledge and act now. It is a basic commitment recognized by religions everywhere, and the Pope reminded us of our individual responsibility to our friends, our family, our neighbours - and our collective commitment to embrace this challenge together. 

As we celebrate the fifth anniversary of the Pope's circular on climate and the environment, my hope is that faith in religious organizations will use this landmark as a time to remind all of us, and especially those in leadership in the public and private sectors, of their commitment to put people - not pollutants or profits - at the forefront of every decision they make. After all, is it not time for us to be thoughtful managers of our precious natural resources? Shouldn't we start by watching the calls of our children? They ask us to save their future by embracing science and facts, implementing and enforcing our rule of law, and developing and delivering an action plan that will finally allow us to avert the existential threat of climate change. What is stopping us from looking ahead and investing in a better future, one that is not built on the backs of the most vulnerable, but instead gives the most vulnerable the kind of immediate benefits they deserve?

Rebuilding our economy following this corona pandemic gives us the greatest opportunity we have ever had to deliver a future worthy of the values that our country Norway is built on and that support our collective aspirations and dreams, and protect our children's health and our natural resources. We can begin to capture that opportunity by investing stimulus Norwegian Crowns in ways that reject fossil fuels in the past and instead build a clean energy economy as the foundation for a cleaner, healthier, safer and more equitable and sustainable future - and one in which we all win. The call for ever more urgent action from a historic slow institution - The Catholic Church - is driven by awareness of the many crises facing the planet.

Enter your text here ...

The coronavirus pandemic struck at the beginning of a decade, which climate scientists say is crucial to reducing greenhouse gas emissions. This would prevent the most serious consequences of climate change, which threaten to exacerbate poverty, hunger, lack of water supply and migration, all of which first and foremost affect the world's most vulnerable communities.

Already, global temperatures have risen 1 degree Celsius since the late 19th century. The planet is on pace to warm another 2 degrees by the end of the century, and to reach the critical 1.5-degree mark as soon as 2030. About 20% of the planet already has it, according to a Pulitzer-winning report by The Washington Post. 

"Laudato Si 'has a tremendous amount of wisdom to show the way forward and help us on that journey," said Tomás Insua, co-founder and executive director of the Global Catholic Climate Movement. The Pope recently said "We are not responding to the many disasters - Who is talking about the fires in Australia, or remember that 18 months ago a boat could cross the North Pole because the glaciers had melted? Who is talking about the many floods? The Coronavirus Pandemic is a reminder to us all about the worldwide implications and financial consequences of diseases.

Climate change is expected to affect public health worldwide to a much greater extent than the WHO's coronavirus. The Pope's last reminder "There is an expression in Spanish which translates 'God always forgives, we sometimes forgive, but nature never forgives.

Some relevant facts; (WHO)

1. Air pollution kills 7 million people a year worldwide. ¨

2. 70 percent of the world's infectious diseases have come from the natural environment, with many from animal-to-human contact.

3. But the air quality has greatly improved due to coronavirus. However, this cannot continue to be achieved by closing the world's economies.

4. Climate change did not cause the coronavirus - but it can help spread future pandemics and diseases.

5. Customizing your diet may be better for both you and the environment.

6. Last year, the UN released a report saying that plant-based diets are better for the environment. One of the reasons is that cows produce large amounts of greenhouse gas methane when they eat. In addition, eating large amounts of meat regularly, especially processed meats, is not so healthy for humans and overweight-related diseases are already putting a huge strain on our health.

ESG.

Friday June 5 2020 

Elisabeth S. Golding.Exposé fait à la cathédrale de l'Espérance pour célébrer la Journée Mondiale de l'Environnement, vendredi 5 juin 2020

Il y a cinq ans, le pape François nous a demandé à tous de prendre soin de la Terre. L'avons-nous écouté?

Après que le pape François, il y a cinq ans, ait publié son encyclique (lettre circulaire) "Laudato Si" destinée à l'Eglise catholique, aux autres communautés chrétiennes et aux dirigeants du monde ainsi qu'à toutes les personnes de bonne volonté, beaucoup dans le monde ont davantage pris conscience des menaces environnementales auxquelles nous devions faire face. Le Saint Père disait : "Le défi environnemental auquel nous sommes affrontés – et son enracinement humain - est inquiétant et nous affecte tous… Chrétiens habités par cette certitude, nous désirons nous engager dans le soin conscient et responsable de notre maison commune". Le pape nous rappelait que le combat contre le changement climatique ne vise pas qu'à protéger les ours polaires - il s'agit de personnes humaines. Il s'agit de notre obligation morale de protéger nos enfants, nos petits-enfants et ceux qui parmi nous sont les plus vulnérables, de la plus importante menace sur la santé publique qui pèse sur notre temps. Le pape nous remet en mémoire que c'est de notre responsabilité de prendre soin de notre "maison commune." Protéger les ressources naturelles relève d'une obligation morale. Le Saint Père demandait que nous en prenions conscience et que nous agissions dès maintenant. Il s'agit d'un engagement fondamental qui est reconnu partout, par toutes les religions, et le pape nous renvoie à notre responsabilité personnelle à l'égard de nos amis, de notre famille, de nos proches – et à notre nécessaire engagement collectif pour lutter ensemble contre cette menace.

Célébrant le cinquième anniversaire de l'encyclique du pape sur le climat et l'environnement, mon espoir est que la foi, au sein des organisations religieuses, profitera de ce repère dans le temps pour nous rappeler à tous, et spécialement à ceux qui exercent des charges de direction dans le secteur public comme dans le secteur privé, de leurresponsabilité : mettre les personnes au centre de toutes les décisions qu'ils prennent – et non pas le profit ou les solutions polluantes. Après tout, n'est-il pas temps pour nous de devenir des gestionnaires intelligents de nos précieuses ressources naturelles? Ne devrions-nous pas commencer par écouter les cris d'appel de nos enfants? Ils nous demandent de sauvegarder leur futur en prenant en compte les faits établis par la science, en établissant et en faisant appliquer la règle de la loi, en développant et en mettant en œuvre un plan d'action qui nous permette d'écarter enfin la menace existentielle que représente le changement climatique. Qu'est-ce qui nous empêche de regarder en avant pour investir dans un avenir meilleur, un avenir qui ne se construit pas au détriment des plus vulnérables, mais qui au contraire leur donne la part des bénéfices immédiats qui leur est due?

La reconstruction de notre économie à la suite de l'épidémie du coronavirus nous donne la plus grand chance qui soit de faire advenir un futur digne des valeurs sur lesquelles notre pays, la Norvège, est bâtie. Cela conforte nos aspirations collectives et nos rêves, cela protège la santé de nos enfants et économise nos ressources naturelles. Nous pouvons commencer à saisir cette chance en investissant des sommes signifiantes, en couronnes norvégiennes, dans des processus qui rejettent dans le passé les carburants fossiles et qui, à la place, construisent une économie fondée sur une énergie propre, comme la base d'un futur plus propre, plus sain, plus sûr, plus équitable et plus durable - un futur dans lequel nous sommes tous gagnants. L'appel pour une action d'urgence, venant d'une institution comme l'Eglise catholique, à la lenteur historique – résulte de la prise de conscience des nombreuses crises à laquelle la planète doit faire face.

La pandémie du coronavirus frappe au commencement d'une décade qui, selon les spécialistes du climat, est cruciale pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cela pourrait éviter les conséquences les plus sérieuses du changement climatique, qui menace d'exacerber la pauvreté, la faim, le manque d'eau et les migrations, toutes réalités qui, d'abord et avant tout, affectent les collectivité les plus vulnérables du monde.

La température moyenne a déjà augmenté d'un degré Celsius depuis la fin du 19ème siècle. Un réchauffement de 2 degrés de plus est en cours d'ici la fin de ce siècle, et le point critique de 1.5 degré pourrait être atteint dès 2030. Environ 20% de la planète en est déjà là, selon un reportage du journal "The Washington Post", récompensé par le prix Pulitzer.

"Laudato Si ' porte un extraordinaire capital de sagesse, nous montrant le chemin à suivre et nous aidant sur le trajet," dit Tomás Insua, co-fondateur et directeur exécutif du Global Catholic Climate Movement (GCCM), le Mouvement catholique mondial pour le climat. Le pape disait dernièrement : "Il y a beaucoup de désastres qui passent inaperçus. Qui parle des incendies en Australie ? Qui se souvient qu'un navire est parvenu au Pôle Nord il y a 18 mois parce que la banquise avait fondu ? Qui parle de la recrudescence des inondations ? La pandémie du Coronavirus est pour nous un rappel des conséquences planétaires des maladies, et de leur impact financier.

On prévoit que le changement climatique affectera la santé publique dans le monde entier d'une manière beaucoup plus étendue que le coronavirus, selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Le pape donne un dernier avertissement : "Un proverbe espagnol dit que Dieu pardonne tout, que nous pardonnons parfois mais que la nature ne pardonne jamais."

Quelques faits significatifs (OMS)

1. La pollution de l'air cause la mort de 7 millions de personnes par an dans le monde.

2. 70 pour cent des maladies infectieuses dans le monde proviennent de l'environnement naturel, et parmi elles beaucoup du contact entre l'animal et l'homme.

3. La qualité de l'air s'est grandement améliorée à la suite de l'épidémie liée au coronavirus. Pourtant ce n'est pas en fermant l'économie mondiale qu'on rendra cette amélioration durable.

4. Le changement climatique n'est pas la cause de l'épidémie de coronavirus – mais il peut contribuer à répandre de futures pandémies et d'autres maladies.

5. Faire attention à sa manière de se nourrir peut être à la fois meilleur pour soi et pour l'environnement.

6. L'an dernier, les Nations Unies ont publié un rapport montrant que les régimes alimentaires à base de végétaux respectent mieux l'environnement. Une des raisons en est que le bétail émet en se nourrissant de grandes quantités de méthane, gaz à fort effet de serre. Par ailleurs, manger régulièrement de grandes quantités de viande, spécialement les produits industriels, n'est pas très bon pour la santé chez les humains. Les maladies liées au surpoids représentent déjà comme une lourde charge pour notre santé.

ESG.


'Give it a go' - 'Echale Ganas'
Marist Tutu Rural Training Centre
 

Comments

No comments made yet. Be the first to submit a comment
Already Registered? Login Here
Guest
Wednesday, 21 October 2020

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://jpicblog.maristsm.org/