a Sandwich - a means of Encounter

notre-dame-church-london Saturday Sandwich for the Homeless

Cosme, a Volunteer at NDF, London, a Marist Ministry writes:    

"The sandwich service at Notre Dame de France is a special place". So I was told by my friend Laure a few years ago, at a time when I was looking to give some of my time to help others. I had been somewhat reluctant to go, wake up earlier than I used to on a Saturday morning and meet homeless people. I feared it might make me feel uncomfortable: what would I say, how should I speak, how could I really help? One day, I decided to go, and since then I have always wondered why I hadn't joined the service earlier. This has been a blessing for me in some many ways.

The service is open every Saturday for two hours, from 12.30pm to 14.30pm. Volunteers come in at 10.30am to prepare the place, lay out the tables and chairs, butter sandwiches that will be later served with pizzas, soups, tea, coffee, cakes and fruits. The volunteers work to make the area a welcoming place. We welcome 100 to 140 guests from all different backgrounds: the regular, the newcomer, the homeless, the lonely, the sick, the poor worker, the foreigner, the neighbour: all those with broken relationships, who find life difficult. The entrance door opens directly to the busy Leicester square in Central London, making it easy for people to come in and go as they wish. The first hour is always very busy. During the second hour there is more time to start a conversation with our guests.


The service is run by brother Ivan and Marie, surrounded by 12 volunteers from a larger group of 20-30 people, most of them regulars. To run it smoothly, like a family, one needs both organisation and warmth, which is so very well achieved here. Marie is a mother to all guests and Ivan's sense of humor is second to none. Both make sure that everyone – guests and volunteers- are welcome and supported.

I soon realized that the sandwich service is not so much about the food. It is about encounter. It is a mean to renew relationships and create a nest, a familiar place for those who don't have one. And, for all of us, this is a place to encounter the living God. I tried to explain the needs of our guests to my 8 year old niece and she summarized it beautifully: "in fact, they are just in need of love". When the Marist community organised a day of training for us volunteers, I was struck by this sentence: "this is not a place to solve their problem, this is a place that creates the conditions for their problems to be solved". Like a harbor for a distressed ship, this is a place where one finds the support, energy and light to go forward. This service, through the means of giving out sandwiches, allows us to create a link, a connection and reach out to the vulnerable. And, by doing so, it makes the ordinary become extraordinary. One just doesn't notice it immediately.

The other volunteers quickly showed me how to overcome my fear of discomfort and how to welcome our guests. It is simple once you've realised it: it is not about you, what you may say, what you may do, it is about them: simply welcome them as guests, as brothers and the words will come out naturally: "what would you like?", "what can I do for you?", "do you have any preference?", "is it your first time here?", "how can I help?", "I remember you came last time, it is good to see you". I remember I was afraid I wouldn't quite know what to say and hold a conversation. But, here again, it is so simple: let them do the talking! Be a listening ear, a comforting and understanding one. You shall find the words.

Some have a great sense of humour. Most of them are so very nice. A guest once asked for a caviar sandwich (possibly accompanied with some fine beverage). I replied that I would have loved to give him one but unfortunately none was available for the day, and that I could only offer him the best hand-made ham-and-cheese-on-brown-bread sandwich in town (let's not be too modest!) Another tried every week to have me guess his favourite sandwich, until I got it in the end and could bring it to him as soon as I saw him coming (yes, this is the aforementioned hand-made ham-and-cheese-on-brown-bread sandwich!) Another guest, who was homeless, once asked me how I was doing and I replied that I hadn't slept so well the previous night, to which he replied, funnily: "I didn't sleep very well either". I felt uncomfortable for a second and ashamed of my careless answer before I laughed wholeheartedly with him. 

But above all, what I have received from the sandwich service is so much greater than what I could give. "Give and you shall receive" say the Scriptures, and I realize how very true this is. After the time spent with our guests, the difficulties, tiredness and problems of my week are all gone. Once I am with them my life is no longer about me, it is about reaching out to others, loving them as they are, putting them first and receiving the fruits they give me. You just don't notice when it happens, like the disciples of Emmaus realizing afterwards that their hearts were burning in the presence of Christ, only to realize it when he had disappeared from their sight. I understand better what is meant by encountering Christ in the poor, and the preferential option for the poor highlighted in Catholic social teachings. How could I forget the gratefulness I once received when preparing and giving out a coffee, or the smile and gratitude from a guest as he was leaving, or this lady giving back half of her sandwich for others to take, or this guest hugging me after we hadn't seen each other for a long time, calling me by my name? These are all treasures I cherish. Yes, this sandwich service is quite a special place.

Another Volunteer, Marie, writes:  "I joined the Saturday Sandwich Service team of Notre Dame de France in London on 5th November 2011 after 3 successive years suffering from the loss of 4 family members including my husband I started looking for ways of healing myself by giving some of my free time to people less fortunate,and I have dedicated Saturdays to this initiative all these years.

The Sandwich Service team consists of 12 dedicated volunteers making sandwiches, preparing soups, coffee and tea, hospitality to guests and cleaning up afterwards. Brother Ivan and I are responsible for organizing the food and coordinating the volunteers.Usually there are a 100 plus guests during the two hours opening 12:30 – 14:30,. We receive many guests from several different backgrounds, countries, the homeless, the hidden homeless as well as the lonely. Interestingly, most of our regular guests come to the Sandwich Service for companionship and socialization for many of them often have not a single conversation in a week!

For my part, I have met and got to know a lot of interesting people. I feel enriched by this particular challenging job which requires assorted skills: team work, authority, compassion, patience and organisation.All in all, I have found the experience most rewarding, for instance once I was given a bunch of flowers, fully wrapped up by a regular guest , I thanked her and said " You needn't do that" .She replied "Oh it's nothing, I just found them in a bin and thought they were rather nice for Marie" -What a lovely thought that was!

As Mother Teresa said: Not all of us can do great things, but we can do small things with great love, andthat is what I am trying to do.

Marie – October 2019


Le sandwich du samedi pour les sans-abri - Notre-Dame de France, Londres Publié 

par Ben sm Dimanche 10 novembre 2019 

Témoignage de Cosme, bénévole à NDF, un ministère qui est confié aux Maristes de Londres.

"Servir le sandwich à Notre Dame de France, c'est une tâche qui n'est pas banale". C'est ce que m'avait dit une amie, Laure, il y a quelques années, à un moment où je voulais consacrer une partie de mon temps à aider les autres. J'avais eu quelques réticences à m'y engager, parce qu'il fallait se lever plus tôt que je n'en avais l'habitude le samedi matin, et qu'il s'agissait de rencontrer des gens de la rue. Je craignais d'être gêné face à eux, que leur dire, comment leur parler, comment leur être vraiment utile. Un jour, je me suis décidé, et depuis, je me demande pourquoi je ne l'ai pas fait plus tôt. Cela m'a fait un grand bien, et de multiples manières

Le service a lieu chaque samedi. Il dure deux heures, de 12h30 à 14h30. Les bénévoles arrivent à 10h30 pour la préparation, sortir les tables et les chaises, beurrer les tartines. Les sandwiches sont servis ensuite avec des pizzas, de la soupe, du thé, du café, des petits gâteaux et des fruits. Les bénévoles font en sorte que l'endroit soit accueillant. Nous recevons de 100 à 140 hôtes aux parcours divers. Il y a ceux qui viennent régulièrement, les nouveaux, les sans-abri, les personnes seules, les malades, les travailleurs pauvres, les étrangers, les gens du voisinage. Tous ceux qui ont vécu la rupture de leurs relations, ceux qui trouvent la vie difficile. La porte donne directement sur la place si animée de Leicester Square, en plein centre de Londres, ce qui facilite l'entrée et la sortie selon le désir de chacun. Il y a toujours beaucoup de monde pendant la première heure. Pendant la seconde, nous avons plus de temps pour engager la conversation avec nos hôtes.

La responsabilité du service revient au Fr Ivan et à Marie, entourés d'une douzaine de bénévoles. Ils font partie d'un groupe plus important de 20 à 30 personnes qui se relaient régulièrement. Pour que cela marche bien, d'une manière familiale, il faut à la fois le sens de l'organisation et de la chaleur humaine, et l'un comme l'autre sont présents ici de très belle manière. Marie est comme une mère à l'égard de toutes les personnes accueillies, et Ivan fait preuve d'un sens de l'humour à nul autre pareil. A eux deux, ils font en sorte que chacun se sente bien, hôtes et bénévoles, et que chacun trouve le soutien nécessaire

Je me suis vite rendu compte que le sandwich, ce n'était pas d'abord de la nourriture. C'est d'abord de la rencontre. C'est un moyen de renouer des relations, d'ouvrir un espace familial à ceux qui n'en ont plus. Et, pour chacun d'entre nous, c'est un endroit où l'on rencontre le Dieu vivant. J'ai tenté d'expliquer ce dont nos hôtes ont besoin à ma nièce de huit ans, et elle l'a résumé d'une manière merveilleuse : "En fait, tout ce qu'ils cherchent, c'est de l'amour". Quand la communauté mariste a organisé une journée de formation pour nous, les bénévoles, j'ai été frappé par cette phrase : "Ce n'est pas l'endroit où résoudre leurs problèmes, c'est l'endroit qui crée les conditions grâce auxquelles leurs problèmes pourront trouver une solution". Comme un port pour un navire en détresse, c'est un lieu où chacun peut trouver un soutien, une énergie, une lumière pour aller de l'avant. Servir un sandwich est le moyen de créer un lien, une relation, ce qui nous rapproche des plus vulnérables. En réalisant cela, on fait que l'ordinaire devient l'extraordinaire, même si on ne le remarque pas immédiatement.

Les autres bénévoles m'ont très vite montré comment surmonter ma crainte d'être mal à l'aise, et comment en fait on accueille nos hôtes. C'est simple, une fois qu'on l'a compris : il ne s'agit pas de vous, de ce que vous pouvez dire, de ce que vous pouvez faire, c'est d'eux qu'il s'agit. A les accueillir comme des visiteurs, comme des frères, les mots viennent tout seuls. "Qu'est-ce que vous voulez prendre?" "Qu'est-ce que je peux vous servir?" "Y a-t-il quelque chose que vous préféreriez?" "Est-ce la première fois que vous venez ici?" "Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous?" "Je me rappelle que vous êtes déjà venu, c'est bien de vous retrouver". Je me souviens que j'avais peur de ne savoir absolument pas quoi dire, d'être incapable de tenir une conversation. Mais à être là, c'est tout simple: il suffit de les laisser parler. Être une oreille attentive, offrant réconfort et compréhension. On trouve tout de suite les mots.

Certaines de ces personnes ont un grand sens de l'humour. Le plupart sont extrêmement sympathiques. L'une m'a demandé une fois un sandwich au caviar, si possible accompagné d'une liqueur. J'ai répondu que j'aurais aimé lui fournir ce qu'il demandait, mais que ce jour-là, malheureusement, ces produits n'étaient pas disponibles. Je pouvais cependant lui servir le meilleur sandwich du marché, fait main, au jambon et au fromage, et au pain complet (ne soyons pas modestes). Une autre personne tentait chaque samedi de me faire deviner quel était son sandwich préféré, jusqu'à ce qu'à la fin je comprenne. Dès que je la voyais arriver, je lui apportais le fameux sandwich au jambon et au fromage, comme celui qu'elle préférait. Un autre hôte, qui vivait dans la rue, m'a demandé une fois comment j'allais. Je lui ai répondu que je n'avais pas très bien dormi la nuit précédente, et il a répliqué "Moi non plus". Pendant une seconde je me suis senti mal à l'aise, honteux de ma maladresse, avant de rire de bon cœur avec lui.

Ce que j'ai reçu en servant les sandwich est finalement bien plus fort que tout ce que j'aurais pu donner. "Donnez, et vous recevrez", dit l'Évangile, et je me rends compte à quel point c'est vrai. Après le temps passé avec nos hôtes, les difficultés, la fatigue, les problèmes de ma semaine disparaissent. Quand je suis avec eux, ma vie ne me concerne plus seul, elle est dans le fait de rejoindre les autres, de les aimer comme ils sont, de les faire passer en premier et de récolter les fruits de la rencontre. On ne s'en rend pas compte au moment où cela se produit, comme pour les disciples d'Emmaüs réalisant après coup que leurs cœurs étaient brûlants en la présence du Christ, et le constatant seulement une fois qu'il a disparu à leurs yeux. Je comprends mieux ce que cela signifie de rencontrer le Christ dans les pauvres, et ce que signifie l'option préférentielle pour les pauvres qui est centrale dans l'enseignement social de l'Église catholique. Comment oublierais-je la gratitude qui m'a été exprimée quand je préparais un café pour l'offrir, ou le sourire plein de reconnaissance d'une personne au moment de partir, ou cette dame donnant la moitié de son sandwich pour que d'autres puissent en profiter, ou ce visiteur me prenant dans ses bras et m'appelant par mon nom, parce que nous ne nous étions pas vus depuis longtemps. Tout cela, ce sont des trésors qui me sont chers. Oui, servir les sandwichs à Notre-Dame de France est une activité très extraordinaire."

Marie, une autre bénévole, écrit: "Je participe au service des sandwichs de Notre-Dame de France à Londres depuis le 5 novembre 2011, après le deuil qui m'a enlevé quatre membres de ma famille, dont mon mari. Je cherchais un chemin de guérison, en donnant un peu de mon temps à des personnes moins favorisées, et pendant toutes ces années, j'ai consacré mes samedis à cette œuvre.

L'équipe du service compte douze bénévoles, qui travaillent à la confection des sandwichs, à la préparation des soupes, du café et du thé, accueillent les hôtes et assurent ensuite le nettoyage et le rangement. Avec le Fr. Ivan je suis chargée de l'approvisionnement et de la coordination des bénévoles. Généralement, il y a plus de cent personnes qui sont accueillies pendant les deux heures d'ouverture, entre 12h30 et 14h30. Elles viennent d'horizons et de pays très différents, les gens de la rue, ceux qui s'en cachent, et aussi bien les personnes seules. De manière significative, la plupart de nos hôtes réguliers viennent pour la rencontre, pour la joie de bavarder, car beaucoup d'entre n'ont de toute la semaine aucune autre occasion de parler à des personnes.

Pour ma part, j'ai pu rencontrer là un grand nombre de personnes remarquables et faire leur connaissance. J'apprécie le caractère particulièrement enrichissant de ce travail exigeant, en ce qu'il requiert des aptitudes comme le travail d'équipe, l'autorité, la compassion, la patience et le sens de l'organisation. Au total, j'ai trouvé l'expérience extrêmement bénéfique pour moi, comme par exemple le jour où j'ai reçu d'une visiteuse régulière un beau bouquet de fleurs parfaitement emballé. Je l'ai remerciée et lui ai dit: "Vous n'auriez pas dû faire cela". Elle m'a répondu: "Oh, ce n'est rien,  je l'ai trouvé dans une poubelle, et j'ai pensé qu'il ferait plaisir à Marie." Quelle adorable pensée! 

Comme disait Mère Thérésa, "tous parmi nous ne peuvent pas faire de grandes choses, mais nous pouvons tous faire de petites choses avec un grand amour." C'est ce que je m'efforce de faire.

Marie – Octobre 2019

A Marian Scene inside Notre Dame de France, London.

Art depicting the Sanctuary where the Homeless are welcome

Sr Catherine Jones smsm and the Volunteers of 2017

HIV-AIDS Ministry - Ranong
SMNZ Draft Sustainability Policy
 

Comments 2

Guest - Paul on Monday, 11 November 2019 04:12

Many of Jesus's encounters with those on the margins of the Temple and society at large were around food as it is at NDdeF, London!

Many of Jesus's encounters with those on the margins of the Temple and society at large were around food as it is at NDdeF, London!
Ben sm on Monday, 11 November 2019 21:04

Yes, Paul, spot on!

Yes, Paul, spot on!
Already Registered? Login Here
Guest
Saturday, 14 December 2019