Lest we forget - Nuclear warfare

Nagasaki-pic-1 Lest we forget - Nagasaki 09 August 1945

Fr Jim Carty sm, Aussie Marist, calls us, in our current world situation, to remember the tragedy of Nuclear Warfare

The secretary general of the United Nations warned on Monday (1stAugust 2022) that humanity was "just one misunderstanding, one miscalculation away from nuclear annihilation," citing the war in Ukraine among the conflicts driving the risk to a level not seen since the height of the Cold War.

"All this at a time when the risks of proliferation are growing and guardrails to prevent escalation are weakening," the official, António Guterres, said. "And when crises — with nuclear undertones — are festering from the Middle East and the Korean Peninsula to Russia's invasion of Ukraine."

Mr. Guterres was speaking at the opening session of a conference at the U.N. headquarters in New York about upholding and securing the 50-year-old global Treaty on the Non-Proliferation of nuclear weapons, meant to prevent the spread of nuclear weapons, aiming for eventual disarmament.

History once again is in danger of repeating itself- which begs the question sung by the folk trio Peter, Paul and Mary- "When will the ever learn"? Why is it that we still haven't learnt from the horror and devastation caused by the two nuclear bombs dropped on Japan in 1945.

"The Doomsday Clock, created by the Bulletin of the Atomic Scientists, is set at 100 seconds to midnight, the closest since the nuclear watchdog"

To: Leaders and citizens of the world       Re: At doom's doorstep: It is 100 seconds to midnight

Date: January 20, 2022 (one month before Putin invaded Ukraine)

100 seconds to midnight - that is to say "something widely feared as a possible fearful occurrence" – namely the specter of nuclear holocaust. Thanks to Putin's war in Ukraine, the clock has been reset. In the light of The Secretary General's dire warning lets recall what happened back then.

This year on August 6th and 9th marks the 77th year of the dropping of two nuclear bombs one on Hiroshima the other on Nagasaki.

The bomb dropped on Hiroshima

On August 6, 1945, the United States dropped an atomic bomb, known as "Little Boy", a uranium gun-type bomb that exploded with about thirteen kilotons of force. At the time of the bombing, Hiroshima was home to 280,000-290,000 civilians as well as 43,000 soldiers. Between 90,000 and 166,000 people are believed to have died from the bomb in the four-month period following the explosion. The U.S. Department of Energy has estimated that after five years there were perhaps 200,000 or more fatalities as a result of the bombing, while the city of Hiroshima has estimated that 237,000 people were killed directly or indirectly by the bomb's effects, including burns, radiation sickness, and cancer.

The man who was Vaporized

Those who were close to the epi-center of the explosion were simply vaporized by the intensity of the heat. One man left only a dark shadow on the steps of a bank as he sat. The mother of Miyoko Osugi, a 13-year-old schoolgirl working on the fire lanes, never found her body, but she did find her geta, sandal. The area covered by Miyoko's foot remained light, in contrast to the rest of the area around which was darkened by the blast.

Nagasaki October 1945

 Hiroshima By John Hersey

Hersey wrote this article for the New Yorker after visiting Hiroshima a year after the bomb and captures the event through the eyes and memories of six people who were there at the time. What follows is his introduction- the book is well worth reading.

August 23, 1946

" Noiseless Flash

At exactly fifteen minutes past eight in the morning, on August 6, 1945, Japanese time, at the moment when the atomic bomb flashed above Hiroshima, Miss Toshiko Sasaki, a clerk in the personnel department of the East Asia Tin Works, had just sat down at her place in the plant office and was turning her head to speak to the girl at the next desk. At that same moment, Dr. Masakazu Fujii was settling down cross-legged to read the Osaka Asahi on the porch of his private hospital, overhanging one of the seven deltaic rivers which divide Hiroshima; Mrs. Hatsuyo Nakamura, a tailor's widow, stood by the window of her kitchen, watching a neighbor tearing down his house because it lay in the path of an air-raid-defense fire lane; Father Wilhelm Kleinsorge, a German priest of the Society of Jesus, reclined in his underwear on a cot on the top floor of his order's three-story mission house, reading a Jesuit magazine, Stimmen der Zeit; Dr. Terufumi Sasaki, a young member of the surgical staff of the city's large, modern Red Cross Hospital, walked along one of the hospital corridors with a blood specimen for a Wassermann test in his hand; and the Reverend Mr. Kiyoshi Tanimoto, pastor of the Hiroshima Methodist Church, paused at the door of a rich man's house in Koi, the city's western suburb, and prepared to unload a handcart full of things he had evacuated from town in fear of the massive B-29 raid which everyone expected Hiroshima to suffer. A hundred thousand people were killed by the atomic bomb, and these six were among the survivors. They still wonder why they lived when so many others died. Each of them counts many small items of chance or volition—a step taken in time, a decision to go indoors, catching one streetcar instead of the next—that spared him. And now each knows that in the act of survival he lived a dozen lives and saw more death than he ever thought he would see. At the time, none of them knew anything.

"What has kept the world safe from the bomb since 1945 has been the memory of what happened at Hiroshima." The author. (what would he say today?)

Nagasaki

Three days after the United States dropped an atomic bomb on Hiroshima, a second atomic bomb was dropped on Nagasaki on August 9 – a 21-kiloton plutonium device known as "Fat Man." On the day of the bombing, an estimated 263,000 were in Nagasaki, including 240,000 Japanese residents, 9,000 Japanese soldiers, and 400 prisoners of war. Prior to August 9, Nagasaki had been the target of small scale bombing by the United States. Though the damage from these bombings was relatively small, it created considerable concern in Nagasaki and many people were evacuated to rural areas for safety, thus reducing the population in the city at the time of the nuclear attack. It is estimated that between 40,000 and 75,000 people died immediately following the atomic explosion, while another 60,000 people suffered severe injuries. Total deaths by the end of 1945 may have reached 80,000.


Nagasaki's Urakami Cathedral after the bombing

A Song for Nagasaki –Paul Glynn Marist Priest

"On August 9, 1945, an American B-29 dropped an atomic bomb on Nagasaki, Japan, killing tens of thousands of people in the blink of an eye, while fatally injuring and poisoning thousands more. Among the survivors was Takashi Nagai, a pioneer in radiology research and a convert to the Catholic Faith. Living in the rubble of the ruined city and suffering from leukemia caused by over-exposure to radiation, Nagai lived out the remainder of his remarkable life by bringing physical and spiritual healing to his war-weary people."

"Christians and non-Christians alike were deeply moved by Nagai's faith in Christ that made him like Job of the Scriptures: in the midst of the nuclear wilderness he kept his heart in tranquility and peace, neither bearing resentment against any man nor cursing God."  —Shusaku Endo, from the Foreword

Paul's book which has sold upwards of 100,000 and translated into many languages, has made an outstanding contribution to many books like John Hersey's reminding the world of the futility of war, the suffering it brings and especially incomprehensible outcomes that will follow if the nuclear button is pushed. 

 Barbara Trauth is a native Cincinnatian. She has a B.S. from Edgecliff College of Xavier University and studied painting and sculpture at The Art Academy of Cincinnati

A Reason for the Hope Within: Nagai Takashi's Catholic Understanding of the Bombing of Nagasaki."

"Dr. Takashi Nagai is the subject of Fr. Paul Glynn's A Song for Nagasaki, the biography that inspired local artist Barbara to create the sculpture unveiled at this event. Dr. Nagai is also the subject of the event's talk, in which Professor Doak gave a brief overview of Dr. Nagai's life and conversion to Catholicism, experience as an atomic bomb victim in Nagasaki, and most importantly Dr. Nagai's legacy, a view that even this horrific bombing (in which he lost his wife and many friends) should be considered a grace from God, specifically an offering of the unblemished victims in atonement for sin.

Mr. Putin, who put his nuclear forces into "special combat readiness" in the early days of the invasion in February, also sent a message to the non-proliferation conference.

"We believe that there can be no winners in a nuclear war, and it must never be fought," Mr. Putin wrote, according to Tass, the Russian news agency. "We advocate equal and inseparable security for all members of the international community."

How very comforting that is! like his comment that the huge military build-up months before Russia began invading Ukraine, was only a military exercise. And then when Russia invaded, he described it as a "Special military operation".

Sculpture of Nagai Tashaki

A word of warning- to read any further may cause the reader severe distress:

A quick comparison between the explosive power of the two bombs dropped on the Japanese cities highlights the terrifying destructive power of the modern weapons, is indeed very sobering:

The Little Boy and the Fat Man were atomic bombs, or fission bombs, which set off a chain reaction of nuclear fission. The atomic nuclei of radioactive materials were split to create different elements, which releases a large amount of energy, splitting more atoms as a result and producing a destructive explosion.

In a thermonuclear weapon, often called a hydrogen bomb, the fission process is only the beginning. Modern nuclear weapons, such as the United States' B83 bombs, use a similar fission process to what is used in atomic bombs. But that initial energy then ignites a fusion reaction in a secondary core of the hydrogen isotopes deuterium and tritium. The nuclei of the hydrogen atoms fuse together to form helium, and again a chain reaction results in an explosion—this time a much more powerful one.

The blast from the Little Boy released about 15 kilotons of energy, equivalent to 15,000 tons of TNT, and sent a mushroom cloud up to about 25,000 feet. The Fat Man produced an explosion of about 21 kilotons.

The B83? 1.2 megatons, equalling 1,200,000 tons of TNT, making it 80 times more powerful than the Little Boy.

It gets even more terrifying than that. The largest nuclear weapon ever detonated, the Tsar Bomba, set off by the Soviet Union in 1961, produced an insane 50-megaton blast—about 3,333 times more powerful than the Little Boy bomb that levelled an entire city.

The Tsar Bomba is the largest manmade explosion to date, sending a mushroom cloud up to more than 130,000 feet in altitude—about 4.5 times the height of Mount Everest—as it sent shockwaves around the globe three times over.

Russia has 1,588 weapons deployed on intercontinental missiles, which have a range of at least 3,417 miles (5,500 kilometers) and heavy bomber bases, which host aircraft capable of carrying and dropping a nuclear payload.

The U.S. has 1,644 weapons poised in the same way. (The two countries also have another nearly 5,000 active bombs between them that are functional and simply awaiting launchers.) A full-scale nuclear war could easily represent an extinction event for humanity — not just because of the initial deaths but also because of the global cooling, so-called nuclear winter, that would follow.

Conclusion? Draw your own.

And have a nice day! It might well be your last!

JC

 De peur que nous oublions !

L'avertissement du Secrétaire général des Nations-Unies

Le Secrétaire général des Nations-Unies a déclaré, le 1er août 2022, que l'humanité n'était « qu'à un malentendu, à une erreur de calcul de l'anéantissement nucléaire », mentionnant la guerre en Ukraine parmi les conflits qui portent le risque à un niveau qui n'a jamais été atteint depuis les sommets de la guerre froide.

« Tout cela, à un moment où s'accroissent les risques de prolifération et où s'affaiblissent les dispositifs de sécurité permettant de prévenir l'escalade », dit le Secrétaire général António Gutierres. « Et quand des crises ayant des arrière-fonds nucléaires sont des plaies purulentes, du Moyen-Orient et de la péninsule de Corée jusqu'à l'Ukraine envahie par la Russie ».

(NdlR Cette partie du texte bilingue du Secrétaire général est en anglais. La traduction en est personnelle, et non officielle).

M. Gutierres s'exprimait au siège des Nations-Unies à New-York lors de la session d'ouverture d'une conférence visant à maintenir et à renforcer le Traité global de Non-Prolifération des armes nucléaires signé il y a 50 ans, dont l'objet est de prévenir la diffusion des armes nucléaires, dans la perspective d'un éventuel désarmement.

L'Histoire semble toujours à nouveau risquer de se répéter – et se pose la question chantée par le trio folk Peter, Paul and Mary « Quand le 'Toujours' finira-t-il par apprendre ? » Comment se fait-il que nous n'ayons toujours pas appris de l'horreur et de la dévastation causées par le largage des deux bombes nucléaires sur le Japon en 1945 ?

L'Horloge de la fin du monde à 100 secondes de minuit

« L'Horloge de la fin du monde, créée par le Bulletin of the Atomic Scientists (Bulletin des Scientifiques atomistes ), est maintenant à 100 secondes de minuit, au plus près depuis qu'existe cet organisme d'alerte nucléaire ».

Aux dirigeants et citoyens du monde

Au seuil de la destruction finale : nous sommes à 100 secondes avant minuit

Date : 20 janvier 2022 (un mois avant que Poutine n'envahisse l'Ukraine)

100 secondes avant minuit – c'est-à-dire « quelque chose que beaucoup redoutent comme une effrayante possibilité, le spectre de l'holocauste nucléaire. » Grâce à Poutine et à sa guerre en Ukraine, l'horloge a été mise à l'heure. A la lumière du sévère avertissement du Secrétaire général des Nations-Unies, rappelons-nous de ce qui est arrivé alors.

Cette année marque le 77ème anniversaire, les 6 et 9 août 1945, du largage de deux bombes atomiques, l'une sur Hiroshima, l'autre sur Nagasaki.

La bombe lancée sur Hiroshima

Le 6 août 1945, les États-Unis ont lancé une bombe atomique, sous le nom de code « Little boy » (petit garçon), une bombe à uranium dont l'explosion a été équivalente à celle de 15 000 tonnes d'explosifs conventionnels. Au moment du bombardement, Hiroshima hébergeait entre 180 000 et 190 000 habitants civils et environ 43 000 soldats. On estime que de 90 000 à 166 000 personnes sont mortes des suites du bombardement sur une période de quatre mois à partir de l'explosion. Le Département de l'Énergie des États-Unis a évalué à plus de 200 000 le nombre de décès résultant de la bombe, alors que la Ville d'Hiroshima estime que 237 000 personne ont été tuées, directement ou indirectement, par les effets de la bombe, des suites de brûlures, de maladie des radiations et de cancer.

L'homme qui a été vaporisé

Les personnes qui étaient les plus proches de l'épicentre de l'explosion ont été purement et simplement vaporisées par l'intensité de la chaleur. D'un homme il est seulement resté une ombre obscure sur les marches d'une banque, là où il se trouvait. La mère de Miyoko Osugi, une écolière de 13 ans, qui travaillait sur les voies d'accès incendie, n'a jamais retrouvé trace de son corps, mais elle a retrouvé ses geta, ses sandales. La surface qu'occupait le pied de Miyoko est restée claire, alors que les reste du sol a été noirci par l'explosion.

Hiroshima. Un article de John Hersey

(original anglais https://www.newyorker.com/magazine/a-reporter-at-large)

Cet article a été écrit pour le journal The New Yorker, après une visite de l'auteur à Hiroshima un an après la bombe. Il rend compte de l'événement à travers le regard et les souvenirs de six personnes qui l'ont vécu. En voici l'introduction, l'ensemble du texte valant la peine d'être lu.

« 23 août 1946. Un éclair silencieux.

A exactement huit heures quinze minutes du matin, heure du Japon, le 6 août 1945, au moment où la bombe atomique a explosé sur Hiroshima, Mlle Toshiko Sasaki, employée au département du personnel de l'entreprise East Asia Tin Works (usines d'étain de l'Asie orientale), venait de s'asseoir à sa place dans les bureaux et elle se tournait vers la jeune fille qui était assise au bureau voisin.

Au même moment, le Dr Masakazu Fujii s'installait, les jambes croisées, pour lire le journal Asahi d' Osaka sous le porche de sa clinique privée, surplombant l'une des sept rivières qui constituent le delta où est situé Hiroshima. Mme Hatsuyo Nakamura, veuve d'un tailleur, se tenait à la fenêtre de sa cuisine, regardant un voisin abattre sa maison parce qu'elle était située sur une voie d'accès incendie de la défense anti-aérienne. Le Père Wilhelm Kleinsorge, un prêtre jésuite allemand, était étendu en sous-vêtements sur une natte au dernier étage de la maison à trois étages de son ordre, lisant la revue jésuite Stimmen der Zeit (Voix du temps). Le Dr. Terufumi Sasaki, jeune chirurgien attaché au grand hôpital moderne de la Croix-Rouge, marche dans les couloirs avec en mains un échantillon de sang pour un test de Wassermann. Et le Révérend Kiyoshi Tanimoto, pasteur de l'Église méthodiste d'Hiroshima, est à Koi, un faubourg de l'ouest d'Hiroshima, arrêté à la porte de la maison d'un homme fortuné, et se préparant à décharger une charrette à bras remplie d'objets qu'il évacuait de la ville, par crainte d'un raid massif des B-29 sur Hiroshima, auquel tout le monde s'attendait.

Cent mille personnes ont été tuées par la bombe atomique, et ces six-là ont été parmi les survivants. Ils se demandent encore pourquoi ils sont encore vivants alors que tant d'autres sont morts. Chacun d'eux énumère un certain nombre de petites choses qui lui ont permis d'échapper à la mort, par chance ou par action volontaire – un pas effectué à temps, la décision de rester à l'intérieur, de prendre un tramway plutôt que le suivant. Et maintenant chacun d'eux sait qu'en survivant, il a vécu une douzaine de vies, et qu'il a vu plus de morts qu'il aurait jamais pensé en voir. Sur le moment nul d'entre eux ne savait quoi que ce soit. »

« Ce qui a sauvé le monde de la bombe atomique, c'est la mémoire de ce qui est arrivé à Hiroshima », écrit l'auteur. Que dirait-il aujourd'hui ?

Nagasaki

Trois jours après que les États-Unis aient lancé une bombe atomique sur Hiroshima, une deuxième bombe atomique était larguée sur Nagasaki, le 9 août 1945. C'était un engin au plutonium équivalent à 21 kilotonnes d'explosifs conventionnels, connu sous le nom de « Fat man » (gros bonhomme). Le jour du bombardement, on estimait à 263 000 le nombre personnes résidant à Nagasaki, dont 240 000 habitants japonais, 9 000 soldats japonais et 400 prisonniers de guerre. Avant le 9 août, Nagasaki avait été la cible d'un bombardement américain de faible intensité. Bien que les dommages causés par ces bombardements aient été relativement minimes, ils ont provoqué une inquiétude considérable chez les habitants de Nagasaki, dont beaucoup ont été évacués vers des zones rurales par mesure de sécurité, réduisant d'autant la population au moment de l'attaque nucléaire. On estime qu'entre 40 000 et 75 000 personnes sont mortes immédiatement après l'explosion atomique, et que 60 000 autres ont été gravement blessées. A la fin de 1945, le nombre total des morts a dû atteindre 80 000.

(Note. L'objectif initial était Kokura, ville qui a été épargnée en raison de la couverture nuageuse).

A song for Nagasaki, le livre de Paul Glynn, prêtre mariste.

« Le 9 août 1945, un B-29 américain a lâché une bombe atomique sur la ville japonaise de Nagasaki, tuant des dizaines de milliers de personnes en un clin d'œil, en blessant et en empoisonnant mortellement des milliers d'autres. Parmi les survivants, il y avait Takashi Nagai, médecin pionnier de la recherche en radiologie - et converti au catholicisme. Au milieu des décombres de la cité ruinée, souffrant d'une leucémie causée par l'exposition aux rayonnements, Nagai a vécu le reste de sa remarquable vie en apportant un réconfort à la fois physique et spirituel à ses concitoyens épuisés par la guerre.

Non-chrétiens comme chrétiens ont été profondément émus par la foi au Christ de Nagai, qui l'a rendu semblable au Job de la Bible : au milieu du désert nucléaire il a gardé son cœur dans la paix et la tranquillité, sans ressentiment contre qui que ce soit et sans maudire Dieu. »

(Extrait de la préface au livre écrite par Shusaku Endo)

Le livre de Paul Glynn s'est vendu à plus de 100 000 exemplaires et il a été traduit en de nombreuses langues. [Et en français sous le titre Requiem pour Nagasaki. Biographie de Takashi Nagai par Jean-Marie Wallet, aux éditions Nouvelle Cité, 1995.

https://www.livresenfamille.fr/saints-temoins-biographies/4055-paul-glynn-requiem-pour-nagasaki-biographie-de-takashi-nagai.html ]

Il représente une contribution exceptionnelle, à côté d'ouvrages comme celui de John Hersey, pour rappeler au monde la futilité de la guerre, les souffrances qu'elle provoque et des conséquences particulièrement impossibles à se représenter de ce qui surviendrait si quelqu'un appuyait sur le bouton nucléaire.

Une raison pour un espoir intérieur.

La compréhension catholique du bombardement de Nagasaki par Nagai Takashi.


« La biographie du Dr. Takashi Nagai par le P. Paul Glynn, A song for Nagasaki, a inspiré une artiste américaine, Barbara Trauth, qui a réalisé une sculpture dévoilée à l'occasion de l'événement. Au Dr Nagai a aussi été consacrée une conférence du Professeur Doak, qui a donné un bref aperçu de sa vie. Il a évoqué sa conversion au catholicisme, son expérience de victime du bombardement de Nagasaki, et, le plus important, l'héritage laissé par le Dr Nagai, l'idée que même ce bombardement terrifiant (dans lequel il a perdu sa femme et de nombreux amis) doit être considéré comme une grâce de Dieu, spécialement sous la forme de l'offrande des victimes innocentes en expiation des péchés. »

Barbara Trauth est née à Cincinnati. Elle est diplômée de l'Edgecliff Collegeà la Xavier University. Elle a étudié la peinture et la sculpture à l'Académie des Beaux- Arts de Cincinnati.

Aujourd'hui, la parole de M. Poutine...

M. Poutine, qui a mis ses forces nucléaires en état d'alerte spéciale de combat dans les premiers jours de l'invasion de l'Ukraine en février 2022, a aussi envoyé un message à la conférence de l'ONU sur le Traité de non-prolifération.

« Nous croyons qu'il ne peut pas y avoir de vainqueur dans une guerre nucléaire, qu'il ne faut donc pas l'engager », a écrit M. Poutine selon l'Agence Tass, l'agence de presse officielle de Russie. « Nous défendons le droit à une sécurité égale et indivisible pour tous les membres de la communauté internationale ».

Comme c'est réconfortant ! Autant que son commentaire sur l'énorme déploiement de forces pendant les mois qui ont précédé l'invasion russe de l'Ukraine, présenté comme de simples manœuvres militaires. Et maintenant que l'invasion russe a eu lieu, elle est désignée comme une « opération militaire spéciale ».

Et les armes thermonucléaires en service

Avertissement : la suite peut mettre le lecteur dans un état de dépression profonde.

Une rapide comparaison des puissances explosives éclaire la terrifiante puissance destructrice des armes modernes par rapport à celle des deux bombes lancées sur le Japon et donne déjà grandement à réfléchir.

« Little Boy » et « Fat Man » étaient des bombes atomiques ou bombes à fission, qui fonctionnent par réaction en chaîne de fissions nucléaires. Les noyaux des atomes d'éléments radioactifs sont brisés pour donner d'autres éléments, libérant une grande quantité d'énergie qui brise d'autres atomes, avec comme résultat une explosion destructrice.

Dans une arme thermonucléaire, souvent appelée aussi bombe à hydrogène, le processus de fission n'est qu'un début. Les armes nucléaires modernes, comme les bombes américaines B83, utilisent un procédé de fission semblable à celui qui est mis en œuvre dans les bombes atomiques, mais cette énergie initiale déclenche une réaction de fusion dans un cœur constitué de deux isotopes de l'hydrogène, le deutérium et le tritium. Les noyaux des atomes d'hydrogène sont fusionnés pour former de l'hélium, et de nouveau se produit une réaction en chaîne, aboutissant à une explosion beaucoup plus puissante.

L'explosion de « Little Boy » a libéré une énergie équivalant à 15 kilotonnes de l'explosif classique TNT, et envoyé un nuage en forme de champignon jusqu'à plus de 8 000 mètres d'altitude. « Fat Man » a causé une explosion équivalente à celle d'environ 21 kilotonnes de TNT. La bombe B83 ? Sa puissance explosive est équivalente à celle de 1 200 kilotonnes de TNT, soit 80 fois la puissance de « Little Boy ».

Il y a encore plus effrayant. La plus grosse bombe nucléaire qu'on ait jamais mise à feu est la Tsar Bomba, construite par l'Union Soviétique en 1961, dont la puissance démentielle est équivalente à celle de 50 mégatonnes de TNT. Elle est environ 3 333 fois plus puissante que « Little Boy », qui a détruit une ville entière. La Tsar Bomba a causé l'explosion la plus importante que l'homme ait jamais produite, envoyant son nuage-champignon jusqu'à plus de 40 000 mètres d'altitude, environ 4,5 fois la hauteur de Mont Everest. Et ses ondes de choc ont fait trois fois le tour de la terre.

La Russie a 1 558 armes, déployées sur des missiles intercontinentaux qui ont une portée d'au moins 5 500 kilomètres, et des bases de bombardiers lourds qui ont la capacité de transporter et de larguer des charges nucléaires.

Les États-Unis ont 1 644 armes déployées selon un dispositif semblable. Les deux nations ont aussi à elles deux presque 5 000 bombes actives, fonctionnelles, mais qui sont simplement en attente de lanceurs. Une guerre nucléaire à l'échelle globale serait un événement qui pourrait conduire à l'extinction de l'humanité – pas seulement à cause du nombre initial de morts mais aussi à cause du refroidissement du globe terrestre qui s'ensuivrait, ce que l'on appelle l'« hiver nucléaire ».

Conclusion ? Tirez-la vous-même

Et bonne journée ! Cela pourrait être votre dernière !

×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

A Marist Vocation - Ministry Among the Poor
Safeguarding-everyone's responsibility
 

Comments 2

Guest
Guest - pete healy on Sunday, 14 August 2022 21:22

Kia ora Jim sobering indeed!! I'm told Pope Francis has a new book out called Against War Building a Culture of Peace

Kia ora Jim sobering indeed!! I'm told Pope Francis has a new book out called Against War Building a Culture of Peace
Guest
Guest - Paul Walsh s.m. on Monday, 15 August 2022 16:14

Thanks, Jim, not what we want to read, but, probably, what we need to hear. "More things are wrought by prayer than this world knows of" ... perhaps your very sobering reflections may incite us all to pray more ... not a bad thing, I guess ... greetings on this Assumption Day ... surely a sign of hope and confidence ...

Thanks, Jim, not what we want to read, but, probably, what we need to hear. "More things are wrought by prayer than this world knows of" ... perhaps your very sobering reflections may incite us all to pray more ... not a bad thing, I guess ... greetings on this Assumption Day ... surely a sign of hope and confidence ...
Already Registered? Login Here
Guest
Thursday, 06 October 2022